Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 09:18

Je suis rentré chez moi au tout petit matin. J'ai remonté ma petite rue au moment exact où les lampadaires s'éteignaient, car il faisait suffisamment jour, entre 4h00 et 5h00. Dans le taxi, une étudiante avait chanté des airs d'opéra traditionnel. Deux genres d'opéras, un de la province de Zhejiang, un de la province de l'Anhui. A capella, sur les boulevards périphériques surélevés de Shanghai, mon étudiante me faisait littéralement planer. Sa voix légèrement voilée de jeune femme fatiguée donnait aux chants quelque chose d'européen, ou d'américain, comme un mélange de folk irlandais et de trémolos extrême orientaux. Un mélange de chanteuse de blues et de femme de pêcheur du Jiangsu. C'était la mondialisation du cœur et de la beauté dans mon taxi.

Nous revenions de la « Nuit blanche », l'événement final du festival Croisement. Sur invitation seulement (et on se demande pourquoi, quand on sait que les Chinois n'ont pas l'habitude de se coucher tard, ni, donc, de commencer une soirée à 23h00.) Plusieurs scènes étaient aménagées dans la cour intérieure d'un grand bâtiment kitsch. Des artistes d'assez bonne qualité alternaient, malgré la bruine qui, après tout, nous rafraîchissait. A l'intérieur du bâtiment, d'autres animations, des œuvres d'art vidéo interactives, des sculptures en chocolat, des lieux de boissons et de sustentation. Et pour donner du liant à tout cela, une troupe de danseurs et de comédiens déguisés défilait incessamment avec de jolis mouvements de hanche et des mouvements de bras, avec des pas de danse et des masques de carnaval.

La star française était Louis Bertignac, l'ancien guitariste de Téléphone, et la star chinoise était une fille, diplômée du département de français de Fudan, qui avait gagné le concours de Super girl, une sorte de Star Ac' chinoise. Cette fille est vraiment populaire, avec des fans clubs et tout et tout. Comme elle parle très bien français, il y avait là quelque chose à exploiter pour la promotion des échanges culturels sino-français. Malheureusement, avant même qu'elle ait commencé sa performance, vers 3h30, les forces de police ont occupé le terrain et, alors que Bertignac terminait sa troisième chanson, l'organisateur de la soirée vint sur la scène nous dire que la Nuit blanche devait s'arrêter là. On n'a pas su pourquoi, mais la menace de voir couper l'électricité pesait, si le chanteur continuait une minute de plus. Sous la protestation de la foule, ce dernier s'est lancé dans son tube Cendrillon. « On tente le tout pour le tout », disait-il, dans un sourire. Quelques minutes qui ont beaucoup plu au public.

Puis un fonctionnaire, entouré de policiers, est monté sur scène, a donné un coup dans le micro de Bertignac, et l'a poussé en arrière avec un geste méprisant de la main. Ici, on n'est pas dans votre pays de dégénérés, ici on respecte les fonctionnaires et les forces de l'ordre.

Cet événement m'a plu, « ouais ! Enfin de l'animation, de l'imprévu ! » Je voyais de la tension sur les visages des hommes en uniformes. Je me mettais à leur place : frapper sans pitié des pauvres gens du Guangxi, comme ils le font en ce moment, passe encore, mais en venir aux mains avec des étrangers en plein cœur de Shanghai, c'est mauvais pour l'image du pays. Je suis parti avec deux ou trois Chinois qui ne comprenaient pas plus que moi ce qui se passait. Quand nous quittâmes les lieux, la foule chantait Un jour j'irai à New York avec toi. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne sais pas s'il y a eu des violences ou non. Franchement j'en doute, mais l'homme est un animal qui n'a jamais été effrayé par le pire, surtout quand il voisine avec le grotesque.

Je pris le taxi avec trois étudiants qui revenaient à l'université. Ils m'ont dit que c'était la première fois qu'ils rentraient si tard dans leur dortoir. On a parlé musique chinoise. Je leur ai avoué que j'aimais surtout la musique traditionnelle. C'est alors qu'une étudiante a laissé libre cours à ses souvenirs musicaux ; d'avoir longuement écouté sa grand-mère, dans le Jiangsu, elle a appris à chanter de merveilleux airs d'opéra et ses chants furent pour moi le couronnement de la soirée. La plus belle musique que j'avais entendue depuis quelques semaines, et qui suffit à me réconcilier, si besoin était, avec la Chine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans sons
commenter cet article

commentaires

Francois 09/06/2007 12:03

Malheureusement  le Parisien n'a pas donné plus de nouvelles à ce sujet. L'article mentionnait quand même que le lieu (un ancien centre de rencontre culturel sino-soviétique) et le théme ( une nuit blanche à écouter entre autre du rock français) était déja hautement symbolique et relativement "subversif". Cela montre , comme dans le beau documentaire de Camille Ponsin (superbe), les contradictions fascinantes de ce beau pays : le désir de renouveau et de changement et la volonté dans le même temps de ne pas abandonner les vieilles structures  imposées par des siécles de confuciannisme et de communisme.    

Guillaume 08/06/2007 14:11

Je remarque que l'article d'Aujourd'hui la Chine a été enlevé très vite. L'article relatant l'événement était assez critique vis à vis de l'organisation française. Je me réjouissais jusqu'à présent de l'indépendance dont jouissait ce journal en ligne, mais est-il aussi parfaitement indépendant face au pouvoir français ? A moins que l'événement soit considéré comme totalement sans intérêt, c'est possible, mais on aurait aimé avoir une explication. Nous ne savons toujours pas ce qui s'est passé, et les Chinois, dans mon entourage, pensent simplement que les Français n'ont pas demandé d'autorisation aux autorités chinoises, qu'il aurait fallu avoir un petit papier signé. Alors, en est-on là, dans les services culturels de l'ambassade ? J'aimerais savoir...
 

François 04/06/2007 08:43

Et bien figurez vous qu\\\'ils en ont parlé dans "Le Parisien" de cet événement ! Quelle ne fut ma surprise lorsque aux pages "Spectacles" de ce week-end j\\\'aperçois la photo de Bertignac un grand sourire aux lévres face à un policier lui confisquant son micro ! Apparemment , Bertignac, ce grand rebelle que tout le monde connait, aurait joué de la guitare avec ses dents sur "Cendrillon" et aurait interprété "So Lonely" du groupe Police, ce qui aurait été une marque de provocation des plus ultimes (ouh la la le gros rebelle !). De plus il aurait fait dégueulasse (le temps pas Bertignac, quoique...) et  un éléphant (sic) "prévu de longue date pour ouvrir la nuit blanche aurait été interdit de sortie l\\\'aprés-midi même"; Quand on lit des trucs pareils, on se demande si on se la joue pas un peu Woodstock en Chine en ce moment , ou alors c\\\'est le journaliste du Parisien qui aurait fumé la moquette, mais ça , ça m\\\'étonnerait !

Guillaume 04/06/2007 08:31

Ah ? Pardon, je n'avais pas bien compris. Je me suis un peu demandé, la nuit même, si c'était la raison de la présence de la police, mais j'en doute beaucoup. Le centre d'exposition est relativement isolé, les premières habitations ne sont pas tout à côté. De plus, les autorités françaises et chinoises avaient bien dû s'organiser pour cela, à l'avance, ni les une ni les autres ne sont censées être incompétentes. Enfin, c'était vendredi soir, donc ça laissait tout le weekend à tout le monde pour récupérer de la fatigue. Moi, par exemple, aujourd'hui, je pète la forme! 

Isabelle 04/06/2007 07:58

Par "le repos des candidats", je veux dire que les spectacles en plein air faisaient trop de bruits - il y a des quartiers d'habitation près du lieu de ces spectacles - et cela pourait empêcher les enfants de dormir...