Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 17:11

Bonne année du Buffle à tous. Moi qui suis Rat, je vais enfin pouvoir arrêter de porter des sous-vêtement rouge, j'en avais plus qu'assez de ces slips et ces caleçons qui - je le dis tout de suite - n'ont pas eu le succès escompté avec les tigresses d'Orient et d'Occident. C'est aux buffles, maintenant, de les porter, et je leur lègue bien volontier.
En cette nouvelle année chinoise, je crois qu'il faut relancer un appel aux consciences européennes : tournons-nous vers la Chine, cessons de l'ignorer dans nos façons de voir le monde.
Je note qu’il est difficile pour les Européens de se rendre compte de ce que représente la Chine aujourd’hui, et pour leur propre avenir. Depuis que je suis revenu de ce grand pays, je m’aperçois que les gens suivent deux attitudes vis-à-vis de lui, deux attitudes également préoccupantes. L’ignorance et le rejet. Evidemment, les deux s’auto-alimentent : c’est parce qu’on est ignorant qu’on rejette la Chine instinctivement et en bloc ; c’est parce qu’on est méfiant et qu’on en a une mauvaise image qu’on ne cherche pas à la connaître.

Je passe sur les paroles incroyables que j’ai entendues depuis six mois sur tous les aspects du monde chinois, que ce soit dans la presse, dans les médias, en famille et entre amis: tout y est jugé à l’emporte pièce, sans reconnaissance des progrès réalisés par la Chine, sans connaissance de l’histoire et surtout sans conscience de ce qu’est en train de devenir la Chine, un pôle incontournable de la vie mondiale. 

Les gens le savent, mais ils n’en ont pas conscience, ils n’ont pas intégré cette donnée dans leur vision des choses. Comme les Français des années 45-55, peut-être, qui n’avaient pas remarqué qu’ils n’étaient plus grand-chose. Les intellectuels ont mis très longtemps à reconnaître la suprématie de l’Amérique dans (presque) tous les domaines. Tout ceci n’est qu’une impression, une analogie qui doit être prise pour telle. 

Les Européens dénigrent tout ce qui vient de Chine sans discernement: la politique intérieure, la politique extérieure, l’économie, la culture, l’éducation, sans jamais prendre la mesure d’une chose pourtant toute bête, qui est que la Chine s’est imposée ou va s’imposer dans tous ces domaines, et qu’il vaudrait mieux commencer à s’y intéresser dès maintenant, instaurer des partenariats, nouer des contacts. C’est ce que font les dirigeants de nos sociétés, mais voilà, ce sont des dirigeants, qui font des voyages d’affaire et de prise de contact, et les Chinois en voient passer des milliers chaque année. Il nous faut être plus inventifs, plus réactifs, et ne pas tout attendre des dirigeants.

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 21:41



Là, j'avoue que je n'y comprends plus rien. On nous dit de toute part que l'économie chinoise, si cela se trouve, va mieux résister que les autres à la crise financière, et qu'elle pourrait bien être un facteur de stabilité dans le monde.
De qui se fout-on, je le demande ?
Moi, on m'a toujours dit que, précisément, l'économie chinoise était en surchauffe et qu'elle n'était pas saine. Que pour beaucoup de raisons, le géant était en fait chaussé d'argile.
J'ai demandé ce qu'elle en pensait à une amie chinoise. Elle m'a répondu qu'en effet, dans la presse chinoise, on ne s'inquiétait pas trop, et même qu'on sentait l'heure chinoise venir.

Deux sentiments se bousculent en moi, pour ne rien vous cacher.

1- Je ne parviens pas à croire que l'économie chinoise soit saine au point qu'elle devienne un pôle de stabilité dans le monde. Je suis peut-être trop intoxiqué par certains médias, je ne sais pas. Il y a certainement de nombreux éléments que je ne connais pas et que je ne pourrais pas comprendre, mais c'est un fait : je prévois une plongée de la Chine si la crise continue en Occident.


Il me semble impossible, en temps de crise, de faire consommer les individus et les familles pour compenser la baisse des exportations et garder à l'économie réelle (la production des usines) une activité soutenue.
Cette consommation chinoise aurait pour but d'augmenter les importations, et donc redonnerait de l'air aux entreprises occidentales. Certes, mais surtout, elle serait le signe d'une amélioration du niveau de vie des Chinois, ce dont je me réjouirais, mais ce à quoi je ne peux pas croire, dans la situation actuelle.

2- Je me demande vraiment, ces jours-ci, qui peut avoir un discours crédible sur la Chine, finalement ? Qui s'y connaît, voilà la question ? A qui faut-il se fier ?

Aux bloggueurs comme moi ? Certes non, mais personne n'a jamais eu une telle idée.
Aux Chinois que l'on rencontre, que l'on connaît ? Oui, il faut les écouter, inlassablement, mais sur leur pays, ils vous donnent en général une version plus ou moins officielle qui permet surtout de comprendre la vie des discours et des représentations.
Aux échanges des Chinois entre eux ? Sur internet, ce n'est pas très éclairant, non.
Aux sinologues ? Il faudrait qu'ils aient d'autres compétences que la langue chinoise, et c'est rarement le cas. 
Aux journalistes ? Souvent, ils viennent en Chine avec des idées toutes faites, et il est extrêmement rare qu'ils en changent.



Reste des observateurs doués du monde en général. Quelques artistes, quelques romanciers. Peut-être. Il faudrait voir.

Il faudrait surtout que de nouvelles personnalités prennent la parole, parmi ceux qui vivent en Chine : commerçants, traders, ingénieurs, dites-nous ce qu'est la Chine pour vous, où elle va, où vous allez avec elle. J'ai souvent dit à mes amis qui travaillent dans le monde marchand : "Ah, comme c'est dommage que tu n'écrives pas ! Ca intéresserait tout le monde, ce que tu dis!"

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 17:23

C’est un des lieux communs auxquels il faut tordre le cou. D’abord parce que pour eux, c’est nous qui sommes pragmatiques. Pour ne prendre qu’un exemple, dans un exposé sur la notion de « face », une étudiante disait que les Occidentaux se fichaient de « perdre la face » car ils étaient pragmatiques et que seul le résultat comptait pour eux. Les Chinois, au contraire, ont à prendre en compte des codes plus subtils, etc. Les Chinois ne se pensent pas comme pragmatiques, il faut déjà le dire.

S’ils étaient pragmatiques, de nombreuses choses dans l’histoire chinoise se seraient déroulées différemment, et beaucoup de choses seraient traitées autrement aujourd’hui.

Le Tibet, par exemple. Où voyez-vous du pragmatisme là-dedans ? S’ils l’étaient, ils organiseraient des rencontres avec le Dalai Lama, ils cesseraient de bourrer le crâne de leurs ressortissants avec des slogans comme « Le Tibet était, est et sera une partie de la Chine », et chercheraient à gagner plus qu’ils ne dépensent. S’ils étaient pragmatiques, ils donneraient tous les signes du retrait des Chinois, tout en gardant une mainmise sur l’armée et les grands projets de développement, comme la France l’a fait en Afrique. Ils laisseraient les Tibétains se débrouiller tout en gardant avec eux un rapport informel de suzeraineté, comme cela existe depuis la dynastie Tang. Cela leur coûterait moins d’argent (car ils investissent des milliards au Tibet avec un retour sur investissement très faible) et redorerait leur blason à l’étranger.

Voilà ce qu’ils feraient s’ils étaient pragmatiques, mais ils ne le font pas. Ils veulent garder le Tibet car ils sont sentimentaux.

S’ils étaient pragmatiques, ils libèreraient Hu Jia et tous les prisonniers politiques. Ils autoriseraient les journalistes étrangers à s’entretenir avec eux, car les détenus ne diraient que ce que les journalistes étrangers savent déjà, et plutôt que de ternir l’image du gouvernement, cela couperait l’herbe sous les pieds de tous les opposants.

S’ils étaient pragmatiques, ils auraient compris depuis longtemps que la diversité d’opinions donne une bonne image de soi, et que l’uniformité des opinions, au contraire, laisse un goût amer.

S’ils étaient pragmatiques, ils se lanceraient concrètement, mais de manière contrôlée, avec méthode, vers un système multipartiste, ce qui augmenterait le patriotisme de la population, règlerait en grande partie le problème de Taiwan, et rendrait la Chine infiniment et universellement populaire dans le monde entier (sauf pour la Corée du nord et la Birmanie…)

Tout cela ne leur coûterait rien. Pas de désordre social, car l’armée et la police seraient toujours aussi dures, et que les populations sensibles auraient des canaux d’expression. Pas de changement essentiel dans la conduite des réformes économiques car les mêmes problématiques persisteraient.

Alors pourquoi continuer d’appeler pragmatiques des gens qui, par idéologie, par sentiment ou par crainte, font le contraire de ce qui irait dans leur propre intérêt ?

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 04:04

L'histoire est simple, troublante et scandaleuse, et elle montre le chemin à parcourir pour que la Chine devienne normale.
Après avoir sélectionné quelques CV pour remplir un poste d'enseignant dans mon université, nous procédons à des entretiens téléphoniques. Nous commençons par celle qui a le meilleure profil : qualifications, expériences, compétences, âge, elle représente la personne idéale pour ce poste. 
Soudain, une collègue chinoise pousse un cri : la postulante a commis l'irréparable ; elle a fait un stage de deux mois, il y a six ans, chez "Reporters sans frontières", organisation qui est devenue l'incarnation du mal absolu chez nos amis Chinois.
Nos amis Chinois ne voudront rien entendre, car la défense de leur patrie passe avant tout, même si n'importe quel discours peut passer pour la défense de la patrie. "C'est très grave, dit ma collègue, avoir travaillé avec cette organisme est impardonnable." Mais on pardonne quand il y a faute, me permets-je, ici, nous avons une femme qui, lorsqu'elle était étudiante, a fait un stage dans une association légale, autorisée... Rien n'y fera, la jeune femme a beau être motivée, parfaite pour le job, faire preuve de diplomatie, n'avoir aucune intention négative envers la Chine, elle est devenue indésirable. Elle est devenue coupable, co-responsable des manifestations pro-tibétaines à Paris et ailleurs. Une collègue refusera même de lui parler au téléphone et dira bien fort qu'il faut raccrocher. 
Deux choses émanent de cette discussion. Premièrement, un homme est sali par des actions passées, pas seulement par des actions, mais par des contacts, des connaissances, etc. Et il est sali irrémédiablement. Deuxièmement, l'impureté d'une chose actuelle est rétroactive et corrompt tout ce qui a eu un lien avec cette chose dans le passé le plus lointain.   
De quelle vision de l'homme avons-nous affaire ici ? Y a-t-il quelque chose comme un humanisme chinois ? Et quelle est le rapport au temps que cela enveloppe ?
C'est un retour brutal vers les réflexes de la Révolution culturelle, où tout pouvait vous accuser.
C'est la limite de ce qu'on peut accepter, dans quelque pays que ce soit, sans se sentir le coeur au bord des lèvres.
C'est le signe que la recherche de la vérité ne vaut rien en Chine, devant toute posture patriotique. Il suffit de s'avancer, de bomber le torse, de déclamer d'une voix forte des paroles fausses, calomnieuses, injustes, stupides, mais clairement patriotiques, et vous marquez des points.

C'est un signe des temps, de la nervosité, de la fermeture, de l'émotivité du temps présent, et que je ressens depuis le mois de mars.

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 01:48

Il y a bientôt trois ans que je blogue en Chine et sur  la Chine, puisque j'ai commencé Nankin en douce le 26 juin 2005.
Je ne me suis jamais interdit de critiquer, ou de dénoncer des choses que je croyais choquantes, ou injustes.
Or je n'ai jamais été inquiété par qui que ce soit. J'occupe pourtant un poste sensible puisque j'enseigne à des jeunes gens qui ne doivent pas être corrompus, et qui sont très encadrés par le Parti.
Il faut le reconnaître, j'ai bénéficié d'une liberté de parole totale.
On m'a recommandé de la prudence, naturellement, maître-mot des relations sociales. Mais la prudence, dans le sens chinois, cela revient trop souvent à se taire pour éviter les ennuis.
Par prudence, on ne dit rien des prisonniers politiques (je veux dire les innocents chinois qui souffrent de l'injustice commise par les autorité chinoises.)
Par prudence, on se prétend l'ami de la Chine, et par là, on ferme les yeux sur les Chinois qui souffrent.
Par prudence, on ne fait pas la part des choses et on accepte de confondre les notions de Chine, de nation chinoise, d'individus chinois, de culture chinoise et de parti communiste chinois.
Par prudence, on fait semblant d'admettre que tous les régimes politiques se valent, que la démocratie n'est pas mieux que le parti unique ; que les Chinois n'ont pas besoin d'autre chose, pas besoin d'élire leurs dirigeants ; que la presse fançaise est aussi peu libre que la presse chinoise ; par prudence on fait donc le jeu de ceux qui ne veulent rien faire évoluer en Chine sous prétexte que tout va mal chez les étrangers.
Par prudence, on prétend que les Chinois ne souffrent pas, que rien ne s'est passé en 1989, sur la place Tienanmen, qu'au Tibet la violence vient des seuls Tibétains, que la Chine n'a jamais fait de mal à aucun peuple.¨
Par prudence, on prétend être l'ami de la Chine alors qu'en réalité, on fait son beurre en profitant de ce que des centaines de millions de Chinois sont exploités pour baisser les coûts de la main d'oeuvre.

Je sais que la plupart des Chinois francophones n'aiment pas lire des choses écrites de cette manière. Je sais que la plupart d'entre eux pensent que je suis hostile à la Chine, et c'est pour cela que je dois dire haut et fort qu'on m'a toujours laissé dire ce que je voulais, sans pression. On ne m'a jamais insulté, jamais fait de reproches, jamais menacé. 

Je sais que cette tolérance vient de ce que je suis un étranger, et qu'un Chinois ne pourrait pas se permettre d'écrire ces mots-là. Mais qu'il y ait une tolérance vis-à-vis des étrangers, c'est déjà un signe - temporaire, fragile - d'une certaine libéralisation des moeurs sociales.
Et puis j'espère que mes amis chinois, avec le temps, comprendront cette réalité : comme je parle librement, je dis vraiment ce que je pense, sans hypocrisie, si bien que lorsque je dis que j'aime la Chine, ce n'est pas de la diplomatie, mais la vérité de mon sentiment. Et lorsque je critique, ce n'est pas contre la Chine, mais en faveur de la haute idée que je me fais des Chinois.

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 11:50

Comment les Chinois perçoivent-ils l'aide des pays étrangers pour la gestion de la catastrophe actuelle ?
J'avoue ma naïveté : je ne m'attendais pas à ce qu'elle fasse l'objet de suspicion, de gêne ou de rejet. J'ai donc été surpris d'entendre que si Pékin a finalement accepté cette aide, c'était pour des raisons diplomatiques, pour ne pas mécontenter les étrangers.
Ce que j'ai entendu n'aurait peut-être pas dû m'étonner, c'est la marque d'une population qui n'a pas l'habitude de vivre dans une communauté internationale. "La Chine n'en a pas besoin ; nous avons assez de bras, assez de technologie et assez d'argent pour faire face à ce malheur."
Un virulent agacement agitait mes amis, qui voyaient chez les Français un air de grands seigneurs qui voudraient qu'on s'agenouille parce qu'ils envoient un petit chèque et quelques couvertures. L'idée que chez nous, à l'Ouest, lorsque nous connaissons une catastrophe naturelle, tous les pays voisins se mobilisent et offrent une aide que l'on ne refuse jamais, ne les avait pas effleurés.
Tout devenant un enjeu nationaliste, ils ont peur d'être pris pour des imbéciles, même et encore dans le plus grand trouble. Les Japonais risquent de se moquer d'eux, les Français veulent faire oublier leur maladresse, les Américains vont chercher à obtenir des informations, et, pire que tout, phobie des phobies, la présence d'étrangers va produire du chaos. Les étrangers n'ont donc aucune pitié ?
La sentimentalité des Chinois est rudement mise à l'épreuve. Il ne faut pas leur en vouloir, ils sont à cran, il y a trop de choses à digérer en même temps, trop de changements trop rapides et trop bouleversants. Un monde nouveau à comprendre, et, avant de le comprendre, à construire, et à reconstruire.
Là-dessus, la lecture d'articles de presse qui font planer un doute et un calcul sur la gestion des événements par le régime, l'impression constante qu'on les méprise, la comparaison que l'on fait avec la Birmanie, leur donnent envie de dire : "Reprenez-les, vos couvertures, on s'en sortira sans vous."
Mais nos conversations restent courtoises, elles ne débordent pas, nous continuons de nous apprendre des choses les uns aux autres, dans un climat de respect et d'affection, et c'est le plus important.

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 00:35

Cette année, c’est la poisse. Le tremblement de terre est tragiquement symbolique de l’histoire contemporaine du pays. Confrontée à tous les désagréments de ce début d’année, la population s’énervait mais ne faiblissait pas. Le tremblement de terre accable. On regarde maintenant la liste des malheurs et on se dit que c’est une malédiction qui s’est abattue sur la Chine. Les neiges de cet hiver, les accidents de train, les événements du Tibet, les manifestations sur le parcours de la flamme olympique, toutes ces choses énervaient et on avait peur que cela gâche la fête des Jeux Olympiques, mais rétrospectivement, elles prennent la forme plus générale d’un sort jeté sur le pays.

Certains devins prédisent que les J.O. n’auront même pas lieu.

Mon amie ne veut plus aller à Xian le week-end prochain, elle dit que la région serait aussi victime d’un tremblement de terre. Il faut dire qu’elle est nulle en géographie, et qu’elle peut imaginer Xian à 300 km de Chengdu (il y a deux ans, elle voyait l’Amérique et l’Australie en Europe, et le tout s’appelait selon elle : « Ouest ».) Mais cette nullité géographique la rend plus proche de la masse des Chinois qui vivent leur pays comme un lieu aussi intime que nous voyons le nôtre. Ils savent que c’est grand mais sans mesure exacte. Mon amie voit aujourd’hui l’ensemble du territoire chinois comme fébrile, fragilisé, dans l’attente d’un nouveau malheur.

Ce n’est d’ailleurs pas irrationnel : les conséquences à venir sont innombrables, les médias ne parlent que de cela et les images des décombres envahissent les écrans et les journaux. On attend les épidémies qui, paraît-il, suivent les catastrophes naturelles. On s’attend à de nouvelles mauvaises nouvelles.  

On attend, on donne de l’argent, on attend, et on préfère, dans la mesure du possible, ne pas voyager.

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 06:59
Photos : Cécilia de Varine ©

Dire des phrases vides de sens, c'est aussi ce qu'on faisait à l'époque du règne de Mao. Si l'on en croit les témoignages de l'époque, la moindre phrase politique pouvait vous créer des ennuis, alors on se limitait à réciter le petit livre rouge. Aujourd'hui, je ressens des réactions de cet ordre, en particulier dans le contexte d'une université d'autant plus contrôlée qu'elle est prestigieuse, et qu'elle fournira nombre des membres de l'élite à venir.
Une amie à qui je faisais part de cette hypothèse concernant l'époque maoïste, l'a reçue avec froideur et doute. Puis elle a parlé de sa famille, sans une parole de jugement : grand père emprisonné pour avoir aidé un membre du Guomintang ; père considéré de "mauvaise origine" et interdit d'université, et elle, enfin, préférant ne pas parler politique car "cela n'apporte pas de bien".
Mais le vide des phrases, cela rejoint aussi le vide au centre du sage, la vision du corps et de l'être qui tournent autour d'un espace de non être, nécessaire pour laisser passer le souffle.
C'est le vide au centre du bambou, plante de sagesse et de vitesse.
C'est le vide au centre de la tour Jin Mao, qui donne le vertige et la grâce. Un vide qui abolit la notion de haut et de bas, d'ordre spatial.

L'apparence extérieure peut être, on le voit, extrêmement puissante, ferme, confiante, conquérante, dominatrice, expansionniste, compétitive. Cela ne doit pas faire oublier le centre évidé, le centre silencieux, le centre inaccessible à la raison et à la parole.
Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 04:30

Parlons encore des femmes chinoises, puisqu'il n'y a que cela qui vous intéresse, à juste titre.
La première est en France, la deuxième en Chine.
Lire le
blog de Tong, est un baume sur le coeur de tout Français vivant en Chine. Enfin une Chinoise qui fait l'effort de comprendre comment on pense ailleurs. Qui écrit en deux langues ses réflexions sur l'actualité et les différences culturelles entre la Chine et la France. C'est un baume, une musique délicieuse pour moi car, si souvent, ce que j'entends de la part des Chinois consiste à une boursouflure des grandes qualités présumées des Chinois - nous sommes modestes, nous sommes hospitaliers, nous sommes respectueux, nous sommes traditionnels, nous sommes travailleurs - par opposition desquelles les Occidentaux sont définis - vous êtes fiers, vous êtes individualistes, vous êtes violents, vous êtes décadents, vous n'aimez pas travailler.
Ces temps-ci, un Chinois qui oserait avancer d'autres arguments seraient lynchés. Nous assistons à des scènes, dans la vie réelle, et surtout sur internet, où des jeunes nationalistes tombent à bras raccourcis sur une fille ou un garçon qui a osé appeler au dialogue, ou qui défend une manière de penser un peu tolérante.  
Tong, dont j'ai déjà parlé dans un billet précédent, et dont je reproduis la photo tirée de son blog (sans lui avoir démandé l'autorisation, et, Tong, je l'enlève si tu le désires), se permet, avec force et douceur, de réfléchir.


Elle s'interroge sur l'unanimité d'opinions des Chinois et sur l'image que cela peut produire, vu de l'extérieur. Elle ne milite pas, ne cherche pas à influencer qui que ce soit, mais son attitude intellectuelle est un motif d'espoir. Pour l'instant, elle a réussi à ne pas se faire incendier par des hordes de nationalistes. Espérons qu'elle passe entre les gouttes des paroles ordurières qui se déversent sur internet.
Un motif d'espoir car nous avons besoin d'individus qui comprennent les autres, sans juger.
Je connais, à Shanghai, une autre femme qui possède de nombreuses qualités intellectuelles très utiles pour l'avenir de l'université chinoise : curiosité, sens du dialogue et de la rencontre, intelligence, volonté de comprendre, sens de la recherche, capacité de traduction, ouverture d'esprit, volonté d'élargir ses connaissances, capacité d'adaptation hors du commun. Je n'appelle pas cela des qualités occidentales, ni françaises, mais des qualités humaines, parmi d'autres, que des Chinois, des Français, des Inuits ou des Africains peuvent posséder tout aussi bien.
Il me semblait que son exemple allait inspirer ses concitoyens, au moins leur donner des idées, des pistes à suivre. Or, plutôt que de considérer cette femme comme un modèle à suivre, je sens qu'au contraire ses jeunes compatriotes la considèrent avec suspicion. Une méfiance polie la tient à distance, et il ne vient à l'idée de personne de lire le livre qu'elle a publié l'an dernier, ni de se rapprocher d'elle ou de mettre à profit ses qualités et son aura auprès de nombreux Français.
De mon côté, je cesse de parler d'elle car je vois maintenant des regards ironiques quand je le fais et que cela devient contre-productif : ce n'est pas moi qui vais faire avancer sa cause, un étranger ne peut que maculer d'impureté l'image qu'il cherche à promouvoir.
Malgré tout, nos communautés ont besoin d'individus à l'avant-garde, qui soient capables d'aller vers les autres, au point de s'imprégner de leur culture, pour ensuite l'expliciter par des gestes, des façons d'être, des paroles, au risque de paraître altéré aux yeux des plus réactionnaires. Les femmes, c'est ici une hypothèse, ne seraient-elles pas souvent plus aptes que les hommes à aller voir, en éclaireuses, sur les terrains des autres, à surfer sur les lignes des autres ?

 

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 02:05
Photos Cécilia de Varines ©

Les cadrages se réduisent parfois à une rigueur de lignes extrême. Une rectitude implacable qui en impose considérablement au voyageur. Le jardin Yu, qui se caractérise par ses volutes, ses nuages de pierres, sa matière dilatée, ses conflits dynamiques entre architecture et éléments naturels, le foisonnant jardin Yu devient par moment austère, sévère, à la limite de l'abstraction japonaise, et proche de l'esprit de l'architecture moderniste.
Cet arbre droit, derrière la fenêtre, repose l'esprit du voyageur qui a été confronté depuis deux heures aux formes tortueuses, aux mouvements des poissons, aux rêveries curvilignes. Mur blanc sur mur blanc, la composition redonne confiance dans l'immobilité des choses. Seul le bambou rompt discrètement avec la stricte alternance entre verticalité et horizontalité, et raffraîchit le moment de silence et de méditation monacale auquel ce lieu invite. 



Il n'y a pas que les ouvertures qui sont variées et changeantes, il y a aussi ce que l'oeil regarde au loin. L'aménagement de zones d'ombre près de soi et de zones lointaines éclairées, attirant l'oeil. Les fenêtres et les portes permettent donc de redoubler la circulation du promeneur, en ajoutant le réseau des lignes de vision aux courbes labyrinthiques de la marche.



Il arrive que le voyageur confonde ces fenêtres avec des miroirs. La répétition  des motifs architecturaux, des grilles ornementales, des toits, aident à cette confusion. D'ailleurs, elles sont un peu des miroirs, puisqu'elles donnent toujours à voir l'intérieur du jardin ; les fenêtres d'un jardin chinois est un lieu d'où le jardin se contemple lui-même, par où la concubine voit une autre concubine. Pour le maître des lieux, en revanche, nul besoin de réflexion puisque l'oeil n'a aucune échappée vers l'extérieur.  


Le maître jardinier connaît l'art des distances. Grâce à des portes, des zigzags et des éclairages variés, il fabrique des machines de vision qui démultiplient les capacités de l'oeil nu. Choses lointaines cadrées par des fenêtres proches, ou cadres lointains mettant en valeur la concubine qui, là-bas, ne se doute pas que deux yeux noirs la regardent.   

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article