Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 02:31
En ouverture du 17ème congrès du Parti communiste, ce lundi, le président chinois Hu Jintao a encore rappelé son attachement au rattachement de Taiwan à la Chine. Il a dit qu’il était prêt à négocier avec n’importe quel parti taiwanais. Heureusement qu’il ne cherche pas à négocier seulement avec les partis qui sont acquis à sa cause. Le parti au pouvoir est pour l’indépendance, mais son réalisme le garde pour l’instant de la déclarer unilatéralement. Ce parti risque de perdre les prochaines élections, en mars 2008, car le président est jugé sévèrement pour des scandales divers. Mais son parti reviendra vite au pouvoir s’il le perd un jour, car c’est le parti des Taiwanais, ceux qui ne se sentent pas appartenir à la Chine.

Que faut-il penser de cette énième déclaration officielle à propos de Taiwan ? Certains disent que Hu calme le jeu par rapport à son prédécesseur Jiang Zeming qui parlait de l’éventualité d’actions militaires. L’armée est omniprésente, dans les débats, les manœuvres et les territoires.

La veille des premières élections à Taiwan, la Chine a envoyé des missiles à 25 km des côtes, histoire de se rappeler au bon souvenir des électeurs. Ce geste est extraordinaire, il m’est très difficile de le comprendre, et même de le concevoir. J’y vois une sorte de désespoir, une violence absurde de mari jaloux. Sur un territoire, on tourne une page et on s’apprête à voter ; sur le territoire d’à côté, bras ballants, furieux et impuissants, on envoie des missiles dans la mer. Comme des coups de poing dans un mur.

Alors Hu veut-il arrêter d’envoyer des coups de poing dans le mur ? Arrêter avec les postures martiales qui n’ont rien donné jusqu’à présent ? Trop tôt pour juger, mais restons à l’écoute, ce sera toujours un prétexte, et peut-être un moyen, pour faire l’effort de s’intéresser à ce poussif et archaïque congrès.

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 02:31

A mon retour à Shanghai, j'ai montré mes images de Taiwan à mes étudiants, ainsi que quelques journaux que j'avais ramenés exprès. Pas pour leur faire envie, bien entendu, mais pour partager avec eux quelques impressions que j'ai eues là-bas. Pour tout dire, je ne suis pas certain de la pertinence pédagogique d'un tel geste, mais c'est l'essence du professorat que d'avancer dans l'incertitude.

Certains m'ont dit que les Taiwanais avaient la réputation d'être des Chinois plus traditionnels qu'eux-mêmes, ce qui est dans leur bouche un grand compliment. Le Taiwanais a donc une bonne image sur le continent. 
Pourtant, ce qui m'a frappé à Taiwan, ce n'est pas la préservation de je ne sais quelle tradition (auquel cas, ce serait un mixte intéressant de pratiques japonaises, chinoises, hakkas et occidentales) que la fusion permanente de pratiques et de techniques anciennes et contemporaines. 
Les arts scéniques sont de bons exemples. La pièce dont je montre des extraits vidéos était jouée dans la rue du quartier Xinyi, pour célébrer l'anniversaire d'un dieu. Les gens du quartier venaient tous les jours, et se relayaient les après midi et les soirs, pour suivre les aventures interminables des personnages mythologiques. L'événement a duré plusieurs jours, je ne sais pas combien, mais avant que je parte, la troupe était partie et les décors démontés.
Il me semble qu'on voit bien, sur les images, combien le théâtre traditionnel chinois est mélangé avec la variété taiwanaise des années 90, avec l'usage des micros, des lumières, du synthétiseur, de la batterie. Même les costumes changent d'époque, un homme porte un chapeau de cow boy sur une robe Qing, etc. 
Il n'y a aucune moquerie dans ce que j'écris. La tradition doit fusionner, il n'y a rien là que de très sain, je pense, même si je préfère naturellement assister à des séances de théâtre chinois qui me paraissent plus authentiques, comme le Kunqu de la province du Jiangsu. Mais l'authenticité, la tradition, la pureté, ce sont des concepts qui méritent qu'on les examine sans complaisance.

 

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 18:34

Résumons. Avant le quinzième siècle, Taiwan est peuplé d’Aborigènes et de divers migrants, venus de Chine et d’un peu partout autour.
15ème siècle : Les Portugais s’y installent et lui donnent le nom de Ilha Formosa, l’île de beauté.
16ème siècle : Les Hollandais la prennent aux Portugais, construisent des forts et font un commerce du feu de Dieu dans tout l’extrême Orient.
Fin 16ème siècle : La Chine des Qing chassent les Hollandais et règnent pendant deux siècles. L’île est largement laissée à elle-même, en fait. Les populations aborigènes sont sans contrôle, ils torturent, pillent et tuent les marchands (ah ! les marchands, les fameux marchands qui donnent de la vie partout où ils passent.)
Fin 19ème : Les Japonais colonisent et restent jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Chose intéressante, les « Taiwanais » se considèrent comme agressés et opposent une résistance redoutable, mais ils ne semblent pas vouloir être rattachés à la Chine. Ils essaient de déclarer l’indépendance de la « République démocratique de Taiwan », et se font finalement battre par les Nippons (qui ont dû utiliser un tiers de leur armée pour arriver à bout de cette maudite résistance locale, qui se battait avec des bambous et de vieux fusils déglingués !)
1945 : Taiwan est rétrocédé à la Chine, selon les accords passés au Caire en 1943 entre Tchang Kai Chek, Roosevelt et Churchill. Le parti nationaliste (Guo Min Tang) prend le contrôle de l’île.
1949 : Les nationalistes perdent la guerre civile contre le Parti communiste de Mao Zedong, et Tchang Kai Chek vient se réfugier à Taiwan, accompagnés de soldats, d’artistes, de moines, etc.
Depuis cette époque, la population de Taiwan se divise plus ou moins ainsi :
1- Les Taiwanais. Ils sont Chinois, mais se sont mélangés avec les Hakkas, avec d’autres migrants et avec les Européens des siècles passés. Ils vivent sur l’île depuis longtemps. Leur langue est un dialecte proche de celui de la province chinoise du Fujian. Ils sont habitués à l’économie de marché et sont pour l’indépendance de Taiwan. Exemple de leur volonte affichee, les drapeaux et bannieres que l'on voit dans toute l'ile, en faveur de la presence de Taiwan a l'ONU.

Taiwan-031.jpg

Ils représentent plus 80% de la population. Leur parti (DPP, Democratic Progressive Party) est actuellement au pouvoir depuis 2000.
2- Les Chinois venus avec les nationalistes, après la deuxième guerre mondiale. Ils ne veulent pas l’indépendance, mais l’unification de la Chine. Seulement, ils ne la veulent pas sous la direction du parti communisme, mais sous les principes énoncés par Sun Yat Sen : démocratie et liberté économique. Ils représentent 15% de la population. Leur parti, le Guo Min Tang, est toujours un grand parti même s’il symbolise la dictature de l’époque de Tchang Kai Chek.
3- Les tribus aborigènes, qui sont là depuis dix à quinze mille ans, à qui personne ne demande s’ils veulent l’indépendance ou le rattachement à la Chine. Ils forment 2% de la population.

Pour faire un rapprochement très discutable, les Taiwanais se sentent aussi chinois que les Québécois se sentent français. C’est-à-dire pas du tout du point de vue de la nationalité, alors même qu’ils participent de l’histoire et de la culture chinoises.

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 18:32
A Nankin, une étudiante en droit m’avait dit : « Il est normal de mettre en prison quelqu’un qui dit que Taiwan a le droit à l’indépendance.
- Pourquoi ? ai-je demandé.
- Parce que c’est contre la loi. »
L’idée que l’on puisse discuter des lois ne l’effleurait pas. D’autres étudiants, à Shanghai, se sont émus que, sur une carte du monde d’un manuel français d’histoire, Taiwan ne soit pas de la même couleur que la Chine.
Je rappelle si besoin est que Taiwan est officiellement une province chinoise, mais qu’en fait, elle n’obéit pas à Pékin, qu’elle vit en autarcie, sans reconnaissance des Nations Unies, mais en autonomie, élisant son propre président tous les quatre ans, sur la base d’une alternance possible entre deux partis principaux.
Les Etats-Unis eux-mêmes ne la reconnaissent plus que comme province chinoise, même s’ils continuent de leur vendre des armes au cas où la Chine déclenche une guerre.
Car c’est un fait, Pékin est très tendue sur cette question. La chose a été dite très clairement : si Taiwan déclare son indépendance, l’armée de libération populaire devra intervenir militairement.
Or Taiwan a beau être une toute petite île, elle est très bien armée. Une guerre contre l’armée chinoise ferait très mal. De plus elle ne laisserait pas le Japon indifférent, ni  les Etats-Unis. Cela escaladerait en une guerre entre les deux ou trois superpuissances actuelles, soit la première guerre mondiale du 21ème siècle. Autant dire qu’aujourd’hui personne ne veut une telle guerre, du moment que tout le monde dans la région voit une grosse croissance économique. Mais les tensions augmentent, la nervosité est palpable dans les journaux et chez les gens.
Et viendra peut-être le moment où un casus belli sera très utile pour mobiliser toute la nation autour d’une idée inattaquable (l’unité de la Chine) et contre des ennemis extérieurs, tant il est vrai qu’un ennemi commun est le meilleur moyen de régler, ou de faire oublier, les problèmes intérieurs.
Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 07:17

Ben est un Ecossais qui habite a Taipei depuis trois ans. C'est lui que vous pouvez voir et entendre sur les videos de l'article "Typhon". Il est le voisin de palier, avec ses colocataires americains, de l'ami chez qui je loge. Les deux appartements communiquent beaucoup, on passe de l'un a l'autre comme dans une communaute.
Ben a beaucoup d'interet pour la chose publique et nous avons pu parler de choses moins superficielles qu'avec les gens qu'on rencontre habituellement en voyage. Sans compter qu'il est extremement sympathique, de droite mais plein d'humour et plein d'idees.
 Ben a joue dix ans au rugby, il a donc un avis d'expert sur la Coupe du monde en cours. Il deteste les All Blacks et il m'a explique dans le detail la situation du rugby en Nouvelle Zelande. Tres interessant, mais j'avoue que je ne vois toujours pas bien en quoi les All Blacks sont plus detestables que, disons, les Anglais. Lui-meme est a moitie Neo Zelandais, il y a vecu, son frere y travaille comme agriculteur, et il est tres convaincant pour demollir l'image des All Blacks.
Dans la nuit de samedi a dimanche, il frappa donc a ma porte pour m'offrir de m'accompagner voir le quart de finale France - All Blacks dans un pub de la ville. Le match commencait a trois heures du matin, et le pub etait plein de Francais, et d'un bon nombre de filles taiwanaises sortant avec des Francais, ou faisant partie d'une bande de francophones.
Dans le taxi, mais deja quelques jours plus tot, au restaurant, il m'avait prevenu que la France n'avait pas beaucoup de chances de gagner. Si la france avait la meilleure equipe de l'hemisphere nord, les all Blacks etaient vraiment les meilleurs au monde. En revanche, ajoutait-il, les All Blacks craignent les Francais, ils ne savent jamais trop comment les prendre, ils sont inconfortables avec eux. Ils ne comprennent pas leur facon de faire, et meme s'ils se savent superieurs, ils ne sentent pas a l'abri. Et puis on ne sait jamais avec le sport. N'importe qui peut battre les meilleurs du monde. L'Ecosse n'a-t-elle battu a deux reprise la France, au football, cette annee ?

L'ambiance etait electrique,au pub. Ben m'expliquait ce qui se passait, parce que moi, le rugby... De temps en temps, il avouait qu'il ne savait pas pourquoi l'arbitre sifflait. "You know that's the thing with rugby : I played ten fucking years and I've still no idea what the fuck is going on, there." En effet, honnis soit qui mal y pense, nom de nom.
Quand l'equipe de France a finalement commence a rattrape les All Blacks, Ben etait encore plus enthousiaste que moi. Il hurlait sa joie a chaque essai, et chantait "Allez les bleus" dans le plus fol espoir de voir perdre les maudits joueurs de l'hemisphere sud. La fin du match fut hysterique, Ben etait fou de joie, ainsi que les jolies Taiwanaise qui ne savaient peut-etre meme pas de quelle couleur etaient les Francais, mais qui eclataient de cris de victoire lors du dernier essai de Jauzion.
J'aurais voulu lui rendre la monnaie de sa piece et l'accompagner voir jouer l'Ecosse le lendemain, qui affrontait l'Argentine, mais je n'ai pas pu me reveiller aux alentours de deux heures, et n'ai pas eu le deplaisir de voir Ben s'attrister de la defaite de son equipe nationale.

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 18:28

 



La pluie ne cessa pas. Arrivé à Taipei, je reçus des explications plus précises de ce qui se passait. Il y avait un typhon qui s’abattait sur Taiwan, voilà ce qui se passait. En fait je devrais écrire au présent, car au moment où j’écris ces lignes, le vent et la pluie font un boucan d'enfer autour de l’appartement.
Le soir de mon retour des gorges, les Américains et Britanniques, qui habitent en face, se sont invités chez moi pour boire des bières et fumer du haschich dans une pipe à eau. Nous parlâmes politique taiwanaise et typhon.
Toute la nuit qui suivit, les fenêtres claquèrent sous les coups du typhon. Je fus réveillé de nombreuses fois par le simple bruit du climat. Le matin suivant, l’agitation que cela provoque en soi ne se dissipe pas. On se sent nerveux, comme si on abritait un typhon à l’intérieur de soi.
Toutes les chaînes de télévision en parlent, c’est l’événement de la semaine. Je ne sais pas encore combien de temps il durera et si mon avion pourra s’envoler vers Shanghai d’ici deux ou trois jours.
Toute la journée, je dois rester cloîtrer. Une course rapide à la superette du coin est suffisante pour me tremper jusqu’aux os malgré le parapluie. J’ai voulu aller au cybercafé, mais tous les ordinateurs étaient pris : tous les gars du quartier y avaient pris refuge et jouaient à des jeux vidéos.
Si j’avais voulu une excuse pour ne pas sortir faire des visites touristiques et passer la journée à me reposer, à lire, à écrire et à boire des bières, je n’aurais rien pu espérer de mieux. C’est même assez rare pour un touriste : aller à Taiwan une semaine et tomber exactement au moment d’un typhon ! Un des typhons importants de ces dernières années, apparemment, un typhon aussi large que Taiwan elle-même et qui va bientôt se diriger vers le nord, longer la Chine et devenir un de ces fameux dieux de la mer pour les Japonais, de ces « Kamikazes » qui caractérisent tant la mer en furie qui baignent tous les pays d’extrême orient.

 


 

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 18:20
Taiwan-003.jpg

Suis allé dans la plus grande attraction touristique de Taiwan : les gorges de Taroko. C’est quand j’ai passé la première journée dans un village, là-haut, que j’ai réalisé combien Taiwan avait finalement peu à offrir au voyageur, ou du moins relativement peu comparé à d’autres provinces chinoises. S’il n’y avait pas eu la politique, l’île serait restée aussi peu connue que celle de Hainan, au sud de la Chine.
Les gorges sont belles, c’est certain, les routes sont creusés dans des murs de marbre, mais c’est un peu ce que l’on retrouve dans toutes les gorges.
Deux choses rendent ces gorges-là remarquables : les lieux de cultes et les chemins de randonnée. Des temples bouddhistes au milieu d’une végétation luxuriante, ça fait toujours son petit effet. Et des chemins de randonnée, cela change le voyageur des montagnes chinoises où tout est tellement aménagé pour les groupes de touristes qu’il ne se croit pas tout à fait à la montagne.   

Taiwan-018.jpg

Taiwan-010.jpg

Le soir, à « l’auberge catholique » où je logeais, je rencontrai un sympathique Américain avec qui je parlais politique et religion. Les Américains sont les gens les plus faciles à vivre qui soient, les plus agréables au monde. Ils ne connaissent pas d’étrangers, tout inconnu est pour eux un ami virtuel auquel il suffit de se présenter et de sourire. Par ailleurs, les Américains peuvent se contenter de blaguer, de rester superficiels, ou de supporter une conversation sérieuse, ils sont ouverts à tout. Et quand ils prennent congé, ils disent toujours qu’ils sont ravis de vous avoir rencontré et qu’ils ont pris un réel plaisir à parler avec vous. 

Taroko-pont.jpg

Le premier jour, je dus me contenter de promenades modestes, autour de Tian Xiang. Les principaux sentiers étaient fermés avec de grands portails, bloquant les tunnels creusés dans la montagne. Des pancartes expliquaient que les sentiers avaient été endommagés par des typhons et devenaient trop dangereux. C'est vrai que la cote est de Taiwan est battu par les vents les plus terribles d'Asie.
Le deuxième jour, la pluie m’empêcha d’aller emprunter d’autres sentiers, plus loin dans les gorges. Je restais autour du village à attendre les rares bus qui me ramènerait sur Hualien, d’où je pourrais peut-être prendre le train pour Taipei.

Taiwan-028.jpg
Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 08:13

Voici ce que je lis dans une brochure a destination des etrangers : "Si vous etes intresses par la Chine, venez plutot a Taiwan. Taiwan est plus chinoise que la Chine Populaire car elle n'a pas connu le communisme et les destructions de la Revolution culturelle. Les traditions chinoises ont toujours ete respectees ici et vous les trouverez plus vivante ici que n'importe ou ailleurs."

J'aurais du me douter que l'equation "Chine - communisme = authenticite" etait surtout un argument marketing et ideologique. Quand on se promene a Taiwan, on n'est pas frappe par une plus grande sinite de la vie. Il y a plus de temple, certes, et surtout, comme a Hong Kong, de ces petits temples de quartier, ou les gens viennent cinq minutes entre deux courses. Sinon, les villes modernes sont tout aussi laides, mais cela n'est pas le fait des Chinois. Ils nous ont montre, par le passe, qu'ils savaient construire des merveilles, et ils le referont quand ils en auront la possibilite.
Il faudrait quand meme examiner ce lieu commun, accepte par beaucoup de monde, qui m'a influence moi-meme : "Taiwan est plus authentiquement chinoise parce que sans trace de communisme". Quelle valeur cela possede ?
D'abord pourquoi le communisme serait particulierement non chinois ? Ou en tout cas moins chinois que le nationalisme ? Le nationalisme est une passion actuelle, et partagee par les peuples du monde entier malheureusement, mais l'histoire de la Chine nous montre une belle et grande capacite, chez les Chinois, a se laisser gouverner par des etrangers, en sinisant ces memes etrangers. Ils ont peut-etre reussi a siniser le communisme lui aussi (bon, je dis n'importe quoi, la, n'est-ce pas, comme dans une reunion brain storming).

Finalement, c'est peut-etre Taiwan qui est moins chinoise qu'on le croit. Colonisee par l'Empire du milieu il y a peu de temps, alors qu'il etait gouverne par des Mandchous, l'ile n'a pas un village traditionnel chinois, peu de memoire chinoise, et c'est peut-etre grace a cela qu'elle peut experimenter la democratie. Prions pour qu'on la laisse experimenter dans son coin, tranquillement.

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 07:36
Si je voulais être provocateur, je dirais : heureusement que Taiwan a aussi appartenu au Japon. Les Japonais ont apporté leur savoir-faire en bains de sources chaudes. Ils ont trouvé, au début du vingtième siècle, de nombreuses sources d’eau chaudes, dans les montagnes qui entourent Taipei, et ont construit des centres, des piscines, des cascades pour le bien être des hommes.
Le métro monte sur une de ces montagnes. Je me suis laissé tenter par les bains de Beitou. En plein air. Depuis les bains turcs de Budapest, où je m’étais baigné en pleine canicule, c’est la première fois que je vais volontairement dans l’eau chaude alors qu’il fait déjà chaud.
Là encore, le sentiment d’être sale m’est revenu, qui m’avait déjà habité au Japon. L’homme qui trempait dans le bassin du haut, sortit quand il m’y vit entrer. Etait-ce ma faute ? Peut-être pensait-il que je ne m’étais pas assez lavé avant d’entrer ?
Assis hors de l’eau, regardant une fleur et écoutant le bruit de l’eau qui tombait d’un bassin dans un autre bassin, le voyageur ne peut que se sentir vidé de tout désir mondain. Quand il sort de sa torpeur délicieuse, il se fait la remarque intelligente que ceux qui ont inventé ces lieux de repos avaient beaucoup à nous apprendre sur le bonheur de vivre et sur la mécanique des corps.

Bains-Beitou.jpg

Affiche-fille-au-bain.jpg
Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 07:27

Avant de quitter le musée, j’aimerais parler d’un sujet qui m’a valu de nombreuses critiques : les arbres. Quand j’ai eu l’imprudence d’indiquer que ces arbres troués, crevassés, faisaient partie de la culture chinoise, que les jardiniers cherchaient un effet de monstruosité, on m’a dit que pas du tout, on m’a dit t’as rien compris, que les Chinois vénéraient la vie et la nature, et que jamais un jardinier chinois ne torturerait un arbre.
Or, le long rouleau intitulé Le long du fleuve lors de la fête Ching Ming (dynastie Qing, 18eme siecle) en montre deux types. Les plus en vue, ceux qui bordent le fleuve, sont troués, creusés et verdoyants. Ceux dont j’ai déjà parlé et que je crois être volontairement « endommagés », dans le but de leur donner cette force d’expression visuelle et symbolique de troncs transpercés, élimés, aussi transparents que les pierres, mais toujours vivants.
Le deuxième type d’arbres sont moins centraux : ils sont en parfaite santé, sans trous, ni vieux ni jeunes, ils ne sont que des arbres.
Ceux de la première catégorie, les arbres monstrueux, sont plus que des arbres.


ps: Je n'ai pas d'images a montrer, mais le rouleau entier est visible sur ce site d'Ottawa : http://images.google.com.tw/imgres?imgurl=http://www.site.uottawa.ca/~qingchen/treasures/qmsht_files/qmsht.jpg&imgrefurl=http://www.site.uottawa.ca/~qingchen/treasures/qmsht.htm&h=315&w=891&sz=58&hl=zh-TW&start=14&tbnid=_7ugfC2W2Y2q3M:&tbnh=52&tbnw=146&prev=/images%3Fq%3DAlong%2Ba%2Briver%2Bduring%2BChing%2BMing%2Bfestival%26gbv%3D2%26svnum%3D10%26hl%3Dzh-TW%26sa%3DG

 

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article