Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 18:30

L'attribution du prix Nobel de littérature 2012 à Mo Yan est une très bonne nouvelle pour la république des lettres. Mo Yan est un superbe écrivain, un des rares, voire le seul, à être unanimement reconnu par l'ensemble des mondes chinois, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Chine.

Je l'ai découvert dès ma première année en Chine, en 2004. Même les plus grands auteurs, Bi Feiyu et Su Tong, disaient de lui qu'il était le premier, ex-aequo avec eux-mêmes.

Quand je demandais aux gens, aux universitaires notamment, ce qu'ils pensaient de l'autre prix Nobel chinois, Gao Xingjian, ils me répondaient systématiquement que Mo Yan le méritait davantage. Il faut dire que Gao était banni de Chine, et qu'il avait pris la nationalité française.

Or, Mo Yan et Gao Xingjian sont deux écrivains magnifiques de la Chine contemporaine. Tous les deux nés après la deuxième guerre mondiale, ils ne sont pas des dissidents, mais frappent par la liberté de leur style et par l'aspect mythologique de leur imagination.

Le plus étonnant, concernant Mo Yan, est qu'il soit resté aussi accepté dans la Chine communiste. Militaire de carrière, il vient de la campagne et fait partie de l'Union des écrivains : c'est donc un officiel, à sa manière, un membre du parti. Et pourtant, il suffit d'ouvrir un de ces romans pour voir qu'il ne connaît pas la censure. S'il a dû retirer des choses de ses manuscrits, ce qui reste est passablement osé dans un pays non démocratique.

Non seulement il critique la corruption des cadres, non seulement il dénonce les abus des politiques mises en place par le Parti, mais surtout, il le fait dans un style baroque et jouissif, provocateur et cru, trivial et fracassant. Tout ce que la culture officielle chinoise déteste. On en banni, pendu, enfermé, pour moins que ça.

Alors comment a-t-il fait pour passer à travers les mailles du filet ? En n'étant lu par personne ? Pensez donc, il est extrêmement connu en Chine. Ses livres ont beau être exigeants pour le lecteur, ils sont des best-sellers. Alors comment se fait-il qu'un auteur comme Gao soit banni et un autre comme Mo Yan soit célébré ?

A mon avis, cela n'a rien à voir avec le contenu des livres. C'est plutôt une question de relations à l'intérieur des groupes de pression. J'imagine que Mo Yan s'est fait de solides amitiés au sein de l'armée, puis au sein du monde de la culture, puis même au sein des instances dirigeantes. J'imagine qu'il est intouchable parce qu'il est protégé personnellement, par des gens qui ont du pouvoir. Et ces gens, pourquoi le protègent-il ? Parce qu'au sein du parti, il existe un courant "libéral", un courant en faveur des droits de l'homme, de la démocratie et de la liberté d'expression.

Lire et soutenir Mo Yan, c'est donc un formidable effort de l'esprit contre les simplifications humanitaires qui ont tendance à étouffer la littérature actuelle. Rien que pour cela, ce prix Nobel est une excellent nouvelle.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans gens de lettres
commenter cet article

commentaires