Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 13:52

L'histoire a de ces ironies. Il y a quelques jours, lors d'un colloque de chercheurs en « études françaises », une thésarde de Shanghai a disserté sur l'esclavage en France à l'époque des Lumières. Thème à la mode qui permet de regarder avec ironie ce pays arrogant qui se proclame « pays des droits de l'homme ». Il ne faut pas leur en vouloir, c'est l'une des constantes universelles des recherches en études françaises. Dire du mal de la France, en montrer les faces sombres, démontrer combien les Français se sont trompés en tout, combien ils sont ignobles, racistes, machistes, paresseux, profiteurs, égoïstes, égocentristes, impérialistes, c'est le dénominateur commun de toutes les universités du monde où il y a une faculté de français.

Dans ces cas-là, il est rare d'entendre une réflexion nourrie : on montre les éléments à charge sans perspective historique, sans évoquer l'idée que la conscience a besoin de temps pour passer de l'acceptation de l'horreur à la révolte.

Le lendemain de cette intervention sur l'esclavagisme à la française, on apprenait l'existence d'esclaves dans des usines de briques en Chine. Une trentaine d'esclaves, puis une autre trentaine, puis on apprit qu'il y en avait un millier, dans la province du Shanxi. On apprit enfin l'existence d'un trafic d'enfants, kidnappés et vendus dans des usines. L'information est relayée par les médias chinois, donc on peut supposer que le gouvernement central veut sincèrement se débarrasser de ceux qui ont permis ce scandale. Sous la dynastie des Ming, cela ne les aurait pas choqué, mais aujourd'hui, l'émotion des Chinois est immense. Certains appellent à un soulèvement, d'autres expriment un profond ras-le-bol contre les « fonctionnaires corrompus », de toute part une tristesse insondable. Gardons-nous de penser que ces pratiques barbares sont spécifiquement chinoises. Nous avons prouvé amplement que nous en étions capables.  

Mais toutes les protestations, sur internet et ailleurs, montrent que les Chinois – quand ils sont informés - veulent voir respecter le droit, celui même qui est écrit dans leurs lois. Cela ressemble à une lapalissade mais c'est tout simplement ce que demandent les dissidents et les prisonniers politiques, depuis toujours. C'est aussi un signe que les droits de l'homme ne sont pas qu'une déclaration officielle que les pays signent ou pas, ce n'est pas qu'une théorie, mais c'est la base de nos critères de jugements moraux, de nos valeurs, Occidentaux comme Chinois.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article

commentaires

Delph 18/06/2007 19:01

Comme je vous ai parlé des articles sur le libéralisme et la démocratie entre 1919 (mouvement du 4 mai) et 1949 en Chine, Ben, j'essaie de préciser un peu ici. C'était avec le séjour en Occident des intellectuels que commença la discussion du libéralisme et de la démocratie. On avait comparé et discuté sur les différents systèmes dans les pays occidentaux, en appuyant sur les théories come libéralisme classique d'Aden Smith(En), Néo-libéralisme aux Etats-Unis,socialisme et marxisme en Europe continental.... Jusque dans les 40s, il y avait deux courants: l'un pour le socialisme soviétique (égalité économique), l'autre pour le libéralisme anglo-saxon(démocratie politique). Le premier a été rejeté quand on avait pu s'informer sur la situation en Russie, l'autre concevait un socio-démocratisme adapté à la société chinoise.c'était de trouver une solution en équilibrant la démocratie de Rousseau au socialisme de Marx. c'est "un idéal utopique", car la liberté et l'égalité est difficile à équilibrer devant les différents concept de valeur des individus.On essayait de sortir d'une analyse dualiste, on insistait que sans démocratie politique, sans égalité économique, alors que la libération de Pékin avait fait pressentir les intellectuels la perte de la liberté de la pensée et de la parôle, ce qui était devenu un fait en peu de temps après la Nouvelle Chine.
sur le fatalisme politique, je crois qu'au fond il y a bien des gens, surtout les intellectuels espèrent un changement. Mais il faut penser à la stratégie. Pas n'importe comment. D'aller à l'extrème comme de rester indifférent, c'est gratuit pour le gouvernement.

Ben 18/06/2007 13:31

Si on veut revenir aux Chinois, et oublier un peu nos petites turpitudes ( mais c'est vrai que voltaire a fait fortune dans le commerce des esclaves? Elle en parlait, la thesarde?) que les Chinois veuillent voir respecté le droit montre quand même que, contrairement au préjugé sans cesse rebattu, il ne se contentent pas d'un fatalisme politique qui laisserait la place à un despotisme bi-millenaire. Anne Cheng a dirigé une "suite " à son histoire de la pensée chinoise, la pensée en Chine aujourd'hui, dans laquelle Thoraval rappelle que Dewey, dans les années 20, avait trouvé en Chine "un esprit démocratique, sans institutions démocratiques". Et des intellectuels chinois confucéens, Liang Shuming ou Qian Mu partagent cette idée "d'un developpement inachevé d'une inspiration traditionnellement démocratioque de la Chine"(p112)

Guillaume 18/06/2007 01:05

C'est peut-être abuser, mais c'est comme ça, mon pauvre François. On passe pour des cons à peu près partout sur la planète, tu sais. Et quand c'est pas pour des cons, c'est pour d'infâmes joueurs de rugby.

François 17/06/2007 11:46

Autant pour moi , j\\\'ai projeté à l\\\'étranger ce que je voyais parfois en France dans les colloques ou les discussions ou l\\\'on entend "c\\\'est trés français de dire çà ou de penser çà" , "les français sont en retard" etc...Il est fort probable que nous sommes issus d\\\'une nation agaçante , énervante , mais la question est de savoir en quoi vraiment et par rapport à qui ?  On est toujours le con de quelqu\\\'un (voir les belges pour la France) mais c\\\'est toujours interessant de savoir pourquoi il me semble...De penser que l\\\'on passe pour des cons en Chine , pour le coup moi ça me fout par terre , avec tout ce que l\\\'on fait pour eux  (les airbus ,  les  échanges linguistiques , les récits de voyages, la cuisine française et le bon vin , les droits de l\\\'homme... ) , là franchement , c\\\'est abusé les chinois !

Guillaume 17/06/2007 10:49

Ce n'est pas de l'autoflagellation, car ce sont des étrangers qui flagellent les Français. Je ne sais pas d'où ça vient. Sans doute la culture française est vue comme suffisamment connue et diffusée, suffisamment soutenu par l'Etat Français, et les chercheurs étrangers ne voient pas l'intérêt d'en rajouter dans le genre "défense et illustration".  Peut-être aussi que nous sommes issus d'une civilisation vraiment énervante, agaçante, à la différence de toutes les autres, et que nous inspirons le sarcasme. Ce n'est pas à exclure.