Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 05:53

La cupidité des promoteurs immobiliers n'a pas de limites, et elle a fait plus de mal au patrimoine culturel de la Chine que tous les étrangers impérialistes réunis. Le long de la rivière Suzhou, on aurait pu laisser toutes les friches industrielles et penser un lieu de vie intéressant. Les usines, ça fait longtemps qu'elles ont gagné leurs lettres de noblesse en terme d'architecture, d'ambiance, de formes pures. Et même de couleur : pour des raisons qui regardent les producteurs, un grand bâtiment industriel est peint en bleu, et il se voit de loin.

Avec de tels vestiges, ne me dites pas qu'on ne peut pas faire un quartier plein de joie, de cohérence historique, favorable au lien social et à la créativité des administrés.

Je ne sais pas si cela coûterait plus cher que de tout raser et de faire pousser à la place des résidences gardées pour nouveaux riches, dont la majorité des appartements ne sont pas occupés et ne sont que des objets de spéculation.

La vie au bord de la rivière est paisible, comme partout où les rues ne sont pas larges et où il y a de nombreux ponts. Les ponts ont un effet apaisant sur les gens, comme s'ils charriaient avec eux la peur de tomber à l'eau, et qu'ils redonnaient à ceux qui sont à terre un sentiment de confiance pacifiée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans villes
commenter cet article

commentaires

Guillaume 18/06/2007 16:29

Nous avons fait la même chose dès le dix-neuvième siècle. Haussman a détruit des quartiers médiévaux et Renaissance qui, rénovés, feraient de Paris une ville autrement plus jolie. Nous avons énormément démoli dans les années vingt trente. Rappelez-vous les idées de Le Corbusier pour Paris. En revanche, ce qu'on a bâti dans les années 70, est-ce que ça aura du charme plus tard ? Peut-être, faut voir, faut vraiment sélectionner. Mais les résidences qui poussent à Shanghai et partout en Chine, je ne vois pas qui cela pourra charmer, même dans cent ans, si ces immeubles tiennent jusque là.

ben 18/06/2007 13:40

Oui, laissons les morts enterrer les morts et les promoteurs faire leur beurre, telle est ma devise. Merci pour cette promenade au bord de la riviere Suzhou, les friches industielles, y a rien de tel.

prinsessan Fluflu 18/06/2007 08:52

Salut Guillaume !
JŽai traduit en gros ton post à mon mari qui ne sait pas assez bien lire
le francais .
Il est dŽaccord avec toi !
Il se rappelle des maisons magnifiques , batises usées par le temps,
mais tellement chargés dŽhistoire . Des quartiers où il faisait bon vivre.
Il a presque pleuré un jour , en revoyant sa ville .
Pour ma part , je suis venue la 1ière fois à Guangzhou en jan/ 1980 et
depuis , jŽai pu voir le massacre dŽendroits délicieux , et remplacés
par quoi ??
Mais nŽa - t - on pas fait la même chose en France , ou en Suède,
dans les années 60 / 70 ?
Les générations futures trouveront tout cela peut être
fort pittoresque , qui sait ? !...
Bonne fin de journée de lŽautre côté de la terre !

Guillaume 18/06/2007 01:01

Merci pour ce témoignage. Quand on s'aime tout est possible, c'est vrai, et quand ne s'aime pas, rien n'est vraiment impossible non plus (ne vous inquiétez, il est tôt et je suis à la recherche de l'aphorisme parfait.)

prinsessan Fluflu 17/06/2007 18:45

Je viens de découvrir ton blog que je trouve très intéressant !
Je vais être ..hors sujet .........mais,
je voudrais répondre au post du 4 avril sur les couples
\\\"un chinois et une francaise \\\".
Je suis Francaise , mariée à un chinois de Guangzhou .
Depuis notre mariage , nous vivons en Suède et cela depuis 30 ans !
Pourquoi cela ne serait-il plus compliqué que pour les autres couples ?
Quand on sŽaime , tout est possible !