Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 08:39

Un problème de traduction intéressant, parmi des milliers d'autres, dont nous avons parlé avec Yuxia. Le roman de François Weyergans, Trois jours chez ma mère, est l'histoire d'un écrivain, nommé François Weyergraf, qui écrit un roman intitulé Trois jours chez ma mère. Ce « roman dans le roman » a pour héros un écrivain qui s'appelle François Graffenberg. Je ne vais pas plus loin, et j'attire votre attention sur ces trois noms :

Weyergans : nom réel de l'écrivain.

Weyergraf : nom du personnage principal, proche du véritable écrivain mais fictionnel quand même.

Graffenberg : nom du personnage créé par le personnage, donc encore plus éloigné du véritable écrivain.

Comment les traduire en chinois ? Le traducteur de la version chinoise a opté pour la solution la plus courante aujourd'hui : une transcription phonétique. Or, pour traduire François Graffenberg, il faut au moins huit caractères chinois, ce qui est beaucoup trop long pour les lecteurs chinois qui ont l'habitude des noms à deux ou trois caractères. Certains n'ont pas peur d'avouer, du reste, qu'ils ne lisent pas et donc ne retiennent pas le nom des personnages des romans étrangers. S'ils en parlent entre eux, ils usent de périphrases : « La femme du mec, le père des trois filles, la sœur aînée, etc. »

Dans le roman de Weyergans, le problème est que les noms constituent une partie importante du projet littéraire du livre. Or, la transcription phonétique fait perdre tout le jeu sur le nom réel qui se « fictionnalise », par variations progressives, et donc tout le jeu, central dans l'œuvre de Weyergans, avec l'autofiction, entre la réalité et la fiction.  

Je suggérai donc à Yuxia une solution miracle : traduire chaque nom par trois caractères chinois, de sorte que :

1-     Les trois noms entrent en résonance.

2-     Le troisième nom soit entièrement différent du premier mais qu'il soit relié au premier grâce au deuxième.

3-     Le deuxième nom ait un équivalent de Graf, qui rappelle le grec « écriture ».

4-     Le troisième nom ait un équivalent à Berg, qui rappelle les juifs d'Europe centrale, et tous les artistes, scientifiques et intellectuels portant un pareil nom (Berg, Schönberg, etc. sans oublier qu'un autre personnage du roman porte encore le nom de Graffenstein, rappelant les Einstein, Eisenstein, etc.)

 

Mais cette solution n'est pas acceptable pour une raison simple. François Weyergans, le nom réel, doit être traduit de manière phonétique, sur la couverture du bouquin, sinon c'est considéré comme une infidélité, ou une licence outrancière avec la réalité. C'est l'ensemble du problème qui est à repenser. Nom de Dieu, ils peuvent pas penser aux traducteurs chinois, les auteurs français ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans mots
commenter cet article

commentaires

Michel Jeannès 09/04/2008 09:59

"...Graffenstein, rappelant les Einstein, Eisenstein, etc.)""Graff", signifiant l'écriture et "stein", en allemand "pierre". Soit la pierre écrite, l'écriture sur la pierre...je pense alors à la pierre tombale et ses noms inscrits, mais ce pourrait être aussi la pierre à écrire, soit l'encre ou le carbone.

Dom 09/04/2008 06:42

Même si ce n'est pas directement à la traduction des noms dans les oeuvres de fictions je pense que ce site peut vous intéresser. traducteur de noms propresDom  

Guillaume 08/06/2007 13:55

Je ne sais pas ce qu'est Pékin express. Le passage à la télé, oui, c'est prévu pour 2012.
Bravo Ebolavir, vous avez conquis Yuxia, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Romuald 08/06/2007 11:23

Mais c'est comme "Pekin Express" ici non ? Allez avoue que tu passes à la télé ! C'est "Shangai express" alors ?  , mais a toi tout seul ! lol

yuxia 08/06/2007 03:17

idée admirable de M. ebolavir!!
un petit ajout: il y a le quatrième,  Weyerstein.
une remarque: 威尔冈 est en faite pas une traduction complètement phonétique, car le s n\\\'est pas traduit.  A M. ebolavir; votre 岗 n\\\'est pas celui sur la couverture. Je crois que le traducteur n\\\'a point pensé à chercher une traduction à l\\\'apparence d\\\'un nom chinois apportant du sens. Ta traduction pour Weyergraf mérite d\\\'un applaudissement, bravo, mais désolée pour le troisième qui me semble très compliqué et étranger.