Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 12:46

Aujourd'hui, demain, ce sont les dates anniversaire du massacre de 1989. Le 3 juin, l'armée était envoyée pour vider les rues de Pékin, et le 4 au matin, les chars venaient nettoyer la place Tienanmen. L'armée a éliminé des centaines, des milliers d'étudiants chinois. Et depuis, combien d'individus en prison pour n'avoir rien fait qu'exprimer une opinion ? Combien de personnes torturées, condamnées à mort ? Lorsque les historiens auront le droit de regarder leur passé en face, bien des traces auront disparu et il leur faudra faire des estimations. A propos d'estimations, dans un livre d'histoire contemporaine, je lis que « la Croix Rouge chinoise parlait de 2600 morts, quelques heures après l'assaut des forces armées », mais aussi que, deux jours plus tard, le 6 juin, « le gouvernement admit que 300 personnes étaient mortes et 400 portées disparues. » Graham Hutchings, Modern China, a Companion to a Rising Power (Penguin, 2001). Trois semaines plus tard, un rapport officiel parla de « 200 morts civils, dont 36 étudiants. » L'entreprise de mensonge pouvait s'étendre et mener vers une interdiction diffuse de parler de l'événement. Que personne ne cherche la vérité, et tout se passera bien

C'est une période de doute pour moi, de tiraillement, car quand j'écris cela, je le fais avec tendresse et compassion pour les familles de ces milliers de Chinois tués injustement, et dont la mort est même niée par le pouvoir en place. Je le fais avec un sentiment de tendresse pour l'ensemble du peuple chinois que j'ai appris à aimer. Et en même temps, je sens que mes amis chinois n'aiment pas m'entendre parler ainsi, que ce langage donne une mauvaise image de leur pays et que ça les ennuie. Comme tout le monde, je n'aime pas ennuyer mes amis, alors que faire ? Le paradoxe de tout cela est que je prends le risque de passer pour un ennemi de la Chine alors même que je pleure le martyr de milliers de Chinois patriotes, qui ne voulaient qu'un peu plus de liberté, qui espéraient voir un meilleur avenir pour leur pays. Ils sont des héros pour la Chine, mais pour le reste du monde aussi, de même que tout ceux qui se battent pacifiquement pour la justice.

C'est une période de tension pour le gouvernement, car il s'agit pour lui d'interdire tout accès à la place Tienanmen, d'être prêt à écraser toute manifestation de quelque ordre qu'elle soit.

Cai Chongguo, dans son blog Journal d'un Chinois, parle de manifestations à Paris, mais je ne suis au courant de rien sur Shanghai. Si vous avez des informations, faites-les passer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Politique
commenter cet article

commentaires

François 06/06/2007 18:13

Je viens de découvrir ton commentaire sur mon blog. Merci beaucoup pour tes encouragements , ça fait plaisir , bonne continuation pour toi aussi. 

François 06/06/2007 13:45

Edifiant en effet d'autant plus que l'on se dit que cela fait (a peine ! )vingt ans. Drôle d'année que 1989 entre Tiananmen , Berlin , la mort de Dali , Beckett ,"like a prayer" de Madonna... A ce propos ,sais-tu qui chante la superbe chanson qui accompagne la vidéo. Je parierai que c'est un écossais ou un irlandais , non ? Merci d'avance.

Guillaume 06/06/2007 13:22

Lisez l'édifiant billet de souvenir de Cai Chongguo sur son blog Journal d'un Chinois. Des souvenirs précis et dramatiques, accompagnés d'une vidéo, qui remettent quelques idées en place.
Requiescant In Pace

Guillaume 06/06/2007 01:45

"Ils vous comprendront dès qu'ils subissent l'injustice, à Xiamen, les choses sont en train de passer ainsi." Est-ce que les gens, à Xiamen et dans le Guangxi, qui luttent contre des dérives des gouvernements locaux, ne sont pas dans une attitude au contraire de grande déférence envers le pouvoir central, considéré comme moins corrompu et plus juste ?
J'ai parfois cette impression que le rapport au pouvoir central est assez proche que celui que les Français avaient avec le Roi, qu'on voyait comme au-dessus de tout soupçon et animé par un seul souci de justice pour tout son peuple, mais qui était malheureusement entouré de gens qui le manipulaient. "Si seulement on pouvait lui parler directement, il nous comprendrait et réparerait l'injustice."

François 05/06/2007 17:59

Oui , c\\\'est ce que je pense aussi , l\\\'un des meilleurs billets de ce blog. (Mon préféré reste "Sur le Bund" ). A l\\\'heure de la surveillance des blogs en Chine (et disons le de cette grande mode mondiale du flicage généralisé) il faut beaucoup de courage pour mettre ainsi au grand jour ces/ses convictions et son désarroi face au manque de liberté et de justice dans un pays où qui plus est on est un parfait étranger. "Force de sincérité" c\\\'est le mot  Cai en espérant que tu ais raison sur la patience à avoir avec des amis chinois. Patience que je n\\\'ai pas eu et souhaiterai avoir  cela m\\\'aurait permis de rester quelques temps de plus en Chine.