Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 14:56

Ce que c'est chouette de se perdre, a velo, dans la ville ou l'on habite. L'errance chez soi, c'est s'abstraire de tout devoir, de tout savoir, de tout pouvoir. Un flic, au loin, vous fait signe de deguerpir de cette rue qui vous est interdite. Vous prenez la tangente, vous pensez retrouver votre chemin, vous continuez dans une direction equivalente a celle de la rue que vous avez quittee , nord, nord-ouest. Puis, methodiquement, vous vous retrouvez n'importe ou, completement nulle part. Un nouveau Shanghai. Un vieux quartier, des maisons construites dans les annees trente, mais qui croulent. Des rues de vie chinoise, ou le voyageur prefererait vivre, au fond, ou les gens vivent dehors. Des etals de choses a manger, des masseuses de pieds, des coiffeurs ou le voyageur va se reposer dix minutes, se faire masser le crane et les epaules, se faire couper les cheveux. Toutes les filles du salon en emoi de voir un etranger chez elles. Un tres bon accueil, la coiffeuse prend soin de moi avec serieux, pas impressionnee, elle rigole des blagues des autres mais elle reste concentree. Elle communique un minimum avec moi pour etre sure de ne pas faire d'erreur. D'erreur, elle ne peut pas en faire, je n'ai aucune idee de ce que ce qu'il faut faire de mon apparence physique.

Le voyageur reprend le velo sans savoir ou aller, et sans vouloir savoir. Sans meme pouvoir vouloir savoir. Ah, savoir ne pas pouvoir vouloir savoir, et se laisser deriver dans une ville inconnue, au soleil. Le bonheur que c'est, de ne rien devoir vouloir, ne rien savoir, ne rien pouvoir.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Delph 17/05/2007 18:53

Le pouvoir a bien eu raison de ne pas libérer les médias, sinon il perdra un quart de son harmonie au moins. Les médias évoluent comme ça, dans les années 80 90, les infos sont sérieux, la majorité consacrée à l'éloge du Parti. PUis les gens s'en foutent. Avec l'ouverture économique arrive celle des médias. On est libre au choix, on peut "bavarder les infos" maintenant. Les médias ne parlent plus bcp du Parti comme avant mais montre combien la vie est améliorée. (c'est le cas à shanghai, à pékin, le CCTV a su modifié la tonalité; les autres, aucune idée)."Entré dans le rail", dira-on, une voie préparée et conduite.  Ce qui n'a jamais changé c'est la compréhension de la liberté et la libération. Ce terme a connu un détour pour rejoindre le niveau de la vie, c'est en fait un libre choix du mode de vie et bcp autres choses devant l'ouverture.      IL s'agit aussi de l'habitude, il parait que t le monde sait maintenant que le communisme est un empereur collectif, alors il suffit de suivre l'indication et ne pas se laisser faire pour une belle vie.    
D'ailleurs j'ai pas l'idée claire comment l'économie va favoriser la démocratie, ou serait -ce plutôt la démocratie du pro-Parti(ex on peut dire qu'en chine il y a aussi la vote maintenant,  pour choisir les chefs du Parti, de l'Assemblée populaire). mais n'est-ce pas l'économie va rassurer le peuple de leur vie et donc rassurer le pouvoir? Il me parait que c'est un circuit plutôt en faveur du pouvoir; eT cette situation peut agiter qch mais il faudrait vraiment longtemps pr que l'effet se présente, cela par génération.

François 17/05/2007 15:41

J\\\'exagére sans doute un brin (c\\\'est mon grand défaut cher monsieur motpassant  - tiens , ça fait bizarre d\\\'écrire ça ! on pourrait vite se prendre pour Flaubert ou Zola avec un peu d\\\'imagination... ). Je transmettrai l\\\'adresse de votre blog et de votre site à mes amis chinois qui sont si agréables et si bien faits (vos blogs , pas mes amis , même si mes amis ne sont pas si mal conçus non plus...).Je suis sur que cela apaisera leurs grandes souffrances. 

motpassant 17/05/2007 15:08

La Chine serait donc le premier pays au monde à associer le communisme et le capitalisme sauvage. Décidemment ce peuple est condamné à souffrir.
Mon regard sur les JO sera troublé par la pensée de ces femmes et de ces hommes maintenus, écrasés dans leurs conditions.

Guillaume 17/05/2007 13:53

Ca parle surtout de ces verbes magnifiques, modaux et autres, que l'on peut mettre ensemble dans n'importe quel ordre et qui font toujours un sens interessant : devoir, vouloir, savoir, pouvoir.
Savoir ne pas devoir savoir,
vouloir ne pas vouloir pouvoir,
savoir devoir vouloir pouvoir.

CATHERINEJADE M* 17/05/2007 12:50

Losque je vous ai lu, je vous ai imaginé sur votre velo ... cet article parle de la grande aventure de la vie, de la liberté de voyager et tous les chemins menent à rome ! biz cjm*