Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 05:54

J'avais apporte deux livres. Introduction a la litterature fantastique, de T. Todorov, et les Selected Short Works de H.D. Thoreau. Entre l'essai theorique a lourde tendance structuraliste, et le reveur americain qui retourne a la nature, se construit une baraque au bord d'un lac, et qui fait l'eloge de la marche a pied, lequel des deux livres allait s'imposer dans mon excursion a ciel ouvert ? Vous l'avez devine, j'ai devore avec delectation  l'essai de Todorov! Je ne suis pourtant pas un fan de fantomes, de succubes, de cadavres et de revenants... Mais la rigueur de sa pensee, sa culture jamais pesante, sa precision, sa modestie, son ambition theorique toujours expliquee dans un grand respect du lecteur, tout ce livre m'a plu et a ete un parfait pendant a la vie au grand air qui etait la mienne sur l'archipel de Zhoushan.

C'est une erreur de penser qu'il faut lire de la litterature de voyage quand on voyage, un livre chinois en Chine, Ulysses quand on va a Dublin, Le Chateau quand on va a Prague. La vie est meilleure quand on la joue comme un fugue ; l'art de la fugue, ce n'est pas une simple fuite, c'est aussi l'art du contrepoint.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans mots
commenter cet article

commentaires

Guillaume 13/05/2007 16:15

Tres bonne idee, Dominique. Si j'etais editeur, je te commanderais incontinent un tel livre. Je t'extirperais de l'universite ou l'on t'exploite et te presserais comme un citron pour que l'essai soit pret en quelques mois. Il ne faudrait pas seulement de la mechancete, d'ailleurs. Il n'en faudrait pas beaucoup en verite. Ca demanderait surtout beaucoup de nerf, j'ai l'impression, d'ou l'importance d'un editeur ami, harassant, lecteur et relecteur, sur qui defouler ses nerfs. 

François 11/05/2007 20:00

Je suis sur que dans ton infinie gentillesse et ta grande perspicacité intellectuelle que tout le monde commence à reconnaître sur ce blog tu auras la capacité d'écrire cet article ou cette page, Dominique. Mais pour entamer ce travail, il faudrait user d'un immense talent de sociologue ou d'ethnologue...

dominique 11/05/2007 13:46

Un jour, quelqu'un de plus méchant que nous tous écrira un article, ou un livre, ou une page de blog sur, par exemple, les Néo-Zélandais migrateurs,  les Canadiens voyageurs, le Sud-Africains volants et ce sera implacable. Il en ressortira que les jeunesses ont déformé le voyage.

Guillaume 11/05/2007 12:34

Je ne parlais que du voyage au sens de deplacement geographique, de vivre ailleurs, etc. Car justement, ce que je crois, c'est que ce n'est pas automatique, le voyage qui forme la jeunesse, qui ouvre l'esprit, l'aventure qui vous rend plus mur et plus sage.

ben 11/05/2007 11:06

Bien sur que si, voyager est necessaire. Pas partir en voyage organisé, descendre du car, prendre trois photos, acheter un souvenir, remonter dans le car, ou transporter son bureau de Paris VIIIe à Shanghai: voyager sans quitter sa maison, comme disait Linji, mais quitter sa maison: se départir de sa culture, de ses attachements, de son cadre, ça, c'est absolument necessaire, en-dehors de cela est-il vraiment utile de vivre? après, on peut voyager d'une maniere ou d'une autre, peu importe.