Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 11:09

 

 

 

L’homme précaire se baigne dans le lac des Nuages Pourpres. Il sait qu’il va être viré, très bientôt. Il n’est même pas certain qu’on lui annoncera la mauvaise nouvelle. Il doit se tenir prêt à l’éventualité où la porte de son bureau ne s’ouvrira pas.

Cela ne produit jamais un doux sentiment que de se savoir indésirable. Cela demande des techniques de pensée ad hoc pour dépasser l’aspect déprimant de la chose, et y percevoir au fond une ouverture exaltante vers une nouvelle aventure.

La baignade dans le lac des Nuages Pourpres est un remède efficace contre les idées noires, surtout en ce début de printemps où l’eau est très fraîche. L’homme précaire sent sa peau se rétracter. Il a de l’eau jusqu’au sexe et les Chinois, sur la berge, le regardent. S’il recule, ils vont se foutre de lui comme la dernière fois, sauf que la dernière fois c’était en décembre et les seuls nageurs étaient les vieux habitués, les retraités qui chantent et qui crient au bord du lac tous les jours de l’année.

Déjà qu’il se sent diminué du fait d’être poussé vers la sortie par son administration, l’homme précaire n’aura pas la force morale de supporter les commentaires sarcastiques des Chinois dont il entendra des effluves (« … étranger… eau froide… pas bien courageux, l’étranger… »). Il jette son pauvre corps dans l’onde et le froid brûle sa peau. Il lui faut plus de trente secondes de brasses vigoureuses pour se réchauffer. Très vite, même avant de se sentir physiquement bien, l’homme oublie sa précarité, son passé et son avenir, pour être happé par les arbres en fleurs sur la rive. Ce sont des pruniers, ou des cerisiers, les fleurs sont blanches et le soleil de l’après midi les éclaire de l’intérieur. Depuis le bord du lac, on ne voit pas bien, mais depuis le lac lui-même, ces arbres flamboient comme des torches allumées.

C’est une vision rare car ces arbres sont en fleurs quelques semaines par an, pendant lesquelles l’eau est froide.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Francois 07/04/2007 21:41

Je veux dire de faire un bouquin sur le lac pas de te jeter dedans bien sur...Au fait j'espère que vous aurez l'occasion d'aller voter la semaine prochaine entre deux cuites...je dis ça comme çà . Votez Intelligent , votez printemps et n'oubliez pas : Ségalen c'est Royal ! (je revendique et j'assume totalement le statut crypto -ségoléniste de cette phrase). Bonnes baignades !

Francois 07/04/2007 21:06

Ravi que nos idées se rejoignent. Mais pourquoi ne pas concrétiser réellement le projet ? Moi en tout cas ma décision est prise , je me casse au canada dés cet été , comme un bon gros touriste des familles. Le canada, un pays qui ne manque pas de lac d'ailleurs...

Guillaume 07/04/2007 18:29

Ca alors, c'est extraordinaire, j'en parlais il y a quelques heures avec Camille et Emilie, qui reviennent juste du pays des Dong. J'évoquais l'option de la noyade et de la gueule que ça aurait de mourir dans le Lac des Nuages Pourpres après avoir écrit un manuscrit dont ledit lac serait un motif récurrent. Un peu comme Joyce qui serait mort dans la Liffey ou Claudio Magris dans le Danube, ou Robert Johnson dans le Mississipi, ou Wagner dans le Rhin...

François 07/04/2007 16:10

Magnifique billet.  C'est toujours trés inspiré lorsque tu parles de ce lac. Peut-être faudrait-il y consacrer un site ou un blog pour lui tout seul (un livre peut-être...). Ca pourrait aussi être le titre voire  même le théme central (je dis ça comme ça...) d'un recueil. Attention de ne pas t'y noyer quand même , ce serait vraiment dommage.