Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 12:10

Toujours la même question : pourquoi n’y a-t-il pas davantage de couples mixtes, en Chine, composés d’un homme chinois et d’une femme occidentale ? Mademoiselle Zhao croit être très futée en me rétorquant : « Voyons un peu, de quelle réputation jouissent nos hommes ? Un homme chinois, partout dans le monde, est vu comme petit et faible. » Mais ce n’est pas le monde qui les voit ainsi, c’est elle, c’est Mlle Zhao, qui se croit plus proche des Occidentaux en prenant de haut ses compatriotes.

Il n’y a aucune raison pour que les images ne changent pas, et d’ailleurs les images sont faites pour cela, pour qu’on en fasse ce que l’on veut. Alors je lui raconte un autre type de Chinois. Un homme qui a la force physique d’un maître de kung fu, le self contrôle d’un praticien de taichi, la délicatesse d’un calligraphe, la sagesse d’un taoïste et le savoir-faire sexuel d’un Tong Hsuan. Une Française ne pourrait pas être indifférente devant un tel homme, bien fait de sa personne, et par ailleurs plein d’égards et connaissant tout un tas d’histoires belges pour les dîners en famille.

Mlle Zhao fait la moue. Les femmes occidentales sont-elles seulement au courant que toutes ces choses existent en Chine ? Naturellement, et j’en connais (certaines ont témoigné sur mon blog précédent) qui fantasment dur sur les Chinois et les Asiatiques en général. Le problème, ou l’un des problèmes, c’est qu’ils ont un mal de chien à se rencontrer. Alors je lance un appel (mais qu’est-ce qui me prend, de lancer des appels ?) : amis chinois, draguez un peu ces Blanches qui n’attendent que ça (n’oubliez pas les histoires belges, s’il faut briser la glace), et vous, femmes qui vous plaignez de ce que sont devenus les hommes, laissez-vous séduire par ces hommes nouveaux, sans barbe et vieux d’une civilisation fondamentalement sensuelle.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article

commentaires

Eliah 06/09/2009 11:57

Personnellement je suis d'accord à 100%. Les hommes asiatiques sont incroyablement séduisants avec des yeux pareils comment peuvent-on en douter (!!!) et ont toutes leurs chances avec les femmes occidentales. Je pense que la femme occidentale (j'en suis!) pense ne pas attirer les hommes asiatiques, ne pas être leur type, j'ai presque l'impression que nous pourrions passer pour trop légères à leurs yeux mais peut-être que je me trompe!!!? La femme occidentale a , je pense, ce complexe de paraitre pas assez bien pour l'homme asiatique.La perfection qu'ils attendent n'est pas chez elle.Et je crois que la communication est tellement fermée que nous ne savons pas si nous pourrions même susciter un intéret à ce type d'hommes.Eliah

François 07/04/2007 22:42

J'aimerai bien lacher ce blog  et partir en vacance, mais comment faire ?). Quelques mots : d'abord, je ne passe pas ma vie à me demander à qui je ressemble , ou a qui je devrai ressembler , j'essaie d'être moi-même et de faire partager mes joies et mes colères le plus possible sans blesser et c'est déja assez difficile et compliqué comme ça. J'ai des modéles, des idoles , des références comme tout le monde et j'essaie de m'en servir a bon escient . Ca a l'air facile comme réponse mais l'idée d'un Ponge allez vite dit de "fonder sa propre rhétorique " , "d'enseigner l'art de résister aux paroles des autres" et "d'apprendre à chacun l'art de fonder sa propre rhétorique" me paraît encore pertinente (même si nous ne sommes plus en 1930) aujourd'hui . Mais ce que je n'aime pas c'est citer à tort et à travers pour garder cette part d'innocence et de liberté première dont tu parles si justement . Une fois qu'on rentre dans le mode conversation , la citation devient vite mondaine et perd vite de sa part subversive il me semble. C'est d'autant plus flagrant avec Deleuze que j'adore (comme Coluche aussi) . Rien que d'en parler ça me déprime d'ailleurs...Je ne parlais pas de tes problémes sexuels et je partage avec toi le goût des gens discrets.

Ben 07/04/2007 22:07

"Ressembler à ces journalistes ou à ces nouveaux comiques ...", si ils sont de bonne foi, François, où est le problème? D'abord, si tu te demandes chaque fois que tu penses à qui tu ressembles quand tu le penses, tu risques de ne pas penser beaucoup. Ensuite, si je dois partager une certaine amitié pour la pensée de Deleuze avec des gens, si cela me fait ressembler à ces gens, ma foi, je m'en remettrai, d'autant plus facilement que ceux que je connais m'ont toujours paru sympathiques. Enfin, mes problemes personnels sexuels...Taper des commentaires sur un blog, quand tu essaies d'y mettre quelque chose d'important pour toi, cela demande une certaine modestie, surtout si tu as de l'admiration pour les textes qui s'y trouvent (et leur auteur). Maintenant, j'ai aussi beaucoup d'estime pour les gens qui ne laissent pas de commentaires parce qu'ils n'osent pas, parce qu'ils ont peur de gâcher la discussion avec leurs petites idées personnelles, de s'étaler.  Mais ce que nous a appris Deleuze, c'est une certaine liberté, une sorte d'innocence face à la critique. 

François 07/04/2007 05:27

Ok ,autant pour moi, désolé pour le coup de sang Ben...Ca m'arrive des fois comme ça donc désolé. Mais de grâce qu'on ne mélange pas tout et surtout qu'on arrête ce pillage sans queue ni tête (si je puis me permettre, hum..) du grand l'auteur de "L'anti-Oedipe" ( tu remarqueras que tout ceux qui l'ont lu ont tous UN bouquin préféré de lui , voila moi c'est celui-là.) et qu'on arréte de le citer a tort et à travers, si on ne veut pas finir par ressembler à ces journalistes ou ces nouveaux comiques de bonne foie d'ailleurs qui n'en finissent  pas de citer Coluche (c'est le premier exemple qui me vient à l'esprit) ou de le commémorer (comme pour mieux l'enterrer d'aiileurs) finissant ainsi de détruire la part de subversion (ce qui en faisait la saveur , le gout ) de son "oeuvre". Donc , ne comptez  surtout pas sur moi pour jouer à ce travail de sape et d'épuisement de la saveur  (dont on se rend pas forcément compte) de l'oeuvre de Deleuze et d'autres aussi d'ailleurs (Derrida, mais lui ça risque d'être plus dur à mon avis, bientôt Blanchot peut-être...c'est déjà fait ? ah bon merci d'avoir joué alors...) . Oui c'est une référence fondamentale pour qui veut aborder la question du désir, du plaisir et de la sexualité, mais il y'a plein d'autres d'auteurs qui ont traité le sujet aussi  : Lyotard,  Vaneigem , Onfray , et Flaubert alors ?  : "La vie ! la vie ! Bander tout est là ! " rien que cette phrase suffirait à mettre une brochette de pseudo théoricien sexologue (français ou chinois) sur le tapis vous ne croyez pas ?  Sur ce, que le débat continue (sans viagra , sans  Deleuze , à la frîche et naturellement de préférence). Et bonnes vacances ! (j'en ai besoin...)

Guillaume 07/04/2007 01:16

Tu n'as pas tort, François, Deleuze est en effet cité à tort et à travers par beaucoup de gens (ce qui produit un bordel bavard qui l'amuserait plutôt, lui qui n'était pas conservateur, et qui préconisait de se servir des théories des autres pour bricoler les siennes) mais pas par Ben. Sur ce blog, les citations du philosophe sont restées rigoureusement liées aux termes de la discussion engendrée par les commentaires.
Alors ne l'utilisons plus, Deleuze, sauf si c'est nécessaire. Mais n'était-ce pas nécessaire ici, alors que la conversation portait sur une sexualité sans jouissance ? Soyons honnête, si on veut parler de la question du désir comme n'étant pas un manque, du plaisir comme n'étant pas la destruction du désir, et si on veut rester en compagnie des sexologues chinois, il n'y a pas beaucoup d'autres références...