Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 00:20

Croyez-moi ou ne me croyez pas. L’information que je vais vous livrer va vous paraître extravagante.

L’émission Equinoxe, sur France culture, traitant des musiques du monde, n’a pas diffusé de musique chinoise depuis deux ans ! Le 4 avril 2005, l’émission était consacrée à une minorité ethnique, les Hakkas. Quelques semaines plus tôt, le 7 mars, l’émission parlait de musique chinoise proprement dite, avec un groupe de Taiwan qui faisait revivre de vieilles traditions.

Avant cela, c’était le 23 février 2004 qu’on pouvait entendre une musicienne chinoise.

Sur France musique, le constat est pire : les archives de l’émission Couleurs du monde n’indiquent aucune émission traitant de musique chinoise.

C’est difficile à croire et parfaitement inexplicable.

On parle abondamment d’Afrique, puis d’Amérique du sud et d’Inde. On fait des incursions (ou des excursions) en Europe. On n’oublie jamais longtemps le Japon ni l’Asie du sud-est, et même la Corée parfois, mais la Chine, que dalle.

Quand on sait la richesse, la profondeur, la variété des formes musicales chinoises (et restons-en à l’ethnie majoritaire, les Hans), c’est vertigineux de voir que cela n’attire pas davantage l’attention. Des centaines de formes d’opéras, de la musique savante et populaire, des chansons, des musiques instrumentales, des musiques folkloriques, comment peut-on les ignorer à ce point ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans sons
commenter cet article

commentaires

Guillaume 15/03/2007 15:57

@ Xiao Bob, c'est intéressant de savoir que la fnac avait essayé de proposer de nombreuses musiques chinoises avant de reculer. C'est donc la demande, et la curiosité, qui manque. L'image qu'on se fait de la Chine n'est peut-être pas assez musicale.
@ Ben. Mais la musique de l'Inde, du Japon, sont extrêmement élaborées (je ne connais pas les autres). Quel problème vois-tu concernant France Culture ?
@ Delph. Espérons que tu as raison d'être optimiste.
L'ennui, à la fin, c'est qu'une musique a du succès quand elle est portée par une image forte. La Chine n'est pas, comme l'Inde des rockeurs psychédéliques, des jazzmen et des connaisseurs de musiques techno, assez rock 'n' roll. Or quand c'est l'image qui détermine la musique, rien ne va plus, n'ayons pas peur des mots.

ben 15/03/2007 11:36

Tu soulignes quelque chose sde tout à fait vrai. Cette disparition de la musique Chinoise est incompréhensible. ( moi-même, je ne sais comment j'ai perdu le seul disque que j'avais ) Je ne crois pas que ce soit le fait de la difficulté ( côté inaudible sans solide préparation psychologique ) de ce type de musique. D'autres styles sont tout aussi difficiles et ont leur place dans nos médiatheques. Je crois que l'appellation "musique du monde " suppose un genre non savant, populaire, un peu "sous-developpé" au niveau technique. Or la musique chinoise présente peut-être la particularité d'être excessivement "élaborée", trop savante et en même temps trop exotique pour entrer dans un genre comprehensible par un responsable de rayon à la fnac ou dans une médiatheque. pour ce qui est de France Culture, il y a un autre probleme. 

Delph 15/03/2007 11:34


C’est vrai que j’aime bien ce mot « inspirer », sans savoir s’il est correcte ou pas de l’utiliser.
 

Rassurée car je vois les gens qui s’y intéressent encore, même si ce n’est que la minorité : comme ce que dit Regis Debray, aujourd’hui que nous sommes dans une société de spectacle dont son recours à la technique, époque où l’artiste cherche à choquer(et non pas émuer ni imprégner), le public majoritaire à découvrir, c’est la nouveauté et non pas la valeur esthétique qui compte. La musique folklorique chinoise n’est pas la seule victime parmi tous les arts raffinés. (l’opera remplacé par il teatro musicale contemporaneo par ex) 
 

L’absence de la musique chinoise à la Radio fr n’expliquera pas forcément l’indifférence des Français mais encore une manque de communication et d’échanges, car il me paraît qu’il existe quand même des appréciateurs potenciels, et il s'agit davantage de penser à comment faire connaitre la musique ou l’opéra,de rejoindre cette partie de public en faisant écho chez eux.
 


 

Je ne sais pas encore comment ça fonctionne du côté français, mais du côté chinois je dirais que c’est surtout un problème de politique culturelle. Quand je cherchais des documents aux archives du Théâtre de Kunqu de Nankin, pour le mémoire de licence sur la promotion de Kunqu à l’extérieur(merci d’avoir « m’invité à travailler là-dessus » J), j’ai lu qq documents du service culturel à l’époque, c’est-à-dire en 1986, lors de la tournée de la troupe en Europe (ils ont fait effectivement bcp de bruit d’ailleurs) ; j’avais trouvé qq drôles d’ « avis » qui interdisent aux acteurs de sortir seul/communiquer avec les occidentaux en leur rappelant de « l’espionnage occidental » ; il y avait une négociation de 5 ans entre qq initiateurs français et le gouv chinois. Maintenant ça va bcp mieux pour importer les spectacles, mais pour faire sortir il y a quand même bcp à franchir...
 

D’ailleurs si la calligraphie, la peinture chinoise ont fait leur chemin pour être acceptés sur le territoire français grâce à l’étude de sémiologie, la musique et l’opéra chinois devraient faire recours à la sémiotique pour mieux les interpréter.
 

Rassurée, finalement, car tant qu’il y a des lacunes, ou plutôt un blanc, il y a une possibilité.
 

xiao-bob 14/03/2007 17:34

Je pense que la musique chinoise est victime en France d\\\'un préjugé défavorable, peut être causé par l\\\'écoute de certains operas chantés par des voix suraiguës, forme la moins directement accessible aux oreilles formées par la musique occidentale.Il n\\\'en faut malheureusement pas plus pour détourner nos compatriotes de toutes les autres formes et en particulier des musiques pour le pipa, le qin,le erhu.il y a quelques années la FNAC offrait un choix de 100 à 150 diques de musique chinoise, à présent elle n\\\'en propose qu\\\'une dizaine au maximum.

Guillaume 14/03/2007 06:15

Merci Delph, j'aime l'utilisation que font les Chinois du verbe inspirer. Mais rassurer, je me demande pourquoi et comment je te rassure. L'indifférence manifeste des Français pour les musiques chinoises n'a rien de rassurant, à mon avis, tant il est urgent de s'intéresser et de découvrir la culture chinoise dans son ensemble, dans sa complexité et dans ce qu'elle nous offre.