Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 04:08

A Nankin, l'enseignante et une élève accordent le Guzheng avant la leçon.

L'enseignante joue, les élèves regardent, écoutent et reproduisent.

L'enseignant de Guqin montre. Il fait un glissando qui sonne comme une séquence de blues jouée avec un bottle neck à la guitare. Il répète le geste trois ou quatre fois, sans faire beaucoup de commentaires.

Les élèves reproduisent, un nombre indéfini de fois. L'enseignant s'approchera et fera un commentaire. Puis il devra partir et laissera les élèves pratiquer autant qu'elles le veulent le même geste encore et encore.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans sons
commenter cet article

commentaires

Guillaume 19/03/2007 15:43

Je vais tâcher de trouver ça. Je te souhaite un bon anniversaire, par la même occasion, ainsi qu'à ton père. 

ub 19/03/2007 14:01

les trucs qui les soulèvent, avec, sans vouloir abuser de ta gentillesse, un shema pour les placer au bon endroit. je retrouverais alors latonalité grace au cd

Guillaume 18/03/2007 02:11

Il faut que tu précises ta pensée, ub. Il y a plusieurs choses qui tendent les cordent. Il y a des trucs qui les soulèvent, ce qui a pour effet de les tendre, des trucs autour desquels elles s'enroulent, des trucs qui font tourner ces machins autour de quoi elles s'enroulent, etc.

ub 16/03/2007 16:14

ako me fa pensar ke me manko un fum de repause cordas.tu sais les choses qui tendent les cordes. si jamais tu pouvais en acheter une serie complète pour moi ça me dépannerais.

Guillaume 11/03/2007 15:21

Oui, c'est une chose fabuleuse à observer, cette pratique de la répétition, de la reproduction. Cela donne le meilleur, un art magnifique comme la calligraphie, ou celui des jardins, et cela donne le pire aussi, comme le plagiat de travaux universitaires. Entre les deux, il y a votre domaine, Dami1, le design, l'architecture, où les Chinois se constituent des banques d'images par milliers, dont ils reprodisent des aspects, des séquences, des formes, sans passer par les réflexions qui ont inspiré ces formes. Shanghai se construit sur ce style de construction à moitié imitée, à moitié pensée, entre hasard et nécessité. Très excitant de voir ce que ça va devenir.