Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 08:06

En fait, assez vite, j’ai cessé de lui poser des questions et j’ai écouté ces indications avec des ah ! et des oh ! C’était plus simple et ça a considérablement fluidifié notre relation.

A Nara, ancienne capitale du Japon très influencée par la Chine des Tang, les étudiants se font un devoir et un honneur de travailler bénévolement comme guides. Uniquement pour les étrangers, notez, et seulement en langue anglaise. Maliko fait ce travail depuis plus d’un an, à raison de deux ou trois permanences par mois. Elle rencontre des étrangers, elle pratique son anglais et apprend des choses sur sa ville natale dont elle est légitimement très fière. Depuis que je ne lui pose plus de questions, c’est elle qui m’en pose et elle s’amuse beaucoup de mes réponses. Je profite de notre bonne entente pour enregistrer sa voix, lire des inscriptions sur des lanternes. Je l’emmène dans une librairie pour lui faire lire un long poème de Basho. Bizarrement, personne ne fait cela, faire lire aux autochtones des œuvres que nous connaissons en traduction française. Pour moi, c’est une source infinie de plaisir d’entendre les versions originales des poèmes Tang, ou des romans chinois. Je rêve de me faire lire l’Odyssée en grec, mais je me sens très seul dans ce rêve, ce plaisir et cette pratique. Suis-je fou, ou déséquilibré, de vouloir entendre Basho en japonais, après avoir rêvé sur ses poèmes quand j’étais adolescent ?

Je réécoute l’enregistrement d’Au bout d’une ruelle étroite, et la voix de Maliko sert admirablement l’écriture de Basho. Des petites phrases qui partent comme de douces mitraillettes de cailloux. Une langue de sons concassés et qui ne se déplacent que par troupes, par vagues, par escadrons rapides. (Si je savais comment faire, ce serait avec plaisir que je vous montrerais la vidéo.) Une langue quasi indo-européenne, à l’oreille. On pense au turc, au grec, au magyar, au finnois, mais on ne s’imagine pas en extrême orient.

Nous nous quittons bons amis, avec Maliko, sans échanger nos emails, et en nous complimentant sur notre anglais respectif.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Japon
commenter cet article

commentaires

vinya 15/04/2008 13:54

merci pour ce blog très intéressant. Je fais partie d'une communauté de voyageurs appelée Trivago et ton expérience serait la bienvenue sur ce site. En attendant, bonne continuation ;)