Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 10:56

On dit que le Japon est cher. C'est vrai, mais pas vraiment plus que les pays d'Europe de l'ouest. De plus, si vous avez peu d'argent, vous pourrez dormir dans des endroits varies et interessants.

Les auberges et les hotels sont nombreux, j'ai deja parle de leur interet.

Les "capsules hotels" ne sont pas non plus. Au depart, je n'avais pas tres envie d'y aller, a cause du mot capsule, bien sur. Dormir dans une capsule, dans mon esprit etroit et borne, c'etait un peu comme faire une sieste a la morgue. La realite est moins sinistre, elle est meme assez attractive. Le River View, dans le quartier Asakusa (Tokyo), a deux pas de la station de metro du meme nom, est parfaitement recommandable. J'y suis alle car je ne supportai plus le ton sec du manager de l'auberge en bois du meme quartier. Le voyageur arrive, il enleve ses chaussures et le gardien lui remet la cle de son "locker", dans lequel se trouvent une serviette de bain, un pyjama, une brosse a dent et un rasoir jetable. Le voyageur se met a poil et fait peau neuve. Il laisse toutes ses affaires, son sac a dos, dans un coin du hall d'entree. S'il craint les voleurs (Ah! Ah! Des voleurs au Japon!), il peut mettre son argent et son passeport dans le locker.

Au neuvieme etage, le bain. Depuis le bain, le voyageur, dans la tenue d'Adam pour la deuxieme fois en quelques minutes, contemple la riviere en contrebas et la "Flamme d'or", un immeuble surmonte d'une flamme olympique jaune.

Au cinquieme etage, les capsules. Juste assez de place pour un homme d'1m90, et pour qu'un tel homme puisse s'asseoir. Moi je fais moins, alors j'etais confortable comme tout. Une television surelevee, suspendue au plafond au-dessus de ses pieds. A cote, incruste dans le mur, un tableau de bord avec des boutons pour la tele, la radio, la lumiere et le reveil-matin. Les ronfleurs s'entendent peu, et, quand le voyageur est fatigue, (et il l'est, il est un peu creve, le voyageur, pour dire le vrai), il dort comme un bebe.

Enfin, dans une ville ou le voyageur arrive un samedi soir sans avoir reserve ou que ce soit, plutot que de faire tous les hotels qui, meme les capsules et meme les plus cochons, avec du rose partout et des photos de filles deguisees en soubrettes, sont pleins comme des oeufs, que lui reste-t-il ? Moi, au moment ou je me preparais a dormir dehors, les pieds et les epaules en capilotade, j'ai vu la publicite d'un cafe internet ouvert 24 heures sur 24. A Osaka, je recommande Popeye Multimedia, sous les arcades, a la sortie numero 11 de la station Namba. Un box individuel, muni d'un fauteuil et de savates, peut etre loue pour dix heures, et pour moins cher qu'un lit de dortoir. Je m'y suis installe, et, apres avoir parcouru rapidement les actualites footballistiques (l'Olympique lyonnais venait de gagner, enfin, un match apres des semaines de mauvais resultats), je me suis endormi. Reveille et rendormi plusieurs fois, j'eus un desir tres grand d'horizontalite : je me contorsionnai pour mettre ma tete et mon dos par terre. Ma tete sous le bureau, les pieds sur le fauteuil, je ressentis le plus grand plaisir corporel de tout mon voyage au Japon. Un sentiment de soulagement immense. Je me reveillai a sept heures du matin, de bonne humeur et bien repose. Le cafe mettant des douches et des salons de bronzage (!) a disposition, je fis ma toilette et pris la route.

Voyez, on dort partout et de toutes les manieres, quand on est pauvre. Quand on est riche, en revanche, les hotels se ressemblent souvent, et si l'on en veut des originaux, il faut se mettre en quatre pour les trouver. Alors que le sage precaire trouve la nouveaute et l'originalite quand il ne les cherche pas. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Japon
commenter cet article

commentaires