Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 02:54

Après un déjeuner dans un restaurant de spécialités mandchoues, nous nous sommes dirigés vers la grande ville nouvelle de Shanghai, Pudong, qui commence à n’être plus vraiment nouvelle, depuis le temps qu’on la visite, qu’on lui offre des tours magnifiques, des landmarks de prestige et des promenades romantiques. Pudong, construite dans les années 80 sur des marécages, est devenu le symbole de Shanghai, au point qu’elle en éclipse la vieille identité coloniale du Bund et des concessions étrangères.

Direction Jin Mao, la troisième tour la plus haute du monde, dit-on. C’est surtout un lieu de grande beauté, qui se perd dans le ciel.

 

 

 

 

Plutôt que de prendre un ticket et de monter au dernier étage, nous sommes entrés dans l’hôtel Hyatt et avons profité de ses différents cafés, lieux de repos, restaurants, boutiques, salles de gym et salon de massages, disposés entre le rez-de-chaussée et le quatre-vingt-septième étage de la tour.

 

 

 

 

De l’extérieur comme à l’intérieur, les formes rappellent le passé « années folles » de Shanghai, en proposant de nombreux motifs qui allient courbes et angles. Une ambiance art déco soutenue par les lumières tamisées, et qui fait de cet hôtel l'écho disproportionné de l’hôtel de la paix, construit dans les années trente, de l’autre côté de la rivière Huang Pu. C'est d'ailleurs en le regardant depuis les cafés de la nouvelle tour, ce vieil hôtel de luxe, et en le distinguant à peine tellement il est petit et écrasé, qu'on se rend compte que la Jin Mao est vraiment haute.

 

 

 

On ne s’est pas laissé abattre. Nous avons réalisé un rêve d’enfant en nous offrant le buffet de desserts du cinquante-sixième étage. Pour 120 yuans, une peccadille, nous nous sommes empiffrés de tout ce que les cuisines sont capables de préparer en terme de choses sucrées, chocolatées, glacées. J’en eus la nausée. Heureusement que nous discutions de sujets très élevés, intellectuellement, cela nous faisait oublier notre avachissement régressif.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans saveurs
commenter cet article

commentaires