Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 11:42

Les voyages sont souvent placés sous le signe de l'art visuel. On prend des photos, on dessine, on prend en photo les gens qui dessinent, on visite des musées. Claire a dessiné le Lac des nuages pourpre, à Nankin. Dans mon calepin, pour m'en faire cadeau.

Plus tard, on est allé au centre d'art de Moganshan lu, où un artiste nous a invité à boire le thé. L'artiste donnait un cours de dessin à une petite fille. Un jeune homme prenait des photos autour de nous. Une jeune femme traînait là. Tout ça faisait communauté d'artistes, c'était agréable, on s'engourdissait.

L'artiste, Zhang Zongmei, nous a montré un tas de photos de ses voyages en Sibérie, ses carnets de dessins, ses calligraphies, ses travaux en tous genres. Dont une belle calligraphie écrite sur papier toilette.

Pendant que nous mangions des cacahouètes, le maître a fait le portrait de Dominique et l'élève continuait de nous prendre pour modèle. Son portrait de moi est très réussi.

Elle est parvenu à me rendre plus laid que je ne le suis en vrai, ce qui n'est pas une mince affaire. J'ai un nez moins grand, un menton moins rentré, un regard moins noir (mais pas moins méchant), j'ai l'air moins vieux et moins vicieux, mais c'est un portrait réussi. Après tout, est-ce que la Joconde ressemblait vraiment à Mona Lisa ?

Au MOCA de la Place du Peuple, Dominique a continué les portraits de sa belle. Les travaux artistiques n'ont pas arrêté, ils sont intrinsèques au voyage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans images
commenter cet article

commentaires

Guillaume 05/01/2007 00:28

Merci Bamalega, j'ai vu certaines planches de ce dessinateur. C'est très beau, en effet, et plein de vie. Ca donne envie de décrire les gens d'aujourd'hui sans en rajouter, car le Shanghaien de la rue reste aussi passionnant à observer. 

Bamalega 04/01/2007 12:20

Le magazine Muze publie quelques extraits de BD en avant première du festival Bande Dessinée d\\\'Angoulême. J\\\'ai pensé à vous en découvrant un album de He Youzhi, Cent métiers du vieux shanghaï, éditions de l\\\'An 2.
Résumé de l\\\'album : 90 dessins racontent la Chine ancestrale, alors qu\\\'elle menace de s\\\'oublier elle-même. Le plus grand dessinateur traditionnel chinois ressucite les années 1930 et 1940. Et avec elles, la rue et ses occupants : le ventileur, le frotteur de dos, la peigneuse de cheveux, le lanceur de chapeaux, le trafiquant de riz... L\\\'oeuvre de He Youzhi semble être marquée par un goût pour l\\\'expressionnisme intime, et ses dessins sont le témoin d\\\'une humanité et d\\\'une justesse infinies.
En regardant les planches illustrées, j\\\'ai été saisie surtout par l\\\'humour, pas au premier regard mais en cherchant, on rigole bien.