Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 03:10

Shanghai, nous le savons, est cosmopolite. Les étrangers y sont légions, ils viennent faire fortune depuis qu’ils ont façonné la ville à leur image.

Les expatriés français sont très nombreux, et ils ont marqué l’histoire de Shanghai, mais je m’inquiète de la nouvelle génération, ici présente. Ils viennent tenter l’aventure, mais on ressent chez les plus riches d’entre eux une volonté farouche de se soustraire au fisc. Tout en eux dit : « j’aime mon pays, j’ai profité de son système éducatif et de ses bons vins, mais maintenant je m’enrichis loin d’elle parce qu’elle me prendrait trop d’argent. » Je vous laisse juge de ce que cela comporte de noblesse d’âme.

Et puis il y a cette indifférence absolue à la Chine. Etre en Chine pour faire du business et rien que du business, n’est-ce pas un fourvoiement ? S’ils s’intéressaient aux sages chinois, ils apprendraient à se détacher de leur passion pour l’argent. Ceux qui se plaignent de payer trop d’impôts (je parle des gens richissimes, pas des artisans ou des patrons de PME), ont un problème de représentation : ils croient que cet argent est à eux. Ils croient légitime de posséder une fortune et en viennent à confondre leur argent et eux-mêmes. Alors payer des impôts revient à se faire voler, pensent-ils. S’ils s’intéressaient à la Chine éternelle, ils sauraient combien cet argent n’est pas le leur, combien il n’est fait que pour passer, ils auraient une meilleure conscience de l’impermanence des choses et seraient consolés à jamais de devoir reverser soixante pourcent de leurs revenus à la communauté. En revanche, ils commenceraient peut-être à s’attrister du sort des gens plus pauvres qu’eux, et ce n’est pas sûr que cela les rende plus sereins.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans idées
commenter cet article

commentaires

Guillaume 21/12/2006 06:28

Non je ne deviens pas marxiste, je continue mes théories portatives, provisoires et propédeutiques en prévision d'une Sagesse précaire. Pour savoir vivre la précarité, il faut déjà savoir que la précarité est notre lot, et vouloir s'en protéger avec des armes aussi misérables que des fortunes d'argent, c'est vivre dans l'erreur. Il faut aussi aimer perdre l'argent, ça fait partie de l'aventure, et ce ne sont pas les spéculateurs qui me contradiront.

pepe 20/12/2006 10:21

A propos d'impôts, quand on travaille en Chine, on est obligé de donner une partie de son argent soit aux corrompus (pour payer moins d'impôts) soit au gouvernement, celui-là même qui m'empêche de surfer librement sur internet, pour ne citer que le plus banal de ses abus de pouvoir. Ce n'est pas réjouissant.

ben 20/12/2006 09:43

Si tu continues à lire des blogs d'hommes d'affaire, tu vas finir par devenir marxiste, ce qui serait quand même le comble, au pays du grand bond en avant, des cent fleurs et de la revolution culturelle. Je pense que dans le rire que suscite ce genre de lectures, il y a un peu de gêne, et là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir.