Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 05:41

Les vacances d’hiver approchent. En Chine, elles se situent en février, au moment de la nouvelle année lunaire.

N’ayant plus le temps de faire des petits voyages pendant le week-end, je ronge mon frein et pense aux destinations de cet hiver. Ma technique est toujours la même : je laisse libre cours à la machine à songer. Je laisse dériver mes rêveries et je vois le lieu qui ma paraît à la fois le plus désirable et le plus urgent à visiter. Le Japon, Taiwan, New York, la Californie, l’Inde, l’Australie, je me laisse brinqueballer en attendant le moment où un élément hasardeux me fera choisir l’une de ces destinations comme une nécessité. 

Si rien ne s'impose, je n'irai nulle part, c'est simple la vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Guillaume 05/12/2006 05:16

C'est le talent du sage précaire de rendre la vie simple. Pas forcément facile, mais simple. Les complications sont parfois des illusions que nous nous inventons pour nous empêcher de faire ce qui nous tient à coeur. Ou afin de nous dissimuler le fait terrible que rien ne nous tient vraiment à coeur.
J'en parle sans mauvaise conscience car je rappelle que je gagne moins qu'un ouvrier francais, ce n'est donc pas un discours de nanti.

Nico 04/12/2006 10:37

"Si rien ne s'impose, je n'irai nulle part, c'est simple la vie."
J'ai comme l'impression que la vie est plus simple pour certaines personnes que pour d'autres. Je crois que nous n'avons pas la même conception des nécessités de la vie.