Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 13:20

 

Je suis un peu un professeur universel, je le dis sans me vanter. J’enseigne tout, peu ou prou. Mis à part la mécanique des fluides et le patinage artistique, j’ai tout enseigné, dans ma vie. Les langues étrangères, la philosophie, la littérature, les sciences sociales, l’art, l’architecture, la natation, la lecture de cartes géographiques, le baiser européen, le vélo, le voyage, la conduite automobile, l’économie, l’amour de la vie. Je ne suis très fort dans aucune de ces disciplines, mais que voulez-vous, j’ai la passion de la pédagogie.

Je suis donc sur le point de donner des cours d’histoire de l’Europe. Je regarde des manuels d’histoire et là que vois-je ? Pas de Chine. Programme de Terminale, chapitre Le monde de 1945 à nos jours, rien sur la Chine. L’Inde, on n’en parle qu’au sujet de sa décolonisation. Je crois que ce programme va évoluer bien vite. Connaître la Chine et l’Inde est déjà une priorité pour tout honnête homme européen, qu’il soit féru de philosophie, de langues étrangères, de voyage, etc. ou qu’il soit dans le monde marchand.

Aujourd’hui, on fait semblant de croire que la Chine ne commence qu’à peine à se réveiller. J’entendais Alain Juppé à la radio, l’autre jour, dire à peu près cela : « Si la classe moyenne chinoise rattrape notre niveau de vie, ils auront d’autres prétentions de salaire et leur coût du travail sera moins compétitif. Vous voyez que ça s’équilibre. » Soit Juppé n’est pas aussi intelligent qu’on veut nous le faire croire, soit il feint d’ignorer que sous la classe moyenne chinoise, il y a encore une population pauvre plus importante que celles d’Europe et d’Amérique qui sera prête à travailler pour presque rien pendant encore des décennies, et que la compétitivité des travailleurs chinois n’est pas près d’être concurrencée, par qui que ce soit.

En règle générale, on ignore la Chine comme si elle n’était qu’un pays parmi d’autres, alors qu’elle influence de plus en plus le cours de toutes les économies. Ne pas s’intéresser à elle, c’est être contraint à la voir toujours sous un jour hostile et a en avoir peur.

On a moins peur de ce qu’on connaît, alors sinisons-nous un peu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Guillaume 01/12/2006 13:11

Un sujet de dissertation etait donne a des etudiants chinois, recemment, une dissert en langue francaise : Mondialisation de la Chine et sinisation du monde. Qu'on devienne un peu Chinois, comme on devient americains depuis cinquante ans, pourquoi pas. Mais ce serait horrible en effet que notre sinisation consiste a travailler comme les Chinois actuels. Selon un article recent d'Eric Le Bouchet dans le Monde, l'economie chinoise demande urgemment un systeme de securite sociale et de retraite, car les Chinois consomment trop peu et craignent l'avenir. Il est donc hors de question de les imiter, a cet egard.

ben 01/12/2006 12:53

Dans la même famille que Juppé, c'est Madame Chirac soi-même qui s'est signalée par sa clairvoyance, en disant en substance, alors qu'elle accompagait son VRP de mari venu vendre des airbus: "quand je pense à tous ces Chinois qui travaillent nuit et jour, et pendant ce temps, nous, nous dormons", les femmes, les enfants, sous un éclairage miserable, sur des machines dangereuses,  tout le monde payé à coup de lance-pierre, on s'attend à une réaction humanitaire même hypocrite, la Chine reste un Etat totalitaire, quand même, mais non, Bernadette soupire et conclut: "il faut absolument arrêter cette décadence du travail,  en France."