Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 14:58

Ce qui est beau, dans la médiathèque de Nankin, c’est l’envie de faire communiquer des idées entre inconnus. C’est rare, au fond, car lorsque l’on n’a pas de gens célèbres, ou prestigieux, pour parler devant un public toujours passif, on préfère ne rien faire. A Nankin, on a voulu redonner de la vie aux vieilles pratiques de l’agora. N’importe qui, pour autant qu’il ait quelque chose à dire, se verra organiser une conférence dans la médiathèque. On lui fera une affiche, on lui donnera quelques sous, on offrira un petit buffet pour attirer et apaiser le public, sa présentation se verra confiée aux doux soins d’une traductrice d’un charme sans égal, ou d’un traducteur plein d’enthousiasme. Il sera possible d’ailleurs que le traducteur lui vole la vedette. (Neige d’Hiver m’a dit qu’à ma conférence sur Sartre, l’année dernière, la traduction de Lumière de l’Aube avait été plus belle et plus intéressante que l’original.)  

Le public sera composé de Chinois, principalement, des étudiants en français et en autre chose, des fonctionnaires, des professeurs français, des Américaines dont on ne sait ce qu’elles font là, quelques Français, des passants qui viennent par hasard, car l’événement se déroule pendant les heures d’ouverture de la médiathèque. Les questions fuseront, en français, en chinois, en anglais.

Bon, comme je l’ai dit, je n’étais pas convaincu par ma conférence, non plus que par son titre, Littérature et voyage. Mais ma traductrice, qui est une de mes meilleures amies chinoises, a voulu me rassurer en me disant : « Ce qui compte, c’est le conférencier, Guillaume, pas tant la conférence. En général, on oublie le contenu de ce qu’on a entendu et on se souvient des gestes de la personne, de sa présence physique, de sa voix. » J’étais bien avancé. Nous nous sommes donc entraînés pour donner à l’événement un peu d’électricité. J’espérais quand même que quelques personnes se souviendraient des noms des trois auteurs que j’allais aborder. Je fis donc de grands gestes, je fis le cabot, je dressai entre moi et les gens devant moi écran de fumée, un voile de ouate linguistique pour faire oublier l’indigence de mes circonlocutions. Je fus sauvé, encore une fois, par ma traductrice. Sa compétence novice, son charme et son intelligence ont donné une direction à mes errements.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans rencontres
commenter cet article

commentaires

Francois 30/11/2006 17:09

Quelle chance d'avoir une telle muse...Je pourrai me permettre d'autres commentaires evidemment plus lourdaud mais comme nous sommes sur un blog je prefere en rester la. Je me permettrai , si tu le permets de citer cette eminente pensee de notre Johnny national : " Cette fille la mon vieux, elle est terrible !"

Guillaume 30/11/2006 14:57

La joueuse de Erhu est celle avec qui je suis alle au Bar Rouge. Et Luluc, pas de nouvelles.

Francois 30/11/2006 14:04

Et ben dis donc, merci pour ta reponse si rapide ! Ca me convient tout a fait meme si je ne suis pas d\\\'accord sur Derrida, son don de seduction et sa facon de parler de son amour des livres a donne le desir de philosphie et de litterature a des gens qui trouvaient les cours de philo chiant je pense.De meme que l\\\'abecedaire de Deleuze etait une bonne initiation a la philosphie pour les ados des annees 90 qui sechaient les cours ou qui apprehendait les lundis difficiles (je dis ca car ca passait le dimanche soir je m\\\'en souviens bien). Pour ce qui est des \\\'\\\'hommes obscurs\\\'\\\', il ya un cote \\\'\\\'Men in black\\\'\\\' dans ce propos qui est pour ma part je trouve un peu desagreable (la philosophie pour les martiens ? je ne crois pas, mais je plaisante bien sur...quoique devenir un Will Smith de la philosphie ca peut etre pas mal ). Ce que tu dis me fais penser a un slogan de la ville de Geneve : \\\'\\\'Post tenebras lux\\\'\\\', slogan que je te laisse mediter d\\\'ailleurs.Mais dis moi ,qui est cette charmante joueuse de Gunhze sur la photo ? et sans indiscretion sais tu ce que devient luluc ?

Guillaume 30/11/2006 13:33

Pour repondre, il faudrait avoir mene une reflexion serieuse sur la notion de spectacle, ce que je n\\\'ai pas fait, n\\\'ayant jamais pris Debord, entre autres, pour une lecture personnelle marquante. Intuitivement, je dirais que le spectacle c\\\'est le systeme de representations et d\\\'echanges qui mene a perdre le contact reel avec les choses, pour preferer leurs simulacres, leurs representations. Donc le spectacle revient a s\\\'interesser a quelqu\\\'un pour ce qu\\\'il represente, pour l\\\'image qu\\\'on a de lui, plutot que pour lui-meme, et en ce sens, ce n\\\'est pas la télévision qui est en cause, c\\\'est l\\\'usage de donner la parole a ceux qui sont "spectaculaires", ceux qui impressionnent deja, sans avoir dit un mot, par leurs attributs sociaux. Quand Deleuze fait son abecedaire, ce n\\\'est pas vraiment du spectacle, a mes yeux, au contraire, beaucoup de gens ont pense en voyant cette emission que c\\\'etait d\\\'un niveau assez bas; pour eux ca manquait des signes exterieurs de la philosophie. En revanche, Derrida cherche a impressionner et a seduire, je le sens comme ca, et je trouve ca insupportable. Bref, pour repondre en une phrase, non les penseurs n\\\'ont pas a rester dans l\\\'ombre, non plus que les penseurs obscurs, c\\\'est-a-dire les gens ordinaires comme toi et moi.

Francois 30/11/2006 13:13

Le probleme du blog c'est qu'un commentaire chassant l'autre,un article chassant l'autre on attend toujours une reponse et les interrogations restent en suspens. Aussi pense tu vraiment qu'il y'ait une vraie antinomie ou contradiction entre la pratique de l'exercice philosophique et pour aller vite la societe du spectacle ? La philosophie est-elle un exercice pour ''homme de l'ombre'' , dans ce cas faut-il la denigrer si elle passe a la tele comme a une epoque le faisait un Derrida,Foucault, Deleuze ,un Hubert Reeves ?
Question ridicule, mais qui m'interesse au plus haut point...