Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 05:55

Le titre de son blog s’explique par une anecdote du Zhuang Zi. Le sage dit avoir rêvé qu’il était un papillon. Mais à son réveil, il se fait cette réflexion que reprendra, sans le savoir, Descartes, plus de quinze siècles plus tard : «  Qui suis-je ? Suis-je Zhuang Zi rêvant qu’il est un papillon, ou suis-je un papillon qui rêve à cet instant qu’il est Zhuang Zi ? » Neige d’Hiver réutilise l’image du papillon pour jouer avec son nom et son identité dans ses histoires.

Je tiens ce blog pour une chose remarquable. Une étudiante chinoise qui écrit dans des récits simples les événements et les pensées d’une fille d’aujourd’hui. Son talent tient dans un sens étonnant de la narration et un vrai pouvoir d’évocation d’une émotion, d’un sentiment. En la lisant, je m’aperçois combien il est difficile d’être en prise direct avec ses propres sensations.

Lire son blog, c’est accéder à la vie des jeunes gens d’ici, et surtout à la personnalité d’une Chinoise, par petites touches, en douce. N’est-ce pas exceptionnel ? Avons-nous souvent eu cette opportunité ? Aujourd’hui que les Chinois fascinent et font peur au monde entier, sentir le cœur et les aspirations de leur jeunesse ne peut qu’aider à comprendre et à aimer ce peuple qui est montré dans nos médias de façons quasiment inhumaine. Neige d’Hiver en est un représentant d’un charme exquis et qui peut séduire les Européens attentifs.

Elle a une intuition fine, et comme innée, de ce qui vaut la peine d’être raconté dans une vie sans grand relief. Elle le fait sans prétention, sans affectation. Sa personnalité s’y révèle si aimable qu’on pourrait en tomber amoureux rien qu’à la lire. Elle développe toujours un ton léger, drôle et sensuel.

Ce que j’aime dans son écriture, c’est qu’elle se fout du français, elle écrit sans complexe et sans chercher à épater. Elle fait des fautes, et j’aime ses fautes, car elles montrent que ce n’est pas la correction qui l’obsède, mais le mouvement de la pensée, mais l’émotion et le rire. Elle pourrait passer des heures à lire les dictionnaires pour être une francophone modèle, mais elle préfère la fragilité d’une impression ou d’un étonnement.

http://hiverneige85.spaces.msn.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans blogs
commenter cet article

commentaires

Ben 17/11/2006 10:48

ces blogs de jeunes filles sont en effet émouvants et celui que tu cites est franchement passionnant. Moi, je continue à regarder de temps en temps celui de Delphine, "salutdelphine", que tu avais mentionné à l'époque de nankinendouce; mais je suis trop retrograde pour poser des commentaires à des gens que je ne connais pas, en plus il faut un identifiant, ça m'enerve. je me demande dans quelle mesure ces jeunes personnes écrivent pour être lues, si elles attendent des commentaires ("un peu d'echo, s'il vous plaît, suppliait presque quelqu'un sur un blog, moi ça me gêne un peu, ça me dissuaderait presque) ou si c'est plutot une espece de journal intime. Il y a une expérience qu'il faut faire une fois dans sa vie: aller sur skyblog, ouvrir au hasard n'importe quel blog, ça c'est philosophique et ça rapproche brutalement du Peuple.

François 16/11/2006 21:31

Ce blog que tu nous recommande est tres bien.Surtout les passages sur TCHOUANG Tseu  ou sa philosophie est integree a la vie quotidienne du jeune chinoise,ce qui est reelement passionant. Si tu a d'autres adresses, n'hesite pas a nous les communiquer.