Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 11:50

Je ne sais plus comment nous en sommes venus à parler de Gao Xingjian, avec deux étudiantes, l’autre jour. Une étudiante disait qu’elle avait aimé son discours de Suède, qu’il a prononcé lors de la remise de son prix Nobel, mais qu’elle le trouvait dérangeant. Elle citait quelqu’un, un écrivain, ancien camarade de classe de Gao, qui avait dit dans une conférence combien Gao était un homme mauvais, combien sa morale était répugnante, qu’il n’était pas bon, qu’il avait abandonné sa femme.


Elle m’a dit qu’il était interdit en Chine « parce qu’il manque de sentiment national. »


La montagne de l’âme
est le livre que je relis le plus depuis deux ans. Si j’ai de nombreuses réserves concernant Le livre d’un homme seul, j’ai toujours été sous le charme de La montagne de l’âme qui a imposé dans mon souvenir des images, des parcours, des moments littéraires qui ont magnifiquement passé la traduction des Dutrait.


Le régime actuel rejette Gao, le bannit, et les patriotes pensent de lui ce que les Polonais chauvins pensaient de Gombrowicz. Réflexe symptomatique des dirigeants et des bien pensants : « Cet écrivain dit du mal de notre pays, son style et sa morale dépravée salissent l’image de la nation, rejetons-le ! »

C’est aussi la réaction qu’avait la presse française  à l’égard de Sartre, ne l’oublions pas. Ou de Zola.


La Chine d’aujourd’hui me fait penser à l’Europe des années cinquante. Une économie qui croît rapidement, une société qui change vite et, en même temps, une vision des choses très étroites, naïves, fleur bleue. Des écrivains et des artistes, pas très nombreux, qui n’en peuvent plus et qui provoquent. Une mainmise du pouvoir sur les médias et un sentiment d’optimisme dans la jeunesse. De beaux sourires, de belles apparences et des corps chastes. Une morale conventionnelle très pesante et une liberté relative des mœurs. Un amour du kitsch et une détestation de la laideur, de la perversité et de la noirceur.


Bref, Gao n’est pas seulement interdit par un régime inique et borné ; c’est l’époque toute entière qui ne le supporte pas. Non pour ce qu’il dénonce politiquement, car justement, il tend vers une prose dépolitisée, mais par son absence de jugement moral, par la sexualité sans romantisme qu’il décrit, par son refus des histoires bien menées, par sa liberté formelle.


Je le relis ces temps-ci pour une conférence que je suis en train de préparer sur la littérature du voyage, et ce que me dit mon étudiante m’apparaît d’une clarté blafarde. C’est la littérature, ici et aujourd’hui, qui peut le plus déranger, changer les mentalités. Elle a encore ici le pouvoir de révolter, de dégoûter, de renverser des perspectives. Gao dit se désintéresser de la politique et de son pays, mais c’est peut-être dans son exil français, dans son silence égoïste et arrogant qu’il va apporter à la Chine contemporaine, quand les jeunes comprendront qu’ils ont en sa personne, un héros des lettres comme ils n’en ont pas connu depuis Lu Xun.


C’est la beauté apolitique de la prose de Gao qui fait mal, en définitive. On veut des sentiments, des larmes, de l’émotion patriotique, et Gao propose des randonnées où l’on a mal aux pieds, des fuites, des trahisons, des réactions d’égoïsme sans complexe, une phrase solitaire, donc suspecte et presque menaçante pour l’ordre moral. C’est peut-être la littérature de Gao qui peut, sur le long terme, avoir la plus grande influence sur les esprits qui s’éveillent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans mots
commenter cet article

commentaires

Guillaume 28/10/2006 10:53

Je ne parle pas du Nobel de Gao, je parle de la place de Gao en Chine. Ca ne te parait pas evident qu'il est le Gombrowicz chinois ? En moins genial.
Je ne dis pas que le prix Nobel soit un prix politiquement correct, mais qu'il est politique autant que litteraire. Ce qui l'amene a recompenser des Irlandais du nord, des dissidents, des Turcs quand il le faut. Ce n'est pas une mauvaise chose. Si j'etais en France, moi aussi, je lirais volontiers Pamuk.

Ben 27/10/2006 14:55

Mon bon Guillaume, permets-moi de te dire que tu as un train de retard. L'actualité de Gao et son nobel, c'était il y a quelques années. Aujourd'hui, c'est Ohran Pamuk qu'il faut lire, avec Neige, son roman magnifique : ça se passe en Turquie, forcement ça change un peu de la Chine, mais c'est un peu comme la Montagne de l'âme, il y a à la fois un côté flottant, reveur ou cauchemardesque, et en même temps un aspect politique complexe et d'une grande actualité. Les gros couillons s'empressent de repèter que le jury Nobel confond la litterature avec le politiquement correct, avec ce nouveau prix; mais c'est une double erreur: ni Gao, ni Pamuk n'incarnent la correction politique, bien malin qui pourrait tirer de leurs oeuvres une leçon politique univoque et bien pensante, et avant de la critiquer et de la compter pour rien, il faudrait commencer par se laisser porter par la puissance de leurs textes.