Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 12:44

Dans son histoire du moyen âge, La société féodale, dont j’ai trouvé un exemplaire datant des années soixante à la bibliothèque de l’Institut, Marc Bloch a une manière de décrire des événements qui fait penser à la littérature classique chinoise.

Au bord de l’eau, par exemple, est un roman connu de tous, ici, il est étudié, repris et adapté sous forme de bd, de séries télé, etc. Il raconte les épiques aventures d’une flopée de hors-la-loi (plus de cent personnages, dont les histoires se recouvrent, se croisent, s’empiètent et se répètent  parfois), de brigands magnifiques qui fuient la société officielle pour en inventer une autre, alternative, dans les montagnes, et procèdent à maint pillages, méfaits, conflits infinis. Ils redressent des torts, ils tuent, ils singent les religieux, ils baisent, ils boivent et ils meurent. On les appelle « les gens des lacs et des rivières ».Un roman qu’il faut conseiller à ceux qui ne voient la culture chinoise que comme une sagesse confucianiste dégradée, respectueuse des rites et d’un conformisme mortel.

Or que lis-je, à propos des Sarrasins et de leur incursion en Europe ?

« A une date que l’on ne saurait préciser, probablement vers 890, une petite nef sarrasine, qui venait d’Espagne, fut jetée par les vents sur la côte provençale, aux abords du bourg actuel de Saint-Tropez. Ses occupants se terrèrent, tant que le jour dura, puis, la nuit venue, massacrèrent les habitants d’un village voisin. Montagneux et boisé… nos gens s’y fortifièrent sur une hauteur, au milieu des fourrés d’épines, et appelèrent à eux des camarades. Ainsi se créa le plus dangereux des nids de brigands…

 

Dans tout le voisinage du littoral, les campagnes furent abominablement dévastées. Les pillards faisaient en outre de nombreux captifs, qu’ils vendaient sur les marchés espagnols. »

 

Suit une liste d’exactions dans les Alpes, comprenant des monastères mis à sac, des pèlerins caillassés, des enlèvements d’Abbés illustres. Les aventures des ces gens des lacs et des rivières durèrent un siècle et plus. De quoi en faire des romans épiques, que diantre.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans mots
commenter cet article

commentaires