Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

13 septembre 2006 3 13 /09 /septembre /2006 14:25

Ah ! Le mot biennale résonne en moi comme un beau souvenir de ma jeune vie française. Je me rappellerai toujours, je finissais mon service national – eh oui, j’ai servi la nation, j’espère qu’elle s’en souviendra le moment venu – et la Biennale de Lyon recrutait des animateurs conférenciers. Ce fut un de mes premiers grands coups de bluff. Moi qui n’y connaissais rien, j’ai grillé la place à des étudiants aux beaux-arts et en histoire de l’art. Je devrais peut-être notifier cela sur mon CV : c’est une qualité indiscutable, dans un monde compétitif, de savoir prendre le job des autres, quand on est monsieur Tout le monde et qu’on sort de nulle part… Quoique. Quoique… je crains que mes employeurs ne se doutent par là du peu de compétences réelles dont je dispose pour les missions qu’ils m’assignent actuellement.

Animer des visites guidées dans des expositions d’art contemporain, c’est un des plus beaux boulots qu’il m’ait été donné de faire. Dans le cadre d’un musée, il n’y a qu’une position qui lui soit préférable, celle de conservateur en chef. Et encore, quand on est animateur, on n’a moins d’emmerdements. Il faut être tout en haut ou tout en bas de l’échelle pour avoir un contact charnel avec les œuvres d’art. Le grand chef les soupèse d’un point de vue financier et intellectuel, l’animateur d’un point de vue pédagogique et existentiel. Il essaie de les faire avaler à un public souvent réticent. C’est passionnant. Les techniques mises en place pour faire en sorte que des adolescents qui vous disent : « mais c’est pas de l’art, ça ! Mon petit frère peut faire la même chose » finissent par participer et réfléchir à ce qui se passe dans une installation, ce sont des trésors de communication, de dialogue, de persuasion.

A Shanghai, le public n’est pas réticent, loin s’en faut. Les Chinois vont au musée, appelé le « Shanghai Art Museum », sur la Place du Peuple, et ils s’amusent sans complexe. Ils se photographient devant les œuvres comme s’ils étaient devant la Tour de Pise, ils prennent des poses amusantes, bref, ils rajoutent une couche de spectacle. A mon avis, un artiste contemporain devrait prendre le public lui-même comme objet d’œuvres d’art, de photos ou de vidéo. Ce serait facile d’y plaquer un discours intellectuel sur la réception de l’art, sur la consommation, sur la mise en scène et la mise en image, sur la perte du sacré des œuvres, sur la notion de sacrilège et de jouissance.

Moi, ce que j’en dis… Je ne suis pas un artiste contemporain, alors je me tais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans images
commenter cet article

commentaires

Paco B 17/09/2006 00:33

Moi ce que je trouve fou (au bon sens du terme bien entendu) c\\\'est d\\\'oser raconter comme ça en plein blog ( en gros, aux yeux du monde entier et au risque de te faire pincer !) tes trucs , tes bluffs , tes astuces pour biaiser (et je reste poli !) avec le monde du travail. Tu n\\\'as pas peur de te faire griller un jour ? Disons  le jour (relativement proche au rythme où ça va ) où le monde sera encore plus compètitif et où les boss seront donc plus sélectifs et plus scrupuleux sur les gens qu\\\'ils emploient. Pour ma part je trouve ça trés osé d\\\'avouer des trucs pareils (avec un certain humour d\\\'accord mais quand même... ). Et si par exemple tu as marqué sur ton CV que tu as crée ce blog et qu\\\'un patron le lit et qu\\\'il t\\\'ennuie avec tout ce que tu dis , écris , raconte sur ta façon de les déjouer c\\\'est pas un peu risqué ? Ca ne te fais pas peur ? 

Guillaume 17/09/2006 12:43

D'abord, la personne qui dit "je" sur ce blog, c'est un narrateur, moi je le connais a peine. C'est le cas de tous ceux qui racontent a la premiere personne.
Ensuite, mon cote soupe au lait, tendance misanthrope, serait ravi qu'un patron l'ennuie pour de telles betises. Quelle jubilation ce serait : etre vire pour avoir ecrit, et non pour avoir commis de faute professionnelle.  

Guillaume 16/09/2006 10:13

Je t'accompagne quand tu veux. Moi non plus je ne comprends pas, mais ca ne m'empeche pas de m'amuser, car il n'y a pas forcement quelquechose a comprendre. Il n'y a pas lieu de se trouver nul, Fanny. D'ailleurs moi aussi je me sens nul, en face des oeuvres, mais j'en retire bizarrement de la joie.

Fanny 14/09/2006 11:55

J'aimerais bien y aller. Mais  je me suis toujours rendue compte que j'avais beau payer le billet d'entree apres les visites de ce musee. Je comprends pas, je comprends peu. Je me sens nulle. Je sais maintennat ce que ja manque.  j'ai besoin d'un guide comme toi:-)