Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 10:53

Vu le film de François Ozon qui raconte une histoire très à la mode. Un jeune homme va mourir dans quelques mois. Thème éminemment littéraire.

Autrefois, je posais souvent cette question aux gens. Que ferais-tu si tu mourais dans un an ? Les réponses sont plus variées qu’on ne l’imaginerait à première vue, et disent beaucoup de choses sur ceux qui répondent. La plupart des gens disent qu’ils voyageraient, mais d’autres disent qu’ils écriraient un livre, d’autres qu’ils iraient voir ceux qu’ils aiment. Des Irlandais disent qu’ils s’engageraient dans des activités humanitaires. D’autres ne savent pas, n’ont aucune idée, disent qu’ils essaieraient de guérir (alors qu’il n’était pas question de maladie dans ma question.) Certains disent qu’ils feraient un enfant. D’autres disent que quelques mois, c’est trop long, qu’ils ne voudraient avoir qu’une semaine à vivre, pour aller déclarer leur flamme à une fille qu’ils savent être à l’autre bout du monde.

En général, la réponse qu’on donne correspond à nos désirs les plus profonds et le conseil qu’on se voit donner presque à chaque fois, est : « Mais fais-le donc, qu’attends-tu ? » Ce que l’on ferait en pareil cas, c’est généralement ce qui, pour nous, fait la vraie valeur d’une vie, ce qui rendrait la vie digne d’être vécue. C’est pourquoi une des réponses qui m’a le plus étonné, et le plus ému aussi, fut celle d’une femme qui n’aurait rien changé à sa vie. Elle voulait seulement être près de son homme, ce qui était déjà le cas. L’homme en question a répondu la même chose que son amoureuse, sans connaître la réponse de celle-ci. 

Alors, que ferais-je si je devais mourir assurément dans quelques mois ? J’enverrais tout balader et j’irais à Nankin enlever Mademoiselle Fleuve. Je partirai une semaine avec elle, nous irions dans des hôtels de luxe. Je lui demanderais quelques sacrifices du point de vue de sa pudeur. Elle refuserait certainement, pour des raisons de travail, alors j’irais convaincre sa patronne. C’est une Française, elle comprendrait. « Je vous prends Mademoiselle Fleuve une petite semaine. Soyez chic, c’est pour donner un sens à ma vie. » Elle comprendrait, c’est certain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans images
commenter cet article

commentaires

Paco B 11/09/2006 16:25

"Avec le temps va tout s'en va..." Léo Ferré