Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 10:20

L’université de Fudan, il faut le savoir, est loin. C’est son principal inconvénient. Moi, j’ai toujours aimé être assez prêt. Je dis bien assez prêt, pas très près. J’aime aussi la distance, mais une distance que je choisis, sur laquelle je travaille, comme un bédouin qui circonscrit les villes, depuis le désert. J’aime être, sinon dans le centre, du moins à distance de bicyclette ou de jogging des lieux où l’on retrouve des amis par hasard.

L’université de Fudan est tellement loin que le métro de Shanghai ne l’atteint pas. Il faut prendre des bus, des taxis, toutes choses qui m’exaspèrent. Et surtout, il faut appeler à l’avance les amis qui habitent au centre ville pour avoir une chance de les voir, ce qui va contre mes principes et mes habitudes. J’avais plutôt l’habitude, autrefois, de m’asseoir à une terrasse, un livre à la main, et de rencontrer du monde de passage. Ici, pas de terrasse, pas d’amis et très peu de livres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans villes
commenter cet article

commentaires