Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 07:12
Puis nous sommes allés dans le Yunnan avec Mimique. J'en garde un souvenir doux amer, puisque c'est depuis ce voyage que Mimique en a eu marre de mon sale caractère et a pris de la distance, pas seulement avec moi, mais avec toute la communauté française. J'ai été sans aucun doute plus emmerdant que nature.
Par exemple à Lijiang, dans les magasins d'articles en laine du Yunnan. C'était à l'époque où Lijiang était déjà bondé de touristes mais pas encore considéré comme perdu par les Chinois. (Quand j'ai entendu des Shanghaiens dire qu'il y avait trop de touristes et qu'il ne fallait plus y aller, je me suis dit que le vers était vraiment dans le fruit, quel que soit le sens qu'on puisse accorder à cette expression en l'occurrence.)
Moi je voulais acheter une écharpe, et plus si affinité, mais je ne pouvais me résoudre à ces prix exorbitants. Non seulement c'était cher, mais il n'y avait pas de marchandage possible.
J'ai commis l'erreur d'être inflexible. Mimique était dans une situation désespérée : d'un côté il me montrait qu'il ne pouvait en aucun cas faire baisser les prix, et de l'autre il montrait à ses compatriotes que son ami étranger n'apportait aucune plus-value.
Je ne sais plus ce qui a débloqué la situation : je crois bien que Mimique a payé un peu plus sans me le dire pour faire passer la pillule. J'avais refusé cela bien sûr, mais il est possible qu'il l'ait fait quand même. A moins que, devant les prix implacables, j'eusse décidé de ne prendre qu'un article et de laisser tous ceux que j'avais mis en balance d'un bon deal des campagnes, et qui aurait fait gagner beaucoup plus d'argent au commerçant.
Dans tous les cas, Mimique a perdu la face à cause de moi, c'est ce qui m'est apparu beaucoup plus tard.
Du point de vue global des échanges entre les cultures, je n'avais pas tort : j'agissais naïvement et sincèrement comme un Européen qui refuse de se faire plumer. Et c'est un fait, les Asiatiques devront faire avec ces étrangers-là, de plus en plus nombreux. C'est une des conséquences de l'ouverture, et c'est par des moments d'échec comme ceux-là que les commerçants finiront par respecter les étrangers.
C'est du point de vue de mon amitié avec Mimique que j'ai eu tort. J'aurais dû lui laisser le beau rôle, payer mon écharpe quelques dizaines de yuans supplémentaires, m'extasier de sa roublardise, faire les yeux doux aux vendeuses.
Au final, remarquez bien, je n'ai pas regretté cet achat : cette écharpe est la plus chaude et la plus élégante que j'aie jamais portée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Voyages
commenter cet article

commentaires