Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 11:32

Dans le train qui nous menait à Shanghai, cette jeune personne a trouvé des mots qui m'ont touché plus profondément et plus durablement que toutes les autres paroles. Personne n'a su me parler aussi bien qu'elle, ni d'une manière qui me convienne si parfaitement, comme si j'entendais pour la première fois ce que j'avais obscurément besoin d'entendre. 
Elle parle en pesant ses mots, en penchant un peu la tête. Ses mots semblent venir de son coeur, sans calcul, sans pression, sans arrière-pensée. Et pourtant, partout où nous allons, des gens sont désagréables avec elle, comme s'ils voyaient en elle une arrogance que, pour ma part, je n'ai jamais perçue. Elle essaie d'être gentille mais une timidité ou quelque chose d'autre, d'indéfinissable, érige un mur entre elle et bien des gens autour de nous.
Un jour, je lui ai demandé si elle voulait rencontrer mes amis de Shanghai. Elle hésitait, elle ne semblait pas trop curieuse de les voir (par ailleurs, elle n'aime pas beaucoup Shanghai, et elle trouve qu'à part moi, les étrangers ont tendance à sentir un peu fort). De mon côté, je lui fis part de mon sentiment mêlé ; d'un côté j'avais envie depuis des années de la faire connaître à mes proches, et d'un autre côté je voulais la garder pour moi seul. Elle laissa planer un silence et, un autre jour, dans une ruelle de Suzhou, elle me répondit : "Tu peux me garder pour toi tout seul". 
Sa vie reste un mystère pour moi, sa vie, ses opinions, sa façon de penser, ses sentiments réels, ses ambitions, ses arrangements avec les hommes et les femmes. Elle sera toujours un peu dans l'ombre pour moi, mais capable de dire des choses d'une clarté implacable, mais dotée d'un sourire lumineux, mais d'une tolérance et d'une positivité désarmantes.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans sexe-amour
commenter cet article

commentaires