Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 02:52
Plusieurs fois, j'ai entendu dire quela visite de l'armée en terre cuite, à Xian, était décevante. Que les spectateurs étaient loin, qu'on distinguait mal les visages. On dit que c'est moins impressionnant que les photos diffusées dans la presse. Ce n'est pas pour me vanter, mais moi, j'ai été très impressionné, j'ai trouvé le site extrêmement puissant. La scénographie nous permet de tourner autour de l'armée, en surplomb par moments, à hauteur de soldats à d'autres endroits. Le voyageur expérience donc à la fois le nombre, la masse de l'armée, et les individualités, le visage des soldats, leur corps, leur diversité.  



En visitant l'immense site du tombeau de Shi Huang Di (259-210 av.JC), on se pose la question : comment a-t-il été possible de ne rien laisser filtrer de ce colossal travail, de ce trésor infernal ? Comment a-t-on su empêcher le moindre poète soûlographe de faire des poèmes là-dessus ? Les ménagères de moins de cinquante ans d'en discuter au marché et de faire circuler une rumeur ? Moi, je veux bien qu'on ait tué tous les gens qui ont participé aux travaux, mais c'est une explication qui ne me suffit pas (il faut dire que je suis un peu chiant, comme mec.) Après tout, les Chinois écrivaient depuis des siècles, et pas n'importe quoi! A l'époque de cette réalisation, de nombreux débats ont eu lieu et de nombreux systèmes de pensée ont été mis en place pour déterminer ce qu'est un bon gouvernement, un bon chef, etc. Et personne n'aurait parlé, même de manière plus ou moins fabuleuse, du tombeau incroyable du plus fou de tous les hommes d'Etat du monde ? Il suffisait de laisser libre cours à l'imagination, et d'inventer n'importe quoi, à l'époque, et on aurait été en dessous de la vérité...


Quel pays, la Chine ! Il paraît qu'avant la découverte de cette armée enterrée, en 1974, Xian et ses environs n'était pas un site touristique. Ce n'est pas tout à fait vrai. D'abord en 1974, la Chine n'était visité que par des intellectuels invités par le régime de Mao, comme la délégation de Tel Quel. D'ailleurs, Julia Kristeva raconte ce voyage (en compagnie de Sollers, Barthes, Pleynet) dans la région de Xian, mais ne dit rien de l'armée : ils sont arrivés l'année même de sa découverte et l'ont donc ratée.  



Un autre mystère que je n'accepte pas : le silence et l'obscurité qui entoure la chambre funéraire de l'empereur lui-même. On dit que cela abîmerait trop, et patati et patata. Qu'on ne me dise pas qu'aucun chef d'Etat n'a mis les pieds là-dedans, poussé par une curiosité plus forte que lui. Quoi! Mao, après avoir causé des dizaines de millions de morts dans sa propre population, aurait ressenti devant ce tumulus un respect tel qu'il ne se serait pas aventuré plus loin ? Et Deng ? Et Jiang ? Et Hu ? Et si le respect est tel, pourquoi n'a-t-on pas fermé le site de l'armée en terre cuite à tout ce public qui, par millions, vient dégager son haleine destructrice sur ces vaillants soldats ? 
Je ne sais pas, je ne connais rien à l'archéologie, mais enfin : est-ce raisonnable de penser que depuis trente ans, on travaille sur ce chantier de fouille sans que jamais personne, n'ait fait pénétrer ne serait-ce qu'une caméra chirurgicale dans la chambre funéraire ?  Admettons que ce soit risqué, pour des raisons d'émanations chimiques mortelles, ou de dragons cachés, n'a-t-on pas sacrifié d'autres vies pour des lubies moins grandioses ?
Bref, je n'y crois pas beaucoup, à ce mystère. Mais en même temps, je ne crois pas beaucoup au fait que personne ne se soit jamais douté de l'existence de ce tombeau jusqu'en 1974, ce qui me range parmi les dubitatifs stériles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Monuments
commenter cet article

commentaires

Sylvie 24/03/2009 21:07

Exact! Tu as raison! Et meilleure mémoire que moi!

Guillaume 24/03/2009 20:56

On en avait bien parlé, Sylvie, mais pas à Paris. Dans mon souvenir, mais je ne voudrais pas dévoiler nos vies privées trop avant, il me semble que c'était au bord d'un jardin japonais dans les "Terres froides" du Dauphiné.

Sylvie 24/03/2009 11:23

Les théories du complot ont encore de beaux jours devant elles!!! Malheureusement... Et le domaine de l'archéologie, mystérieux pour beaucoup de gens, se prête magnifiquement bien à ces élucubrations!!Personnellement, je ne crois pas une seconde aux propos de G. Debord. Ils ne se fondent que sur une intime conviction et n'ont aucune assise scientifique. Je suis assez occupée en ce moment par d'autres questions, mais je te promets de faire mon possible pour t'apporter des informations sur les datations du site de Xian. Je pense en particulier à un copain archéologue qui fouille régulièrement en Chine et qui doit bien connaître le sujet. Promis, promis, je ne t'oublie pas!! Je me rappelle d'ailleurs que nous avions déjà parlé de cela lorsque nous nous étions vus à Paris avant que tu ne partes en Irlande...

Sylvie 24/03/2009 11:22

Les théories du complot ont encore de beaux jours devant elles!!! Malheureusement... Et le domaine de l'archéologie, mystérieux pour beaucoup de gens, se prête magnifiquement bien à ces élucubrations!!Personnellement, je ne crois pas une seconde aux propos de G. Debord. Ils ne se fondent que sur une intime conviction et n'ont aucune assise scientifique. Je suis assez occupée en ce moment par d'autres questions, mais je te promets de faire mon possible pour t'apporter des informations sur les datations du site de Xian. Je pense en particulier à un copain archéologue qui fouille régulièrement en Chine et qui doit bien connaître le sujet. Promis, promis, je ne t'oublie pas!! Je me rappelle d'ailleurs que nous avions déjà parlé de cela lorsque nous nous étions vus à Paris avant que tu ne partes en Irlande...

Guillaume 24/03/2009 02:59

Génial! Merci mille fois de te pencher sur cette question, Sylvie. Je dois dire que cette théorie du complot m'a un peu ébranlé. Je me demande si les archéologues du reste du monde ont en effet les preuves de l'authenticité de ces vestiges.