Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 04:08
Au calme d'une auberge de Suzhou, et alors que je me retrouve seul, autour de 7h du matin, mes meditations m'ont porte vers la democratie et la Chine, aide en cela par l'ouvrage du meme nom dont j'ai deja parle, qu'un copain m'a prete et que j'ai emporte avec moi en prevision des quelques heures de solitude qui peupleraient mon dimanche matin.
Je savoure sans triomphalisme le fait d'avoir eu le nez creux lorsque j'avais conseille a Hu Jintao, sur ce blog ou sur un autre, de rencontrer le Dalai Lama, ne serait-ce que pour la photo, pour redorer l'image du pays. Je note simplement que s'il m'avait ecoute plus tot, il se serait epargne les emeutes de mars dernier, les manifestations parisiennes et les agacements actuels.
Alors, rapidement, avant que j'oublie (et sans accent car j'utilise l'ordinateur de l'auberge), voila le resultat de ma reflexion sur la democratie de demain en Chine.
Elle se fera sur le desir de voir Taiwan revenir dans la famille. Si la reunification ne se fait pas par la guerre, elle se fera par une reelle democratisation de la Chine, qui se limitera au debut par l'autorisation partielle du Guomindang dans l'ensemble du pays. A terme, la Chine verra deux grands partis s'affronter : Le parti communiste et le Guomintang. Mais Taiwan n'acceptera cela que si le deuxieme parti taiwanais a aussi droit de cite, et c'est la que cela se complique, que les choses prennent de l'ampleur, de la vitesse, de l'ironie.
Le parti independantiste taiwanais va se transformer sur le continent chinois en parti des autonomistes, des libertes religieuses, des minorites, etc. Il sera donc une sorte d'equivalent des Lib Dem anglais, ou des ecologistes allemands, progressistes mais minoritaires, une force d'appoint, lieu du "troisieme homme" qui permettra de faire le joint entre les deux ennemis historiques.
Voila, il y aura la gauche (les communistes, qui pourront revenir a leur fondamentaux et promouvoir un traitement social de la Chine), la droite (les nationalistes qui regagneront facilement de la legitimite dans le peuple) et une espece de centre (decentralisateur, liberal et ecologiste) qui sera le parti des intellectuels a la mode.
Qu'en pensez-vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Guillaume 29/05/2008 00:22

Ce que tu dis est juste mais tu t'interdis de voir au-delà de ce qui est actuellement. Le fait que le KMT soit l'ennemi historique est justement ce qui va aider sa réintégration dans le peuple, car ce sera le signe d'une sorte de réconciliation nationale.
Le PCC fera par cela un coup extraordinaire dont il sortira durablement vainqueur : récupérer Taiwan sans verser une goutte de sang, acquérir une légitimité indiscutable dans la communauté internationale, ancrer sa légitimité dans le pays lui-même (il n'aurait pas de mal pour gagner les deux ou trois premières élections), voilà ce qu'il gagnerait et, voyons les choses en face, il ne risque pas de perdre quoi que ce soit dans le changement.
Il ne faut pas sous-estimer la capacité du Parti à se contredire, à louvoyer et à faire volte-face

Romain 28/05/2008 11:58

Si l’on en croit l’histoire officielle chinoise, le PCC n’a et n’a jamais eu tort. Si parfois un de ces membres fait une erreur, la faute lui incombe. Le Parti s’est réformé petit à petit, mais n’a jamais connu de changement important. Et l’idéologie qui a mené a sa création est encore censée être celle qui le meut aujourd’hui. L’agence de presse officielle Xinhua annonçait par exemple que le dernier Congrès du PCC s’ouvrait « sous les auspices de la pensée marxiste-léniniste, de la pensée de Mao Zedong, de Deng Xiaoping et de Yang Zemin ».

Or, l’ennemi historique du PCC est précisement le Guomindang, traité encore aujourd’hui de traître à la patrie pour son bref rapprochement avec le Japon impérial. L’Armée Populaire de Libération a, elle, été créée par des anciens soldats nationalistes pour lutter contre les nationalistes. Un retour du Guomindang sur le continent serait ainsi vécu comme un revirement sans précédent du PCC, revirement qui porterait gravement atteinte à sa légitimité. L’armée ne laisserait même probablement pas faire.

Dans la même idée, le PCC est censé représenté le peuple dans sa totalité, dans sa globalité. Dès lors, pourquoi autoriser d’autres partis ? Autoriser le Guomindang reviendrait à nier la capacité du PCC à représenter le peuple chinois, et donc à lui ôter toute légitimité.
Autremement dit, si une faction progressiste au sein du Parti Communiste prônait une telle réforme, elle rencontrerait à la fois la peur des autres factions, l’hostilité de l’armée et l’incompréhension de la population.

Mais je suis d’accord avec toi sur une chose : je crois qu’il y aura à terme une institutionnalisation des courants politiques existants. Pas sous la forme de partis politiques, mais au sein du PCC.

François 26/05/2008 21:36

Ca fait presque rêver cette histoire de sagas historiques...c'est même troublant quand on y pense, moi ca me sidére pas mais ca me trouble, je trouve ca curieux en fait. La Chine est largement capable de cet exploit : transformer le pcc vers un changement d'mage radical de ce type (genre lcr version ump) ce serait trés interessant.Plus sérieusement si je trouve ca curieux, c'est que nous  (nous: les partis politiques français ) nous sommes incapables actuellement de ce genre d'invention  de grands récits avec héros et martyrs en tout genre. Sagas socialiste peut-être avec la Madone Ségoléne en Jeanne d'Arc, mais sérieuesment il y'a du boulot de ce coté là...

Guillaume 26/05/2008 20:35

Le livre en question, que je considère de plus en plus comme un incontournable effort d'édition, parle beaucoup de cette période.
Le PCC pourra renouer avec ses propres valeurs et être moins schizophrénique, quand il pourra dénoncer ouvertement les dérives du capitalisme et des changements sociaux actuels. Dans une Chine multipartiste, il en sera tenu un peu pour responsable, mais il en tirera aussi une profonde légitimité auprès du peuple, comme un parti qui a su faire preuve de pragmatisme. Lui et le Guomindang bénéficieront d'un incroyable prestige, compte tenu de l'histoire chinoise du XXe siècle. Les élections seront des combats de Titans, où chacun racontera sa Chine, avec des sagas historiques vibrantes, des martyrs sublimes, de l'héroïsme comme aucun autre pays n'en a connu dans les cent dernières années.
Et les communistes pourront l'être par conviction, et se concentrer sur la défense des Mingong, des paysans et des laissés pour compte de la croissance, sans être taxé de vouloir revenir au collectivisme d'autrefois.

Ben 26/05/2008 14:25

Ce n'est pas immature, ce serait plutôt réaliste. Il y a une période à analyser d'un point de vue d'historien des idées politiques, c'est l'entre-deux-guerres, avec des libéraux, des républicains et des socialistes; c'est je pense sur ces bases-là que les Chinois peuent retrouver une tradition multipartiste indigène et donc peut-être acceptable par eux.Maintenant, si on plaque sur l'avenir nos catégories politiques à nous, on retrouve évidemment un modèle binaire. Mais il y a une différence énorme avec notre modéle à nous, c'est le PCC : on peut se demander si c'est un parti de droite ou de gauche, s'il représente encore une proposition politique sensée malgré l'incohérence énorme qu'il y a entre une origine communiste et un capitalisme apparemment plutôt agressif. C'est un peu comme si la LCR assumait le rôle d'une UMP vraiment "décomplexée". Moi, ça me sidère.