Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 13:42

Il paraît qu'il est de bon ton de décourager les jeunes gens qui veulent enseigner notre langue et notre culture à l'étranger. De mon côté, je vous dis que si la Chine vous attire, allez-y, allez-y de toute votre force, elle vaut immensément le coup. Mais qu'on me permette de donner quelques conseils.
Les universités recrutent souvent des profs français. Chaque rentrée universitaire, il y a dans le pays un grand renouvellement des "lecteurs étrangers", car ceux-là ne restent en général qu'un an, et rares sont ceux qui restent plus de deux ans. Pour être embauché, assurez-vous d'être titulaire d'un master.
Ne cherchez votre université depuis la France, car les Chinois aiment que cela se passe par relations. Alors que l’on cherche mon remplaçant pour l’an prochain, mes supérieurs répugnent à lancer une annonce officielle. Ils préfèreraient que quelqu’un émerge du tissu de relations qui entoure et enveloppe la fac. Donc, mon conseil serait que vous veniez d'abord en Chine, à l'aventure par exemple, avec un visa de touriste, et qu'une fois sur place vous circonveniez le monde universitaire, vous vous fassiez connaître, vous offriez des coups à boire, vous proposiez vos services pour des interventions extérieures dans les amphis et les classes, etc. Bref, vous entrez dans un réseau.

Avec les étudiants chinois, il est bon d’être affectueux car leurs relations aux professeurs est familiale, et en quelque sorte un peu filiale. L'université n'est pas un lieu d'autonomie, les étudiants sont encore extrêmement protégés et ils attendent des profs des sentiments, de la chaleur, de la communication. Ils préfèreront toujours un joyeux médiocre à un brillant savant qui ne s'occupe pas d'eux. Selon votre sexe, votre âge et votre personnalité, vous prendrez à leurs yeux le rôle de mère, de père, d’oncle ou d’ami. S’il est bon de jouer ce rôle affectif, une mise en garde s'impose toutefois : il faut savoir gérer des moments de crise, de tension, de déception ou de colère, qui vous tomberont dessus sans que vous vous y attendiez. Dans ce cas, l'affectivité de départ trouble les choses, et il est nécessaire qu'une espèce de conscience professionnelle préside aux effusions. Le jeune prof qui a séduit sa classe en deux heures et qui pense, pendant un mois, maîtriser la situation, peut être très vite débordé, ou désemparé, devant une attitude collective qu’il ne comprend pas. Il se croyait aimé, il ressent un rejet ; il se croyait respecté, il a l'impression qu'on se fout de lui ; il doit savoir garder son calme et, s’il exprime son mécontentement, ce doit être en tant que professeur et avec mesure, et non avec l'amertume qu'on se permet d'avoir avec les amis, ou les membres de la famille. Vous serez toujours un étranger et si vous vous énervez, on ne vous comprendra pas. 

Il faut savoir durer. Séduire, ou conquérir une classe pendant un cours, c’est facile, rester sur une bonne dynamique pendant quelques semaines aussi, surtout avec les Chinois qui peuvent être disciplinés et accueillants. Mais la temporalité est problématique. De nombreux professeurs ne tiennent pas longtemps, que ce soit pour des raisons de tensions avec les étudiants, ou avec les collègues, ou avec les supérieurs, ou avec l’administration ou avec le consulat. C’est au point que je considère que le meilleur critère pour juger des profs en Chine est : tenir. Durer, ne pas céder à l’usure, ne pas se répéter, ne pas ennuyer les étudiants, ne pas s'ennuyer des étudiants.

photo Michel Jeannès ©

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Profs-Etudiants
commenter cet article

commentaires

Guillaume 26/05/2008 20:38

Je rentre en Europe, c'est vrai. J'ai oublié le nom des lecteurs de Lanzhou, que j'ai rencontrés à Pékin, lors du séminaire des lecteurs. Bonne chance à Wuhan.

arnauld 26/05/2008 16:20

Bonjour Guillaume,
bien d'accord avec toi. Il faut savoir durer. Debarqué en Chine en 2003 j'y suis encore, pas prof de français pour un sou en 2003, je me retrouve en 2008 à Wuda, croyant me trouver au sommet d'une montagne, traverser SARS, séismes, mouvements anti-français, concours de chanson, hopitaux, etc. Quand a Lanzhou que tu cites, tu dois parler de Jiaoda, merci de dire de moi que j'etais un lecteur tres forme et diplome :-), mais tu dois parler de Marine, Yanne et Marie qui sont venues apres etde leur travail. tu rentres en France ?

Guillaume 12/05/2008 12:30

Je parle d'un master en n'importe quoi, et encore, ce n'est encore nécessaire partout en Chine. Dans des facs perdues dans le centre, il y a parfois des lecteurs très formés et diplômés (comme à Lanzhou, Gansu, par exemple) et d'autres (comme à Nankin par ex) où ils peuvent être de simples retraités qui passaient par là...
Mon niveau de chinois en arrivant était proche du néant communicatif, et la Chine est encore un pays où l'usage de la langue n'est pas utile. Intéressante, passionnante, mais quasiment inutile, d'un point de vue professionnel.

Kiwi 12/05/2008 12:19

Ecoutez le monsieur...il a tout à fait raison.

clic 12/05/2008 09:18

Deux questions, même si je ne suis plus (ou pas encore à nouveau) à un moment où cela me semble pertinent pour moi de partir en Chine:Tu avais quel niveau de chinois en arrivant?Quand tu parles d'un master, tu parles d'un master de français?