Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 00:09
Comparé à la poésie, la musique, la calligraphie, les arts martiaux et la cuisine, l'art des jardins semble être laissé de côté dans l'éducation des jeunes Chinois. Ils ne connaissent pas très bien ce domaine, se trouvent démunis quand on leur pose des questions, répondent par des généralités.
J'ai fait un sondage dans une classe : 1/3 des étudiants n'étaient jamais allés au jardin de Shanghai, 1/3 y était allé une fois et 1/3 plus d'une fois, mais presque tous y sont allés avant l'âge de 15 ans. Autant dire qu'on ne leur a pas donné les moyens de pénétrer ces espaces si complexes. 
Par exemple, à qui poser cette question, et qui répondra : la première photo me paraît plus "authentique", est-ce stupide ? La deuxième photo montre que les jardiniers ont ajouté des fleurs, mais des fleurs qui nous semblent décoratives, sans signification, déplacées.




Photos, Cécilia de Varine ©
Ce rose, ce mauve, ce camaïeux déplaisent spontanément au voyageur, mais il ne sait pas si cela vient de ses habitudes de perceptions ou de la maladresse de jardiniers à qui l'on a demandé des couleurs pour égayer les promendades de touristes.
Après tout, nous voyons les vieilles églises en blanc, alors qu'elles étaient peintes de mille feux il y a mille ans. Nous avons été gênés de voir les couleurs retrouvées des tableaux de la Renaissance car nous étions attachés à la patine du temps, aux couleurs délavées. Le délabrement des lieux et des choses étaient devenus à nos yeux la quintessence de la haute culture. Alors qu'en est-il des jardins chinois ?
Ma question est la suivante : ces fleurs sont-elles vraiment à leur place ? Ce massif était-il destinés à être coloré, au risque que les relations entre les pierres, les troncs et la verdure se noient ?

Plus je regarde les deux photos l'une après l'autre, plus je doute.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans images
commenter cet article

commentaires

Louisette 08/08/2009 19:01

En y regardant bien un peu  vrai, ce que vous  dites.intéressant ce blogBonjour belgehttp://passionretrieverpets.blogspot.com/ 

Guillaume 09/08/2009 00:48


Merci pour cette jolie animation, Louisette. C'est rare d'avoir des commentaires si élaborés.


Delphine 08/05/2008 00:31

J'ai ressenti les choses qui sont probablement à l'envers que ce que dit Ben en haut. La première photo me parait..disons normale, et en regardant la seconde, j'éprouve un sentiment qui est proche de la "décrépitude", c'est un peu comme dans le cinéma en effet, ces fleurs colorées, surtout la lumière du jour quasi transparent qui rappellent celle de l'Italie, semble être contraste d'une vie, la beauté éphémère, qu'elle soit déplacée ou pas, attriste un peu.Mais ça dépend des gens et des moments bien sûr.

kl loth 04/05/2008 13:28

Une petite trouvaille en feuilletant…"Avoir un jardin qui n'en soit un que de nom, c'est-à-dire qui ne soit pas rempli de belles fleurs et de superbes plantes, c'est avoir dans sa maison un gynécée somptueux, mais sans jolie femme. Avoir un jardin, avoir des fleurs, mais ne pas disposer celles-ci dans celui-là comme elles doivent l'être, c'est posséder la bibliothèque du collège Han-lin et la faire ranger par un jeune bouvier." (extrait de Pi-ch'uan Hua-ching ou Le Miroir des fleurs (1688), traduit par Jules Halphen en 1900, in Michel Baridon, Les Jardins. Paysagistes - Jardiniers - Poètes, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, 2002, p. 415 ; 1ère éd. 1998)Il est probable que différentes conceptions de l'art des jardins co-habitent dans l'héritage culturel chinois, d'où les différentes opinions qui vous sont exprimées. (selon les périodes historiques, selon la nature des jardins, impériaux, ou plus modestes…)Quant à mon avis (en fonction de ma culture visuelle occidentale), c'est que la photo avec les fleurs correspond davantage aux règles de l'harmonie colorée (fondée sur les recherches en perception des couleurs), qui implique la présence de petites touches de la couleur complémentaire (la "tonique") par rapport à la couleur dominante. La couleur dominante étant le vert, sa complémentaire est donc le rouge, qui apparaît ici sous une forme atténuée, le rose.Par contre, la proportion du massif au centre de la photo n'est pas très heureuse, trop importante… il crée un déséquilibre.

Guillaume 01/05/2008 08:11

Quant au lac de Yangzhou, je l'ai mal visité car j'étais pris dans un groupe et que nous devions suivre un programme. cette circonstance m'a empêché d'apprécier. Malgré tout, je préfère les jardins des lettrés, qui sont de vrais musées à ciel ouvert.

Guillaume 01/05/2008 08:03

Merci Denis, et toutes mes félicitations pour tes progrès en français. Je suis ravi que tu discutes des jardins avec tes amis. Tu as raison de préciser que le cadrage (voir l'un des billets précédents) n'est pas qu'une question de tableau, mais aussi de profondeur de champ. Ce qui nous ramène au cinéma, décidément.