Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 02:35

Parfois, à table, en soirée ou en réunion, un homme parle de politique avec véhémence. Le ton de sa voix devient agressif et tout le monde écoute sans expression sur les visages. Dans ces moments, il est important de ne montrer ni accord ni désaccord. Il arrive que les étrangers puissent assister à ces scènes-là, mais il est nécessaire, je crois, que l'étranger en question soit ignorant de la langue chinoise, pour qu'on puisse lui traduire les choses dans une douce généralité.

Attention, ce qui suit est une hypothèse, une impression. Les lecteurs qui veulent des certitudes et des observations scientifiques sont priés soit de passer à une autre lecture, soit de participer à la réflexion sur l'aspect générationnel du rapport à la politique.
Les gens qui ont connu la Révolution culturelle ont parfois cette attitude claironnante, beaucoup plus que les gens qui ont moins de quarante ans. En général, selon mon expérience, les "moins de quarante ans" ne parlent jamais de politique, même pour la forme. En revanche, les plus jeunes, les étudiants, les jeunes adultes, en parlent davantage. Je ne sais pas à quoi c'est dû, et je ne suis pas sûr que ce que je dis là soit observé par d'autres, mais il me semble que ceux qui sont nés dans les années 70 ont grandi dans une période où l'on ne parlait plus de politique, mais que ceux qui sont nés dans les années 80 ont eu à subir dans les années 90 et 2000 un retour de l'enseignement idéologique, ainsi qu'une diversité d'opinions au sein même du Parti.
Si bien que l'on trouve parmi les "moins de trente ans" qui osent parler, à la fois des gens sans convictions fermes et d'autres totalement conditionnés par l'idéologie du pouvoir, des jeunes assez libéraux voire très libéraux (même en termes de droit d'expression et de droits de l'homme), et d'autres qui problématisent les questions de démocratie et de droits.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Guillaume 31/03/2008 16:34

Je n'avais pas précisé parce que ça me paraissait évident, peut-être, je ne sais plus. Tu as raison de demander. Les témoignages de la Rév. Cult. parlent de l'attitude qui consistait à crier les slogans maoïstes, car la moindre baisse de régime pouvait être vu comme une baisse d'enthousiasme révolutionnaire. Il fallait souvent montrer avec éclat son zèle idéologique. Voir Gao, Le livre d'un homme seul, ainsi que, par exemple, Bi Feiyu, Trois soeurs...

Ben 31/03/2008 14:35

C'est joli, le rouge. Attention, ce qui suit est une question: quel lien ta grande expérience du terrain te permet-elle de faire entre "avoir connu la Révolution culturelle" et "avoir une attitude claironnante"? Sur ce point, ton développement reste silencieux. 

michel jeannès 31/03/2008 10:02

On en revient à l'âge de la pointure. Lorsque l'homme est enfin droit dans ses bottes,ayant atteint ce point de certitude , il peut  aller de l'avant et s'exprimer d' un accent sûr. La sûreté de l'accent étant à la prise de parole en public ce que la pointure est à la marche du temps. ( extrait de " De la langue des oiseaux au pays des Mandarins et du caractère abscons du disours sous la censure",Paris, 1992, p.145).