Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 03:25

Il est vrai que l'autre jour, des étudiants m'ayant demandé quelle était ma position sur la question, nous avons parlé du Tibet dans une classe. C'est un sujet qui fâche, alors il faut la jouer serré.
Le risque, à mes yeux, c'est toujours de voir les Chinois se braquer et se fermer à tout dialogue. Je suis très reconnaissant à ceux qui posent des questions, qui acceptent de débattre, de contredire, de chercher à comprendre l'opinion des autres. J'en suis reconnaissant car, ce que j'observe dans la plupart des cas, ce sont des attitudes de retrait, de prudence et de langue de bois.
Une autre attitude qu'on observe fréquemment, consiste à déclarer bien haut des opinions en phase avec la pensée du Parti, soit pour exprimer ses convictions, soit pour montrer à tous les membres du Parti qu'on est idéologiquement correct. 
Comme le dit un commentateur sur ce blog, les étudiants ont parlé de notre séance de discussion en classe sur leur forum internet, BBS. Certains disent qu'il ne faut pas parler de ces choses avec un étranger, et qu'il ne faut pas sortir du rôle strict d'apprentissage d'une langue étrangère. Ce refuge vers la simple technique d'une langue, vue uniquement sous l'angle d'une mécanique sans idée, sans culture, est une autre façon de se braquer et de ne pas parler des choses qui fâchent.
Pour ma part, je leur explique comment la presse s'y prend, et leur rappelle que nous aimons les images contrastées (qu'il ne faut donc pas trop se scandaliser d'une image négative, car une autre plus positive lui succèdera). Je leur rappelle que les Français aussi ont commis des crimes dans l'histoire et qu'il ne s'agit donc pas de donner des leçons d'humanité à qui que ce soit. Quand ils comparent les Tibétains aux Corses ou aux Bretons, je leur réponds qu'en effet l'Etat français a été brutal, comme l'Etat chinois, mais qu'aujourd'hui les Bretons et les Corses votent, et que les partis indépendantistes ne recueillent pas la majorité des voix. Je dis que je me range derrière la lettre écrite par les intellectuels chinois qui proposent 12 points pour résoudre la situation. Lettre que, bien entendu, personne n'a lue puisqu'elle n'est pas diffusée dans les médias. Un moment intéressant de cette discussion fut lorsque nous parlâmes de la demande d'autonomie. "Mais c'est acquis!", m'ont dit les étudiants.
Cela signifie au moins qu'ils sont en faveur de l'autonomie et du respect de la culture tibétaine. Et simplement, ils croient que le gouvernement chinois la respecte, puisqu'ils n'ont pas d'autres informations à ce sujet.
Difficile de faire le bilan de ce type de discussion. Je doute constamment, je ne sais pas si ce n'est pas contre productif à terme. Je ne crains pas la surveillance du Parti car aujourd'hui la ligne de conduite est de laisser totale la liberté de parole aux étrangers. Mais je crains de dire des bêtises, ou de heurter des susceptibilités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Guillaume 31/03/2008 16:25

Je ne crois pas que la vue des Chinois soit étroite, au contraire. Cai Chongguo est chinois et je suis d'accord avec lui, de même que je suis impressionné par l'opinion de la trentaine d'intellectuels chinois, qui appellent au calme et leurs médias à moins d'agressivité dans les mots. Les Chinois, quand ils ne sont pas embrigadés par le Parti, ne sont pas si éloignés des étrangers. Recherche de la vérité, recoupement des témoignages, vérifications des informations, indépendance des journalistes.

valerie 31/03/2008 13:15

Les différents avis sur le Tibet sont généralement influencés par les différents média. Tu regrette que les étudiants ignorent la vérité et croient facilement ce que disent les média chinois, mais je pense que les médias étrangers, ils suivent aussi leur ligne d'éditorial, qui préfèrent souvent montrer l'autre côté, et ce pour attirer le plus d'attention possible.Il leur faut inventer des titres choquants,façonner la présentation de la nouvelle, etc. Voyons la réaction des internautes contre CNN!! Au payage audiovisuel étranger,rares étaient les infos positives sur la démocratie chinoise, car on dit que cette sorte d'info intéresse peu le public étranger. Si la vision des chinois est trop étroite, celle des étrangers est, plus ou moins, aussi renfermée. A la discussion, il faut apprendre à écouter, et quelques fois, on est trop sûr et trop fière et qu'on oublie d'écouter une autre voix. Je lis la presse chinoise et aussi la presse étrangère,et après je suis toujours au mi-chemin. ce n'est pas une position zen, mais ça aide à voir tout, pour finalement voir plus claire.

Guillaume 31/03/2008 05:51

Arnaud, je crois qu'il vaut mieux ne pas censurer les "documents authentiques" qu'on diffuse aux étudiants. Pour une fois que le dogme des méthodes FLE (français langue étrangère) est utile à quelque chose, ne passons pas à côté. Si le prof ne se sent pas à l'aise pour en parler, rien ne l'oblige à en parler, mais à laisser les apprenants s'exprimer s'ils le veulent. Il ne faut pas avoir peur de réactions agressives, je crois. Au contraire. Mais l'autocensure, non, vraiment, c'est un réflexe faussement prudent que choisissent trop de profs de langue.
Adèle, beaucoup ont lu Wang Lixiong ? Je demanderai à mes étudiants. Merci pour le conseil de lecture.

Agnès 30/03/2008 12:36

J'avais un prof aux arts déco, un prof de sciences humaines, dont le contenu de cours échappait à tous les étudiants. On ne savait pas où on allait, de quoi on parlait ni pourquoi. Cela revoltait certains, en passionnait d'autres. A la fin j'en ai parlé à ce prof, je lui ai dit à quel point nous nous interrogions. "Et bien c'est exactement le but de mon enseignement: que les étudiants se posent des questions". Ne doutes pas, aborder la question du Tibet est, il me semble, crucial. Si c'est une question c'est déjà bien mieux qu'une certitude: lors de mon séjour en Chine certains me disaient qu'ils trouvaient normal que l'armée chinoise soit présente au Tibet "puisque les Tibétains sont des terroristes". Ils en étaient certains. Je revenais du Tibet et j'étais évidement horrifiée d'entendre cela.La France a certes commis beaucoup d'horreurs mais elle a aussi été occupée il n'y a pas si longtemps et les résistants étaient eux aussi appelés des "terroristes". Il me semble donc que les Français sont doublement bien placés pour parler du Tibet avec les Chinois. En tous cas merci de le faire pour nous qui sommes si loin!

Adèle 30/03/2008 10:41

Merci encore pour cet article. On ne se braque pas ni se ferme lorsqu'il s'agit d'un dialogue "sincere". De toute façon, c'est mon cas. Je suis sûre que l'on peut trouver la lettre des intellectuels chinois sur des forums hébergés en Chine. Et puis, il me semble que pas mal de gens ont dèjà lu le livre de WANG Lixiong (un des signataires de la lettre; wikipedia-english :-) : Funérailles célestes: le destin du Tibet, le meilleur livre sur le problème du Tibet de tous que j'ai lus jusqu'à ce moment.Le RFI...Je n'écoute que BBC ces derniers jours.Mais je suis contente de voir qu'il y a de plus en plus de vrais débats dans les médias français. J'ai l'impression d'avoir retrouvé une France que j'aime :-)