Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 12:24
La deuxième tentative fut la bonne. Nous avons rencontré une dame qui a demandé au fonctionnaire sourcilleux, celui qui nous avait refoulés la première fois, de bien vouloir nous ouvrir les portes de la réserve des livres anciens de l'université Fudan.
Si on en croit le fonctionnaire sourcilleux, 3000 ouvrages sont entreposés là, au 8ème étage de la bibliothèque universitaire. 
On nous a laissé une grosse poignée de minutes dans les lieux. A peine le temps de prendre quelques photos pour tenter d'attirer l'attention de ceux qui pourraient nous aider à faire bouger les choses. Consulat de France à Shanghai, universités, centres d'archives et de recherche, particuliers, sait-on jamais qui saura être déterminant dans la mise en valeur de cette présence française en plein coeur de la plus célèbre université de la Chine du sud. 
Quelques exemples :
La première édition de la Mission archéologique de Victor Ségalen.

undefined



undefined

Un récit de voyage à Canton, publié "l'an VII de la République française", à l'époque où l'on disait encore "à la Chine".

undefined


Et puis un livre dont j'adore le titre, promesse d'aventures et de poésie.

undefined


undefined

Il n'y a pas de livres plus anciens que le XVIIème siècle (une édition augmentée par l'auteur de La recherche de la vérité  de Malebranche est des seuls que j'aie vu du grand siècle), mais il y a de quoi intéresser des chercheurs et des amoureux du livre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans mots
commenter cet article

commentaires

François 10/01/2008 13:07

Maintenant que tu as découvert le sanctuaire des sanctuaires, l'arche perdue , le saint graal ou un truc dans ce style , je n'ai q'une chose à dire , un peu dans le sens de Dominique : restes -y, profites en au maximum pour une thése ou autre et surtout ne rentres jamais en France , tu risques d'etre surpris par le décalage : ici on parle pas de Malebranche ni des premiers ouvrages de Ségalen, mais plutôt pouvoir d'achat , fin des trente cinq heures , mariage avec des tops modéles etc...bref que des trucs pa-ssio-nants ! Encore moins de gars intrépides qui essaye de faire bouger les choses histoire de deterrer deux trois bouquins poussiereux (qui ont tout leur intérêt) mais dont tout le monde se fout. Car ici ,en France, on s'en fout des livres ! Peut-être qu'un jour on parlera de ces hommes de l'ombre , de ces héros de la mondialisation ( la vulgarité texane globalisée et échelonnée à l'état planétaire) qui comme dans farheineit 451 tente de préserver un peu d'humanisme si ce n'est un peu d'humanité dans un monde pris dans le turbo capitalisme et l'ultra violence. Bon cette petite crise et tout ça pour dire que je suis jaloux mais bon boulot les gars, et comme je me reconnais dans le terme "amoureux des livres" , j'espére pouvoir un jour me retrouver dans ce lieux incroyable , quand l'inertie administrative sera moins lourde.Une bonne adresse en tout cas.Merci de nous faire rêver.

Guillaume 09/01/2008 10:02

Tu me mets la pression, Dominique! Mais tu as raison, il faut que je me remue sérieusement à ce sujet. Je vais en effet profiter de ma présence à Shanghai pour exploiter quelques documents d'archive inconnus. De là à ce que cela marque les esprits comme les premiers travaux de Foucault...

arnauld 08/01/2008 17:05

Bof, que des vieux bouquins.

dominique 08/01/2008 14:33

 te voila dans la position de Foucault à Uppsala, découvrant le fonds d'archives médicales qu'il allait transfomer en l'histoire de la folie, et, crucialement, sa thèse. A toi de jouer.

damien 08/01/2008 13:54

J’imagine la rareté de ces éditions et votre excitation à feuilleter ces livres ! Preuve supplémentaire qu’un « non » en Chine peut vite se transformer en « oui », la réciproque étant également valable...Bonne chance pour la suite !