Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 14:50
Il y a, paraît-il, dans les étages d’une bibliothèque de l’université, un véritable trésor de livres français.

Les pères jésuites, qui ont fondé l’université « Aurore », au début du 20ème siècle, possédaient de belles ressources. On peut imaginer des milliers d’ouvrages du 19ème, entassés, sous la poussière, dans une pièce fermée. Il paraît que la pièce est grande, plus grande que l'actuelle bibliothèque de l'institut des langues étrangères, toutes langues confondues.

Dans notre département, seul un professeur émérite a visité ce fonds ancien, qu’on appelle parfois le « trésor ». C’était il y a quinze ans. Depuis, il est possible que personne n'y ait mis les pieds.
Ce trésor nourrit mes rêves, cela fait un an que j'imagine m'y promener, comme dans une cité fabuleuse et endormie, un Angkor Vat de papier et de cuir.
 
Le voyageur, qui n'a pas de bibliothèque à lui, qui disperse ses propres livres chez les uns et chez les autres, qui, à chaque déménagement, fait porte ouverte pour laisser ses amis se servir dans tous ceux qu'il ne peut pas conserver, le voyageur fantasme sur la présence mystérieuse, presque mystique, d'un fond intouchable de reliques culturelles.

On peut imaginer des documents d’archive étonnants, des gazettes de l’époque, des récits de voyage oubliés, publiés à Shanghai à l’époque des concessions étrangères, des voyages dans la Chine des Qing.

Je rêve de voir des livres de géographie aux cartes médiévales. 
Je rêve de trouver des témoignages sur le Shanghai du 19ème siècle.

Je rêve de tomber sur de grands Traités des jardins, avec des eaux-fortes sur des pages gigantesques.
On peut imaginer bien des choses encore. N'est-ce pas la spécialité du voyageur, que d'imaginer sans trève ?

 

On peut imaginer, mais sans aller beaucoup plus loin, car il est très difficile d’accéder à la salle du trésor.

L’autre jour, j’y suis allé avec deux membres éminents de l’institut des langues étrangères, nous avions une lettre d’autorisation dûment signée par un directeur de quelque chose, et nous avons reçu une fin de non recevoir. Un fonctionnaire, que nous avons cherché d’étages en étages, a fini par nous dire que non, c’était impossible en l’état. Il fallait encore l’autorisation d’un autre chef, qui était absent ce jour-là.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans mots
commenter cet article

commentaires

Guillaume 30/12/2007 06:41

Pour l'habillement du blog, Neige, je ne suis toujours pas satisfait. C'est trop sombre en effet. J'étais lassé de l'autre, trop rouge et blanc, mais je n'ai pas encore trouvé la bonne solution.

Guillaume 30/12/2007 06:37

Yuxia et Neige, vous nous faites toutes deux réfléchir sur la nature fermée des bibliothèques. Il faut sans doute un long et dur effort pour penser qu'une bibliothèque n'a pas à être un privilège mais un trésor pour tous.A mon avis, on serait encore plus fier de cette salle de vieux livres français si des agents y travaillaient, si les chercheurs y avaient accès, si on faisait pour l'occasion une architecture d'intérieur classe et chaleureuse.

Neige 29/12/2007 12:39

Ce billet  me fait rappeler des histoires sur la plus ancienne bibliothèque de Chine(fondée en 1561): le Pavillon de Tian Yi à la ville de Ningbo. A un certain moment de la dynastie des Qing, la fille du gouvernement de la ville aimait lire, elle voulait lire des livres dans le Pavillon, donc, elle choisissait d'entrer dans la famille du fondateur du Pavillon par le mariage.Mais comme il y avait une règle dans la famille qu'il était interdit pour les femmes d'y entrer, la fille n'a pu lire aucun livre jusqu'à sa mort de dépression.Pour protéger ses livres, seuls des membres importants de la famille avaient le droit d'entrer dans le Pavillon. Il n'y avait que quelques grands érudits  qui étaient reçus depuis 1673 avant 1949.Maitenant il est ouvert au public. C'est  bien dommage que je n'y suis pas allée quand j'ai passé par Ningbo cet été. J'y irai.Voici la présentation officielle:http://french.ningbo.gov.cn/art/2005/09/29/art_274_880.htmlA propos, après des mois de lecture de ton blog avec le rouge, maintenant il me semble tellement sombre avec le gris-blanc...Mais on s'y habituera. Bonne année à toi et à tous les commentateurs ^_^

yuxia 29/12/2007 11:27

J'imagine ces vieux livres, seuls, très seuls, dans la salle toujours enfermée. Ils sont peut-être heureux d'être de jours en jours plus précieux, vieillis comme un sage. Et le charme a besoin de la mystère pour s'agrandir.  La question est que pour les bibliothèques, leur valeur réside-t-elle justement dans cette fermture éternelle? et de plus, dans la fierté dont on jouit lors de  la présentation de notre bibliothèque.

arnauld 28/12/2007 15:46

hehe, on attend la suite...