Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 10:05
Parfois, mes étudiants écrivent des histoires qui font penser aux paraboles qu’on peut lire chez les anciens sages chinois.

Ainsi cet homme du pays Zheng qui, voulant acheter une paire de chaussure, mesura son pied à l’aide d’une corde. Puis il tarda à acheter sa nouvelle paire, car quand il essayait des chaussures, il oubliait d’apporter sa corde. Quand ses amis lui faisaient reproche de cette conduite illogique, l’homme répondait :

« Rien n’est exact que ma corde ! Je préfère me fier à cette corde qu’à mes pieds. »

Nul doute que se cache là-dedans une sagesse, quelque chose de propice à élever l’âme ou à se prémunir d’un danger quelconque.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Profs-Etudiants
commenter cet article

commentaires

gregoire 07/01/2008 03:26

Je comprends de moins en moins toutes ces histoires de cordes, de chocolat et d'amputes.Une chaussette de taille 42, avec de petits pois verts et une collerette or me plairait bien, on en trouve chez Gucci je crois. Sachons vivre. 

Delphine 05/01/2008 23:12

Placer les jeunes diplômées en haut et les laisser choisir un accompagnateur, ça me rappelle le soupir léger d'un copain: "Maintenant, le deuxième sexe, c'est l'homme." ...après tout je crois que quand on pense au sérieux le mariage tout le monde saurait plus ou moins laisser à côté la corde et mettre les pieds dans les chaussures pour voir si c'est convenable de marcher avec.Alors mon goût: une paire de chaussettes ailées de papa Noël, trans-frontières et dispensées de Visas!!

Ben 05/01/2008 17:33

Ce qui m'avait empêché de comprendre l'anecdote du fils de l'amputé, c'était sa ressemblance avec une histoire française: un petit garçon handicapé, privé de ses deux bras depuis sa naissance, rentre avec sa mère dans une boulangerie et lui fait un caprice en agitant ses moignons pour qu'elle lui achète un chocolat. Sa mère, excèdée, lui répond : "Pas de bras, pas de chocolat !"Je pense que je vais devoir envoyer une paire de chaussettes à Delphine et une autre à Grégoire. C'est quoi, vos goûts? Delphine trouve un exemple actuel pour illustrer la maxime de Han Fei, qui me rappelle le docteur ès finances de Neige: "quand une femme est plongée dans la mer de culture, ce n'est plus convenable de vivre avec elle." Peut-on attendre mieux d'un docteur ès finances? En tout cas, on reconnaît bien là une illustration du réciproque du théorème des chaussettes du cul de jatte: si on peut se glorifier d'une sanction, on peut aussi pervertir une récompense en la transformant en punition: ma pauvre fille, quand tu seras docteur, plus personne ne voudra se marier avec toi. Moi, je crois que lorsque l'Etat rendra aux jeunes filles docteur ès lettres la place qui convient à leur rang, celle d'un haut fonctionnaire , elles pourront "prostituer leur titre" avec un accompagnateur de  leur choix. En effet, comme l'a dit le Duc de Tchéou, "Pas de végétation florissante en été sans glace abondante en hiver" ( Han Fei Tse, "commentaires du Lao Tse, verset 67), mais si les fleurs de l'été pourrissent sur pied, à quoi auront servi les glaces de l'hiver?

Francois 04/01/2008 15:36

"Et l'unique cordeau des trompettes marines", une énigme bien de chez nous , et, à ce jour, il existe de multiples et interessantes interprétations de ce  vers et trés beau  poéme de Guillaume Apollinaire , c'est ton histoire de corde qui m'y a fait penser. 

Delphine 04/01/2008 13:23

A Ben, je me demande si ce n’est une erreur de traduction qui t’empêche la compréhension. J’essaie de le traduire comme ça :« même les dieux ne peuvent...quand ce qui est interdit est bénéficié/ profité , et quand ce qui est bénéfique/ ce qu’on a le droit d’en profiter est interdit;... (texte en chi : http://www.51shuji.com/article/13/123/14722.html «经四»). A Guillaume, je crois qu’ici Han Fei le légiste parle moins du droit des affaires(plus accueilli en Chine actuelle il est vrai..) que du droit pénal à son Souverain. Comme tu dis, Ben, Han Fei refute la « corde » (le « canon » occidental) confucianiste sur le plan politique, il s’oppose au système d’inter-homme confucianiste : l’homme se débrouille pour décider le bon et le mal, l’homme se juge l’un l’autre, l’homme fabrique à son gré le monde. Bref, le critère, c’est l’homme. Ce critère confucianiste a pour prémisse « la nature originelle de l’homme est la vertu/ren xing ben shan », ce qui peut être vrai dans une communauté/cité mais malheureusement pas le cas dans un grand pays terrestre ; alors que Han Fei part de ce que la nature de l’homme est le pervers/ren xing ben è, et il donne cet anti-exemple pour dire au Souverain que l’enjeu de son ordre est de rendre bénéfique/profitable le « bon » afin d’éloigner l’homme du pervers : le gamin du voleur aura l’idée que le vol porte du profit et il suivrait son modèle parental pr devenir voleur à son tour ; le gamin de l’amputé se contentera du fait que son père ne bénéficie pas du pantalon-chaussette(sorte de bas jusk’au genou..), ainsi la sanction perdrait sa fonction comme avertissement. Donc l’inanité de la loi, s’il y en a.Cette histoire me semble d’ordre de judiprudence et sur le plan législative, elle renvoie plus à la 1ière moitié des propositions. Pour illustrer la 2ième moitié il y a une autre histoire qui précède, parlant d’un fonctionnaire (Xi men bao) du local et son sceau du poste. Je crois que cette dernière élargit le champ d’application de sa théorie vers la justice politique et le moral en général, c’est la perversion morale(défavoriser ce qui est bon ; inciter ce qui est mal) que Han appelle à éviter. Ceci n’est point désuet.Il semble que la sexualité est bien à la mode en Chine actuelle, alors j’essaie de donner des exs du domaine: les univs ont besoin des personnels, les personnels doivent passer en doctorat, mais selon l’on-dit majeur, une doctorante sera trop laide et renfermée et éventuellement intelligente pour que qui que ce soit la désire(prtant je vois bien des doctorantes sexy et locaces et intelligentes en Europe) ; un arrêté du pouvoir interdit à un haut-fonctionnaire(disons qu’il est bon au début) de prostituer son titre officiel, mais la tradition administrative depuis l’âge de Lust/Caution lui offrira l’accompagnement partout où il se rend, et bien-sûr c’est une mission féminine et stratégique.