Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 02:11

Carte-densit---Chine.jpg

L'est et l'ouest sont bel et bien marqués, à tous les niveaux. Et l'ouest est bien plus grand que l'est. Là aussi, s'il fallait tracer une ligne de démarcation territoriale, il ne viendrait à l'idée d'aucun géographe, ni d'aucun démographe, de la tracer au milieu de la masse rouge/orange qui constitue la partie la plus dense de la Chine.

Henri Michaux parlait du Chinois comme d'un être à l'âme "concave". Un être replié à l'intérieur de lui-même qui n'habite pas complètement son corps. La face, c'est un peu cela. Je montre une grande face, comme une façade baroque, derrière laquelle je me regroupe et je fais mes affaires. 
Sur cette carte, il n'est pas interdit de voir un pays qui a tracé ses frontières loin de lui-même, qui se compose une face énorme. Nulle doute que la Chine se sentirait à l'étroit dans les limites de son "espace Han". 
Il y a un art de la distance et de la respiration que les Chinois aiment entretenir vis-à-vis des étrangers. Il me semble que cette carte en est une image. Pas une preuve, pas une démonstration, pas une vérité définitive, juste une image. Dans le concert des nations, dit la population en rouge, nous voulons bien chanter notre partition mais nous ne voulons pas être engoncés.
D'ailleurs, son annexion des territoires occidentaux ne date pas de 1950, comme certaines belles âmes le disent. Il y a toujours eu une relation de vassalité, ou au moins de déférence, entre le Tibet et la Chine (de même que pour la Corée, d'ailleurs. Moi, si j'étais la Corée, je la fermerais et je ferais pas trop le malin.)

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Politique
commenter cet article

commentaires

ebolavir 30/11/2007 09:21

L'extension à l'ouest (Tibet, Qinghai, Xinjiang) et au Nord (Dongbei, Mongolie) date des empereurs Qing (de Louis 14 à Napoléon 3). Auparavant, la grande affaire de la Chine, c'étaient les Barbares de l'Ouest et du Nord, qui plusieurs fois ont recouvert le territoire chinois (en entier avec les Yuan mongols). Les Qing, autrefois Barbares eux-mêmes, ont résolu le problème en les soumettant tous, et leur oeuvre dure encore, avec de gros grincements parce que le Parti, qui est fâché avec le Dalai Lama, est moins subtil que l'Empereur, qui lui avait offert un palais à Pékin (pour visiter, métro "Lama Temple") et avait fait construire un modèle réduit du Potala au palais d'été. Il faudrait imaginer qu'en 1815, au lieu de faire revenir Louis 18, le roi de Prusse ait eu l'idée de devenir empereur des Français, en les guérissant pour des siècles de la peur des envahisseurs venus de l'Est (ça nous aurait épargné 1870, 1914 ...). On aurait eu l'Europe du traité de Rome gratuitement, avec 150 ans d'avance. Politique fiction. Mais ce n'est pas de la fiction pour les Chinois. La carte montre autre chose: les Han sont en train de remplir le paysage vide où vivaient les Barbares. C'est fait pour le Dongbei (il y a 200 ans, au temps de l'ambassade de Macartney, il était interdit aux Chinois de franchir la Grande Muraille pour s'installer au pays des Mandchous que l'empereur réservait à son peuple). C'est en cours pour le Tibet, et le nouveau chemin de fer en est la proclamation matérielle. Le cordon qui sort du Gansu va s'épaissir, on suivra ça sur les photos satellites. Et il y a un grand espace vide au nord, la Sibérie que les Russes seraient bien en peine de peupler. La puissance de la Chine, ce sont les Chinois.