Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 18:34

Résumons. Avant le quinzième siècle, Taiwan est peuplé d’Aborigènes et de divers migrants, venus de Chine et d’un peu partout autour.
15ème siècle : Les Portugais s’y installent et lui donnent le nom de Ilha Formosa, l’île de beauté.
16ème siècle : Les Hollandais la prennent aux Portugais, construisent des forts et font un commerce du feu de Dieu dans tout l’extrême Orient.
Fin 16ème siècle : La Chine des Qing chassent les Hollandais et règnent pendant deux siècles. L’île est largement laissée à elle-même, en fait. Les populations aborigènes sont sans contrôle, ils torturent, pillent et tuent les marchands (ah ! les marchands, les fameux marchands qui donnent de la vie partout où ils passent.)
Fin 19ème : Les Japonais colonisent et restent jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Chose intéressante, les « Taiwanais » se considèrent comme agressés et opposent une résistance redoutable, mais ils ne semblent pas vouloir être rattachés à la Chine. Ils essaient de déclarer l’indépendance de la « République démocratique de Taiwan », et se font finalement battre par les Nippons (qui ont dû utiliser un tiers de leur armée pour arriver à bout de cette maudite résistance locale, qui se battait avec des bambous et de vieux fusils déglingués !)
1945 : Taiwan est rétrocédé à la Chine, selon les accords passés au Caire en 1943 entre Tchang Kai Chek, Roosevelt et Churchill. Le parti nationaliste (Guo Min Tang) prend le contrôle de l’île.
1949 : Les nationalistes perdent la guerre civile contre le Parti communiste de Mao Zedong, et Tchang Kai Chek vient se réfugier à Taiwan, accompagnés de soldats, d’artistes, de moines, etc.
Depuis cette époque, la population de Taiwan se divise plus ou moins ainsi :
1- Les Taiwanais. Ils sont Chinois, mais se sont mélangés avec les Hakkas, avec d’autres migrants et avec les Européens des siècles passés. Ils vivent sur l’île depuis longtemps. Leur langue est un dialecte proche de celui de la province chinoise du Fujian. Ils sont habitués à l’économie de marché et sont pour l’indépendance de Taiwan. Exemple de leur volonte affichee, les drapeaux et bannieres que l'on voit dans toute l'ile, en faveur de la presence de Taiwan a l'ONU.

Taiwan-031.jpg

Ils représentent plus 80% de la population. Leur parti (DPP, Democratic Progressive Party) est actuellement au pouvoir depuis 2000.
2- Les Chinois venus avec les nationalistes, après la deuxième guerre mondiale. Ils ne veulent pas l’indépendance, mais l’unification de la Chine. Seulement, ils ne la veulent pas sous la direction du parti communisme, mais sous les principes énoncés par Sun Yat Sen : démocratie et liberté économique. Ils représentent 15% de la population. Leur parti, le Guo Min Tang, est toujours un grand parti même s’il symbolise la dictature de l’époque de Tchang Kai Chek.
3- Les tribus aborigènes, qui sont là depuis dix à quinze mille ans, à qui personne ne demande s’ils veulent l’indépendance ou le rattachement à la Chine. Ils forment 2% de la population.

Pour faire un rapprochement très discutable, les Taiwanais se sentent aussi chinois que les Québécois se sentent français. C’est-à-dire pas du tout du point de vue de la nationalité, alors même qu’ils participent de l’histoire et de la culture chinoises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans Taiwan
commenter cet article

commentaires

gregoire 12/10/2007 08:33

oui je viens d'arriver hier.  Merci bien pour le menage, c'est bcp bcp plus propre que ce que je t'avais laisse. Je n'ai d'ailleurs toujours pas croise de cafard, a peine quelques fourmis...

Guillaume 12/10/2007 02:24

Tu es à Taipei, vieux camarade ? Et nous n'avons pas pu nous croiser avant... Encore mille merci pour ton appartement, j'espère n'avoir pas ajouté au bordel déjà existant. J'ai mis les clés sur la table basse. J'ai aussi acheté de grands sacs poubelles noirs et jeté tous les cadavres de bières, ainsi que tout ce qui était dans le frigo sans exception. A mon départ, ce qui était dans le frigo y avait été mis une fois l'éléctricité revenue. Si, donc, tu vois ton appart jonché de bières ou avec le frigo vide, c'est la fait de tes voisins, que tu salueras de ma part.

gregoire 11/10/2007 15:50

toujours en avance sur les americains et "nine eleven", les taiwanais comemorent d'ailleurs toujours ce triste jour sous l'appellation 228, pour 28 fevrier.Sinon ton article sur "Taiwan plus chinoise que la chine ?" chamboule completement mes reflexions, jamais bien organisees il est vrai. En regardant le defile militaire d'hier, je commence meme a penser que c'est exactement la meme chose que le grand frere.  Je prends des notes cette semaine pour essayer de livrer un commentaire interessant :)

Guillaume 11/10/2007 14:33

Ebolavir, toujours bien documenté. Il y a aussi cette journée de 1979, en faveur de la liberté de la presse, qui dégénéra en affrontement sanguinaire. Les Taiwanais, semble-t-il, ne sont pas des gens faciles à museler.

ebolavir 11/10/2007 01:47

Je me permets d'ajouter quelque chose au paysage survolé. En février 1947, alors que le gouvernement chinois du Guomingdang avait pris possession de l'île, un incident entre un policier chinois venu du continent et une commerçante taiwannaise a tourné à l émeute. La répression a fait des dizaines de milliers de morts. C est encore une des grandes raisons de la division entre les "insulaires" et les "continentaux", au-delà de la divergence politique, d'autant plus que l'existence des évènements n'a jamais été reconnue par le Guomingdang. Le soixantième anniversaire a été commémoré en présence du président Chen  Shuibian, qui  est insulaire http://www.aujourdhuilachine.com/article.asp?IdArticle=2416 J'ognorais cela avant de lire le chapitre 21 du livre "la Chine et la démocratie", Fayard 2007, ISBN 978-2-213-63148-6, collectif sous la direction de Mireille Delmas-Marty et Pierre-Etienne Will. Gros livre d'histoire et d'analyse qui vaut la peine d'être lu.