Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 16:45

Croyez-le, croyez-le pas, je bénéficie depuis quelques jours d'un bureau. Un bureau assez grand, au septième étage de l'Art building, dont la vue donne sur la statue de Mao et les tours jumelles de l'université Fudan. J'ai la clim, des étagères, un téléphone, un ordinateur connecté, une imprimante, des étudiantes qui viennent discuter le bout de gras, de l'espace, du temps, des murs blancs, des clefs, enfin tout ce qui rend les gens importants.
De la même manière que Sarkozy voulait s'isoler après sa victoire pour "habiter sa fonction", je m'enfonce fréquemment dans de profonds silence pour me pénétrer le mieux possible de ma nouvelle importance. Il faut savoir l'habiter, son bureau. Pas seulement le décorer, mais l'habiter, avoir les gestes ad hoc, la prestance adéquate, il faut tenir son rang. Même hors de son bureau, il s'agit d'être convenable et de ressembler au type qui a un bureau.

Je m'entraîne tout seul, parfois, à adresser la parole à quelqu'un, avec gravité, avec dignité et sensualité : "Dites, mademoiselle Zhang, vous passerez dans mon bureau, après les cours ?" "Oui, entendu, passez me voir à mon bureau entre trois et quatre." "J'entends bien, mais là, je suis surbooké, j'en peux plus de ce putain de bureau." C'est une jouissance assez fine, que ne connaissent que les vrais imposteurs.
Prochaine étape, les conversations business.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume - dans universités
commenter cet article

commentaires

Guillaume 13/09/2007 01:24

J'invite le brave lecteur surpris, mon Grégoire, à se bouger un peu le fondement, car la qualité d'un blog vient autant de ses commentaires que de ses billets. Mais oui, le café du commerce a son charme.Pour ces histoires de mobilier, elles me dépassent. Dans ce domaine comme dans d'autres domaines, je n'ai pas une once de goût et je prends ce qu'on me donne, sans réfléchir, en remerciant à peine.  Et je rends ce qu'on me reprend sans acrimonie. Enfin, c'est la règle que j'essaie de suivre.

François 12/09/2007 11:48

Merci Damien de cette petite anecdote trés touchante , j'espère que dans les Ikeas chinois tu parviendras à trouver le bureau de tes rêves , celui de Confucius peut-être...(si tu le trouves met le en lien, ça peut m'interesser...). Ah, j'oublais , moi aussi je ne suis pas trop fan du mobilier d'entreprise, c'était d'ailleurs le sens de mon premier commentaire.

damien 12/09/2007 10:36

Guillaume, désolé, je n'ai pas de site web. Ce pseudo-lien était une erreur et l'erreur s'est ensuite répétée avec la sauvegarde des informations. Je le supprime de la fenêtre des messages.

gregoire 12/09/2007 08:27

Salut mon bon Guillaumecrois le, crois le pas, le lecteur attentif a un peu l'impression que tu tends vers un style "cafe du commerce" en ce moment. Pourquoi pas me diras tu ? on cotoie bien des sages precaires au bistrot. Ce brave lecteur surpris se demande donc s'il assiste au developpement litteraire du concept de sage precaire ou si ce n'est ce que le reflet d'un assoupissement dans les profondeurs de ton confortable fauteuil  Moi je dis, voila un bon sujet a aborder avec une biere et une grille de loto sportifsalutations taiwanaises, 30 degre sous les palmiers

Guillaume 12/09/2007 07:46

Damien, ton site n'est pas accessible depuis le lien que tu as mis ici. Est-ce une stratégie ou une erreur ?